Samsao

Astuces pour une intégration publicitaire sur mobile réussie

par Samsao, le 16 juin 2015


Depuis le déclenchement de la révolution mobile marqué par l’arrivée du iPhone, nous assistons à une migration numérique caractérisée par le départ des internautes et une arrivée massive de mobinautes.

En 2014, un Américain passait en moyenne 171 minutes par jour sur son petit écran contre 132 sur son ordinateur personnel[1]. Bien que les utilisateurs passent maintenant plus de temps sur leurs appareils mobiles, les sommes investies par les entreprises en publicité en ligne restent plus élevées sur le web conventionnel. Cela dit, cette époque sera bientôt révolue.

En mars dernier, le groupe eMarketer a publié un rapport[1] qui prévoit ce renversement de situation en début d’année 2016. De 29G $US en 2015, les revenus publicitaires sur plateformes mobiles aux États-Unis passeront à 41G $US en 2016 pour ultimement conduire à des revenus de 66G $US en 2019, laissant loin derrière le web conventionnel où aucune croissance n’est prévue pour cette même période. Autre fait intéressant, 75% des revenus publicitaires mobiles proviennent des applications et non pas du web mobile. Cette année, les entreprises américaines investiront 20,79G $US pour séduire les consommateurs via les applications mobiles, contre 7,93G $US sur les navigateurs mobiles.

Avec la popularité actuelle et grandissante de la publicité via application mobile, peut-être serez-vous amenez prochainement à travailler avec ce type de média. Si tel est le cas, voici quelques astuces pour maximiser l’impact des publicités déployées sur une application mobile.

1 - Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier

Afin d’éviter que l’utilisateur ne développe des anticorps publicitaires, il est important qu’une application offre une diversité de formatage publicitaire: bannières, vidéos, etc. Chaque utilisateur développera des niveaux d’engagement différents pour chaque format et l’application devrait s’y adapter dynamiquement. Il s’agit ici de créer un cocktail de formats publicitaires au goût du principal intéressé.

2 - Tirer avantage de la physionomie de l’application

Afin de favoriser un engagement positif, mieux vaut limiter les frictions entre l’utilisateur et la publicité. Par exemple, au lieu de paralyser un utilisateur en plein milieu d’une action avec une publicité plein écran, peut-être lui proposer cette même publicité durant les interstitielles de l’application: avant une transition d’activité, durant un chargement de données ou pendant une autre pause naturelle dans le flot d’utilisation de l’application.

3 - Utiliser de la publicité native

Ce format publicitaire est généralement utilisé dans les flux d’information. Il s’agit ici de calquer le format du contenu d’un flux et de le reproduire pour celui d’une publicité. En se fondant dans l’application, les utilisateurs seront plus enclins à les accepter et les analyser au même titre que le reste du contenu de l’application.

4 - Afficher du contenu pertinent

Sans tomber dans l’espionnage, récolter de l’information contextuelle pertinente sur votre audience afin d’adapter le contenu publicitaire proposé. Cet exercice doit être dynamique. L’idée est que si un utilisateur ne donne aucun signe de conversion après plusieurs impressions alors le contenu est sans importance pour lui. Proposez-lui une nouvelle offre.

5 - Donner le contrôle aux usagés

Toujours dans l’optique d’offrir la meilleure expérience utilisateur possible, il est tout aussi important de proposer du contenu à l’utilisateur que de lui donner la possibilité de le refuser. Par exemple, pour éviter qu’un utilisateur ait la sensation d’être forcé à consommer une publicité plein écran, offrez-lui quelques fonctionnalités pour le mettre en contrôle: la mise en sourdine, un compte à rebours ou un bouton pour fermer la publicité.

6 - Ludification de la publicité

Ce type de publicité devient de plus en plus populaire, notamment chez la clientèle plus jeune. Certaines marques proposent maintenant des mini-jeux pour fidéliser leur clientèle. Certaines applications proposent aussi le déverrouillage de contenu en échange de l’écoute d’un message publicitaire. Personne n’aime les publicités, si vous êtes capables de la rendre plus amusante, vos utilisateurs seront définitivement plus engagés envers celles-ci.

L’intégration publicitaire reste une science inexacte et doit être considérée comme une activité itérative. Il n’y pas de recette magique pour trouver d'emblée l’intégration parfaite. Il faut analyser en continu l’accueil fait par les utilisateurs aux publicités et s’adapter en conséquence afin d’obtenir ultimement une harmonie entre publicités et expérience utilisateur.

[1] http://www.emarketer.com/Article/Mobile-Will-Ac...019/1012258


Marketing réactif: 5 questions que les marques doivent se poser avant de prendre position

À lire maintenant

Marketing réactif: 5 questions que les marques doivent se poser avant de prendre position
Mauvais coup médiatique: Mega Fitness Gym
Le marché de l’emploi en temps de Covid
Démystifier les événements hybrides (Partie 1)
Mauvais coup médiatique: GNL Québec
Je modélise, donc je suis
Sur le point d’être licencié?
Mauvais coups médiatiques: l’Université d’Ottawa
Bons coups médiatiques: les «opérations de relations publiques» réussies
Planifications stratégiques pour PME: 3 grands constats à réaliser
La diversité en entreprise, simple opportunité d’affaires?
La revanche des bonnes nouvelles