ANIMA Québec frappe l’imaginaire avec sa campagne percutante

le 16 septembre 2015


L’Association Nationale d’Intervention pour le Mieux-être des Animaux a lancé une campagne déclinée sur le Web signée Proulx communications.

ANIMA-Québec est le premier organisme qui se consacre essentiellement à optimiser les lieux et les conditions de garde des animaux afin de favoriser leur bien-être par la mise en place de programmes de certification.

L'offensive comporte une clip de 30 secondes présentant un témoignage à visage couvert d’une femme victime de prostitution et de trafic de bébés, laquelle sort de l’ombre pour découvrir son visage qui, en fait, est celui d’une femelle lévrier afghan.

ANIMA Québec désirait ainsi mettre l’accent sur les pratiques peu scrupuleuse des milieux d’élevage inappropriés et des usines à animaux qui sont nombreux sur le territoire québécois.

« Jouant volontairement sur le décalage entre le vécu humain et le vécu canin, l’offensive mise sur le sentiment d’identification. On veut frapper l’imaginaire suffisamment pour tenter de contrer les achats compulsifs et faire réfléchir les familles qui pensent s’agrandir », souligne Caroline Gamache, responsable du volet communications au sein de l’organisme.

La campagne s’accompagne d’affichage (sous forme de signets dans les cliniques et hôpitaux vétérinaires) et de publicités Web.

Crédits

Annonceur: ANIMA-Québec - Caroline de Jaham DMV, MSc, DACVD, Caroline Gamache
Agence de communication: Proulx Communications
Présidente: Isabelle Proulx
Service-conseil et direction de création: Isabelle Proulx
Planification e-marketing: Dominique Liard
Maison de production: Davaï
Coordination de production vidéo: Robert Desroches
Direction artistique: Véronique Boisvert
Direction éditoriale: Véronique Goyette

À lire maintenant

Femme inspirante: Isabelle Proulx (Proulx Communications)
25 ans de créativité pour Proulx communications
Une campagne pour le bec signée par les finissant·es du Collège LaSalle
Trouvez l'écureuil en vous avec BMO
La couleur Pantone 2023 nous plonge dans le «Magentaverse»
Le catalogue de conférences d’adn s’agrandit