L’instigatrice du mouvement #çavabienaller  au Québec s’associe à la Cantine pour tous

le 8 avril 2020


Gabriella Cucinelli, l’instigatrice du « Ça va bien aller » au Québec, a choisi de s’associer à la Cantine pour tous. Ainsi, les profits générés par l’utilisation de sa marque liée à ce mouvement permettront à l’organisme d’obtenir des dons.

Gabriella Cucinelli
Gabriella Cucinelli

Gabriella Cucinelli a en effet décidé de déposer la demande d’enregistrement de la marque « Ça va bien aller » afin d’en céder la licence à l’organisme panquébécois la Cantine pour tous. Ce faisant, cette femme aide à combattre l’insécurité alimentaire qui affecte de plus en plus de Québécois en cette période de crise.

Ce projet a été rendu possible grâce au travail de CASACOM, qui a accompagné Gabriella dans la coordination de l’entente entre cette dernière et l’organisme, en plus d’effectuer les relations de presse. D’autres acteurs importants ont également participé au projet : Isabelle Jomphe, avocate chez Lavery, qui a assuré la demande d’enregistrement de la marque #cavabienaller, Marie Amiot, présidente de La Factry, qui a su attirer l’attention de l’équipe sur l’histoire de Gabriella, et Lorraine Grouvel, responsable marketing et communication à la Cantine pour tous qui a aidé à orchestrer cette collaboration.

Cantine pour tous


Anne-Marie Archambault nommée directrice, Services créatifs chez CASACOM

À lire maintenant

Infographie: se préparer à un monde sans «third-party cookies»
Lulu événements obtient un nouveau mandat virtuel
Virage à TVA Sports: fin du bulletin de nouvelles
Felipe RP fait la promotion de la série québécoise «Epitath»
Une campagne pour l'amour de la bouffe d'ici
Laisser passer un piéton, c’est protéger toute une vie
Le Collectif numérique figure sur la liste des Meilleurs lieux de travail
SolutionStat devient Numea
Atypic repense le site web d'AlterGo
Guylène Michaud nommée productrice exécutive chez Eltoro Studio
Un nouveau site web dynamique à l'image de la CCITB
Illustrateurs en contenus de marques: le fin dessein de l’illustration