Grenier Recrutement

Apprenez à reconnaître le syndrome de l’imposteur et chassez-le!

par Grenier Recrutement, le 29 octobre 2020


Souffrez-vous du « syndrome de l’imposteur » ? Ce fléau assez répandu chez les professionnels reflète la croyance que vous êtes inadéquat et incompétent malgré les preuves que vous réussissez bien. Les personnes atteintes rejettent donc le mérite lié à leur succès à des éléments qui leur sont extérieurs — comme la chance et un bon réseau de contacts. Elles peuvent même aller jusqu’à refuser des entretiens d’embauche, décliner de plus grandes responsabilités ou encore se remettre en question. Vivant dans la crainte de se faire démasquer par leur entourage, elles se perçoivent comme des dupeurs.

70 % des personnes éprouvent ce phénomène d’imposteur à un moment ou l’autre de leur vie selon un article synthèse publié dans l’International Journal of Behavioral Science. Des recherches ont démontré qu’il n’y a pas de cause unanime pour ce syndrome, mais plutôt plusieurs facteurs, comme des traits de personnalités ou des expériences reliées à l’enfance.

La Dre Valérie Young, experte sur le sujet, et auteure du livre The Secret Thoughts of Successful Women, a identifié et classé 5 types de syndromes de l’imposteur.

Le Perfectionniste

Le perfectionnisme et le syndrome de l’imposteur vont souvent de pair. Ils se fixent des objectifs excessivement élevés et lorsqu’ils ne parviennent pas à les atteindre, ils doutent d’eux-mêmes et s’inquiètent de ne pas être à la hauteur. Plutôt que de se concentrer sur leurs forces, ils auront tendance à mettre l’emphase sur leurs erreurs, ce qui peut mener à de l’anxiété et à une trop grande pression sur soi. Qu’ils le réalisent ou non, les perfectionnistes peuvent aussi être contrôlants.

Si vous répondez par l’affirmative aux questions suivantes, il est probable que vous ayez le profil d’un perfectionniste :

  • Avez-vous déjà été reproché de faire de la microgestion ?
  • Avez-vous de la difficulté à déléguer ?
  • Avez-vous l’impression que votre travail doit être parfait à 100 %, 100 % du temps ?

Pour ce type de profil, le succès est rarement satisfaisant, car les perfectionnistes pensent qu’ils auraient pu faire encore mieux… Ce n’est toutefois ni productif ni sain ! Si vous voulez éviter l’épuisement et cultiver la confiance en soi, célébrez vos réalisations.

Le Superhéros

Comme les personnes ayant ce profil se sentent inadéquates, elles s’efforceront de travailler encore plus pour se sentir à la hauteur et dissimuler leurs insécurités. La surcharge de travail peut non seulement nuire à leur propre santé mentale, mais aussi à leurs relations avec les autres.

Posez-vous les questions suivantes pour voir si vous êtes du type superhéros :

  • Restez-vous plus tard au bureau que le reste de votre équipe même si vous avez terminé vos tâches de la journée ?
  • Êtes-vous stressé lorsque vous ne travaillez pas ?
  • Avez-vous laissé tomber vos passe-temps et vos passions au profit de votre travail ?
  • Avez-vous l’impression de ne pas vraiment mériter votre titre et vous sentez-vous obligé de travailler plus et plus longtemps que ceux qui vous entourent afin de prouver votre valeur ?

Les bourreaux de travail « imposteurs » sont en fait accros à la validation qui vient du travail et non pas au travail lui-même. Exercez-vous à vous éloigner de la validation externe. Apprenez à prendre au sérieux une critique constructive et ne pas la prendre personnellement. Plus vous serez à l’écoute de la validation interne et plus vous aurez confiance en vos compétences, plus vous serez en mesure de quantifier une charge de travail raisonnable. Ne vous en mettez pas trop sur les épaules !

L’Expert

Les experts tenteront toujours d’en apprendre davantage et craignent d’être exposés comme inexpérimentés.

  • Avez-vous peur de postuler à des offres d’emploi à moins de répondre à toutes les exigences en matière de formation ?
  • Êtes-vous constamment à la recherche de formations ou de certifications parce que vous pensez avoir besoin d’améliorer vos compétences pour réussir ?
  • Frémissez-vous quand on vous qualifie d’expert ?

Il est vrai qu’il y a toujours plus à apprendre. S’efforcer de renforcer vos compétences peut certainement vous aider à progresser professionnellement et à rester compétitif sur le marché du travail. Mais poussée trop loin, la tendance à rechercher sans cesse plus d’informations peut en fait être une forme de procrastination. Essayez plutôt d’acquérir une compétence lorsque vous en avez réellement besoin, par exemple lorsque vos responsabilités professionnelles changent.

Le Soliste

Le soliste se caractérise par sa difficulté à demander de l’aide, même lorsque nécessaire. Une personne indépendante aime avancer seule, mais n’hésitera pas à lever la main en dernier recours alors que le soliste, lui, refusera toute aide pour prouver sa valeur. Souvent individualiste, le soliste croit que demander de l’aide relève de l’incompétence ou de la faiblesse.

Posez-vous ces questions :

  • Pensez-vous fermement que vous devez accomplir les choses par vous-même ?
  • « Je n’ai besoin de l’aide de personne » est votre devise ?

Pour vaincre ce type de syndrome de l’imposteur, il faut ouvrir la porte à l’échange. Discutez avec autrui de vos projets, de vos doutes et de vos difficultés. C’est déjà un premier pas !

Le Génie

Les personnes de ce profil jugent leur facilité et leur rapidité à réussir basées sur leurs compétences plutôt que leurs efforts. En d’autres termes, si elles mettent du temps à maîtriser quelque chose, elles ressentent de la honte. Non seulement les «génies naturels» se jugent en fonction d’attentes ridiculement hautes, ils se jugent également en fonction de leur réussite du premier coup.

Êtes-vous un génie ? 

  • Êtes-vous habitué à exceller sans trop d’efforts ?
  • Vous a-t-on souvent dit dans votre enfance que vous étiez la « personne intelligente » de votre famille ou de votre groupe de pairs ?
  • Vous n’aimez pas l’idée d’avoir un mentor, parce que vous pouvez gérer les choses vous-même ?
  • Lorsque vous êtes confronté à un revers, est-ce que votre confiance diminue parce qu’une mauvaise performance provoque un sentiment de honte ?

Pour combattre le syndrome de l’imposteur de ce profil, essayez d’assimiler qu’une grande réussite nécessite un apprentissage tout au long de la vie. Identifiez les compétences spécifiques que vous pouvez améliorer au fil du temps et divisez vos tâches en de plus petites tâches réalisables.

Vous êtes-vous reconnu dans l’un de ces 5 profils ?

Le syndrome de l’imposteur peut affecter votre estime de soi, votre bonheur et votre progression professionnelle et affecter la majorité des gens à un moment donné de leur vie. En attaquant votre syndrome de l’imposteur, vous vous permettrez d’accepter que vous méritez votre réussite et vous atteindrez de plus grands sommets dans votre vie professionnelle !


Bon coup médiatique: le ketchup Heinz

À lire maintenant

Bon coup médiatique: le ketchup Heinz
Les 6 mythes sur le marketing numérique que nous vend la série Emily in Paris
Cap sur un changement de carrière
Bons coups médiatiques: Pfizer et Medicago
Les millénariaux : qui sont-ils vraiment et comment les rejoindre?
Le networking à l’ère du confinement
N’oubliez pas le marchandisage web (E-merchandising)
Bon coup médiatique: Denis Coderre
Astuces pour gérer votre équipe à distance
Palmarès du travailleur autonome productif
Mode d’emploi pour être soi-même
Bon coup médiatique: Ian Lafrenière