L'affichage publicitaire est-il dépassé? Réponse de l'AMCA

le 22 janvier 2016


Suite à l’article publié plus tôt cette semaine, Jacques Major, de l’AMCA, a fait parvenir au Grenier aux nouvelles sa réponse. La voici reproduite intégralement.

_

Monsieur Frédéric Côté,

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre article intitulé « L’affichage publicitaire est-il dépassé? » et je réponds « Pas du tout ». En qualité de directeur du Marketing pour l’AMCA, l’association qui représente les plus grandes entreprises d’affichage au pays, dont Astral affichage, Clear Channel Canada, Cogeco Métromedia, Lamar, Pattison Outdoor, OUTFRONT média et Québecor média affichage, j’aimerais apporter certaines précisions sur la situation actuelle de l’industrie.

S’il est vrai que la majorité des panneaux d’affichage publicitaires restent statiques, l’industrie dans son ensemble vit actuellement une transformation en profondeur, alors que les membres de l’AMCA installent de nombreux modules d’affichage interactifs et numériques à Montréal, certes, mais aussi d’un bout à l’autre du Canada. Cette métamorphose exige non seulement des investissements considérables, mais aussi du temps, ne serait-ce qu’en raison de la diversité des règlements régissant l’installation et la présentation des affiches publicitaires auxquels nos membres doivent se conformer dans la mise en œuvre de leurs initiatives et projets.

Par ailleurs, il faut dire que de nombreuses études de marché confirment régulièrement que les consommateurs portent attention à toutes les formes d’affichage, peu importe qu’il soit statique, ou dynamique. Une étude récente indiquait par exemple que 64 %* des consommateurs montréalais se souvenaient d’avoir vu un panneau publicitaire numérique au cours de la semaine précédente. Cela dit, le passage aux technologies numériques change la relation du public avec les affiches publicitaires. L’intégration de la mobilité à l’affichage conventionnel comme à l’affichage numérique permet aux consommateurs d’interagir immédiatement avec la marque ou le produit annoncé, ce qui influence leur décision d’achat. La recherche montre en effet que 40 % des utilisateurs d’appareils mobiles passent à l’action (par exemple, pour demander de l’information sur un produit ou pour rechercher l’adresse du magasin le plus proche) après avoir vu une affiche publicitaire.

Je vous remercie de l’attention que vous portez à l’affichage et vous prie d’agréer mes salutations les meilleures.

Jacques Major
Directeur, Marketing et communications, AMCA
416-968-3435 poste 107
www.omaccanada.ca

*Source : Sondage des consommateurs canadiens 2015, BrandSpark.


Hate Supermarket: acheter des messages haineux pour faire une différence

À lire maintenant

Hate Supermarket: acheter des messages haineux pour faire une différence
De nouveaux talents rejoignent Adviso
Campagne adidas: changer des vies par le pouvoir du sport
Un nouveau concept pour les restaurants Benny&Co
Personnalité de la semaine: Mélanie Thivierge (La Presse)
Votre cinéma s’ennuie sans vous
Réverbère imagine un programme pour les entreprises québécoises
Acronyme: un nouveau cabinet-conseil en stratégie d’affaires
Archipel repense l'identité du Marathon de Montréal
L'Institut de la crédibilité et Réputation & cie lancent un service sur demande
L’agence Frank accompagnera Fruit d’Or dans sa stratégie numérique
Le Virage Vert de Boite Pac