Grenier Recrutement

Retour au bureau obligatoire à la Musk: un faux pas!

par Grenier Recrutement, le 13 juin 2022


Alors que la tendance est au travail à distance, au modèle hybride et à « travailler moins et mieux », un certain milliardaire a envoyé un courriel à ses employé·es afin de les obliger à retourner au bureau — le cas échéant, il les invite à donner leur démission… Vous l’avez sans doute deviné, il s’agit du fameux Elon Musk — son leaked email a grandement circulé sur les réseaux sociaux et sur Reddit au début du mois de juin dernier. Son message, au ton assez sévère, indiquait que « toute personne qui souhaite faire du travail à distance doit être au bureau pour un minimum (et je dis bien un minimum) de 40 heures par semaine ou quitter Tesla ». Fait à noter, l’objet du courriel mentionnait remote work no longer acceptable, qu’on pourrait traduire par « le télétravail n’est plus acceptable ». Reviens sur Terre Elon ! Sur LinkedIn, des dizaines — voire beaucoup plus ! — de chef·fes d’entreprises ont proposé aux effectifs de Musk de quitter le navire pour rejoindre leurs rangs. Quoique l’anecdote soit loufoque et complètement absurde à la fois, ça en dit long sur sa culture d’entreprise.

Revoyons un peu quelques avantages que peut procurer le travail à distance — et ça vaut autant pour les salarié·es que pour les employeurs !

Équilibre vie personnelle-travail
Quoique la frontière entre vie privée et vie de bureau peut être mince lorsqu’on bosse de la maison — soirs qui s’allongent ou l’envie de zieuter ses courriels les weekends — le travail à distance a de réels bénéfices pour l’équilibre des salarié·es. Et lorsqu’on réussit à bien faire une scission entre « heures de bureau » et « heures personnelles », on atteint un équilibre sain, ce qui nous permet d’être davantage heureux·ses et productif·ves ! Une étude de Gallup réalisée en 2021 montre que 9 travailleur·euses sur 10 espéraient continuer de travailler à distance une fois la pandémie bel et bien derrière nous. Parmi les principaux avantages énumérés ? Le peu de transport (aller-retour), le bien-être amélioré, et une plus grande flexibilité pour gérer le travail et la vie personnelle. Une étude de Robert Half a aussi révélé que 60 % des professionnel·les affirment que leur équilibre travail-vie s’est amélioré depuis qu’il·elles se déplaçaient moins. Pas étonnant quand on considère qu’un trajet quotidien moyen est de 55 minutes !

Productivité
Les employeurs qui ne voient pas, de leurs yeux vus, leurs salarié·es travailler, se demandent s’il·elles travaillent vraiment… C’est d’ailleurs ce qu’Elon avait expliqué en affirmant que ses équipes faisaient « semblant de travailler ». Ah bon ? Si vous êtes de cette école de pensée, revenez vite à la réalité ! Et si le secret pour accroître la productivité reposait sur la confiance que vous accordiez à vos équipes ? Une étude de l’Université de Stanford auprès de 500 personnes montre que le travail à distance a non seulement généré une hausse de productivité, mais aussi moins de demandes de journées de maladie.

Une question de bien-être
Le télétravail offre également aux employeurs la possibilité de repenser les avantages sociaux des employé·es. Exit les tables de babyfoot, les organisations doivent repenser aux avantages que leurs employé·es désirent vraiment. Et des perks plus accessibles aussi. Un soutien en santé mentale, un horaire de travail plus flexible et des assurances, par exemple, sont tous des avantages qui peuvent aider les organisations à accroître l’engagement de leurs salarié·es, les fidéliser et attirer d’autres talents. Pour la grande majorité des employé·es, des avantages significatifs peuvent l’emporter sur un salaire plus élevé. Selon Glassdoor, 80 % des employé·es déclarent préférer des avantages supplémentaires à une augmentation de salaire, et 88 % des répondant·es préféreraient un emploi avec un salaire inférieur accompagné d’un horaire flexible plutôt qu’un emploi au salaire plus élevé et un horaire immuable.

Selon Statistiques Canada, le télétravail, qui a été exacerbé durant la pandémie d’ailleurs, sera amené à se développer. Et 4 travailleur·euses sur 10 (38,9 %) occupent un poste pouvant être exercé à domicile. Les modèles de travail à distance et hybrides sont définitivement là pour de bon — même lorsque les masques, la distanciation sociale et les tests rapides ne seront plus qu’un lointain souvenir.

Expression utilisée à foison, mais embrassons cette « nouvelle normalité » ! N’est-ce pas Elon ?

bureau


4 idées pour motiver les employés à distance

À lire maintenant

Voici 15 conseils pour améliorer la santé de votre blogue en B2B
TikTok: 16 trucs et astuces pour optimiser son profil
Gestionnaire et stressé·e?
Regard vers le futur: quelles seront les plateformes sociales de demain?
Reprendre le contrôle, une application à la fois
«Consommons-nous» les employeurs?
L’immobilier, une affaire de connexions humaines
​​Précrastiner, aussi problématique que procrastiner
Les Tops médiatiques de janvier à juin 2022
Dites adieu à la procrastination avec le «time blocking»
La pénurie de main-d'œuvre frappe aussi le secteur événementiel
Avez-vous pensé au «ré-onboarding» de vos troupes ?