Grenier Recrutement

Sabotez-vous votre carrière?

par Grenier Recrutement, le 26 août 2021


Avez-vous déjà réfléchi à ce qui pourrait vous empêcher de décrocher l’emploi de vos rêves ou encore d’avancer dans votre carrière ? Auriez-vous peur de l’échec ? Du stress d’avoir davantage de responsabilités ? Avec du recul, on peut se rendre compte que les excuses que nous nous donnons pour ne pas rechercher un nouvel emploi, ne pas demander d’augmentation salariale ou ne pas envoyer de CV semblent légitimes, mais elles se résument en réalité à des craintes. Ces peurs peuvent sembler vous protéger, alors qu’en réalité, elles ne font que vous retenir.

Avez-vous peur de l’échec?
La peur de l’échec hante de nombreuses personnes et les empêche d’atteindre leur véritable potentiel. Beaucoup de gens se sont conditionnés à ne même pas essayer quelque chose de nouveau à moins d’être certains de pouvoir réussir. L’échec est un bon moyen pour apprendre. Demandez à votre entourage : plusieurs de vos collègues et amis ont fort probablement connu plusieurs échecs qui les ont catapultés sur la voie du succès !

Avez-vous peur de l’inconnu?
Même lorsque tout n’est pas parfait, nous avons tendance à vouloir rester confortables. Nous nous convainquons que les choses vont bien, parce que nous avons peur de ce que cela signifierait de quitter son emploi, de changer de carrière, de retourner aux études… La meilleure façon de contrer cela est de sortir de sa zone de confort !

Avez-vous peur d’être rejeté?
Que nous ayons peur de demander une promotion à notre patron ou à une connaissance pour une recommandation, la peur qu’ils puissent refuser nous empêche souvent de faire une requête. Pourtant, si nous ne demandons pas, la réponse sera toujours « non » par défaut.

Avez-vous peur de ne pas être à la hauteur?
Lorsque nous cherchons un emploi, nous tombons souvent dans le piège d’avoir besoin d’expérience pour obtenir un travail, et d’avoir besoin d’un travail pour acquérir l’expérience requise. On s’empêche donc de postuler par crainte de ne pas avoir assez de cordes à son arc. Pourtant, ce n’est pas toujours le cas ! Si vous pouvez montrer en quoi votre approche, vos autres compétences ou votre autre expérience sont pertinentes, vous pourriez être surpris de la fréquence à laquelle on vous donnera un coup de fil pour un entretien d’embauche.

Avez-vous peur d’avoir l’air gourmand?
Parler d’emploi va de pair avec parler de rémunération, et si vous avez peur de paraître avide, vous risquez de « passer à côté » lorsque vient le temps de négocier son salaire. Il peut être difficile de mettre un montant sur votre valeur ou votre valeur pour une organisation. Ce genre de crainte ne vous fait pas paraître humble, mais garantit plutôt que vous ne serez pas payé ce que vous valez ! Allez-y armé de connaissances (les salaires moyens dans votre région selon votre expertise, par exemple), et laissez les faits parler. 

Avez-vous peur du jugement?
Postuler un emploi, c’est littéralement postuler pour être jugé ! Êtes-vous assez bon, assez intelligent, assez créatif, assez expérimenté pour le travail que vous souhaitez faire ? Si vous craignez d’être jugé, vous exagérez peut-être à quel point les autres vous évalueront et sous-estimerez votre propre capacité à tolérer une approbation négative. Si vous laissez cette crainte prendre le dessus, vous risquez de vous détourner des opportunités sociales ou des chances de faire avancer votre carrière.

Allez-y, foncez !

carrière


Cinq conseils pour rehausser l’expérience des portes ouvertes

À lire maintenant

Cinq conseils pour rehausser l’expérience des portes ouvertes
20 ans d'entrepreneuriat, 20 ans de transformation
Faux pas à éviter quand on commence un nouvel emploi
Tout ce que je ne vous vendrai jamais
C’est le temps de penser au temps des Fêtes: eh oui !
Mauvais coup médiatique: le porc
Stratégies pour retenir les talents
TikTok & Influence: le nouvel Eldorado du marketing digital
Êtes-vous joignables 100% du temps?
Comment concilier vie familiale et travail?
Black Friday et consommation responsable, un rêve impossible? 
Bon coup médiatique: le retour des événements