O2 Web se chargera de la refonte du site web du Carnaval de Québec

le 26 juin 2015


L’agence numérique O2 Web sera responsable de la refonte du site web du Carnaval de Québec. Elle devra également développer et y inclure une nouvelle boutique en ligne.

L’agence numérique O2 Web sera responsable de la refonte du site web du Carnaval de Québec. Elle devra également développer et y inclure une nouvelle boutique en ligne.

«Nous souhaitons faire de l’expérience en ligne un prolongement de l’événement unique qu’est le Carnaval de Québec, a expliqué Yann Latouche, directeur général du Carnaval de Québec. Avec une approche orientée mobile, la nouvelle plateforme répondra aux besoins d’utilisation des festivaliers.»

«Notre association avec l’équipe du Carnaval ne date pas d’hier, a rappelé Charles Guimont, président d’O2 Web. Nous avons eu l’occasion de collaborer ensemble à quelques reprises, notamment dans le cadre de la création du site web des Duchesses en 2015. C’est un réel plaisir de travailler avec une institution telle que le Carnaval de Québec et de contribuer à son développement. Notre expertise en matière de e-commerce saura aussi optimiser la commercialisation de l’offre du Carnaval en facilitant la vente d’effigies, de billets et de produits dérivés.»

La nouvelle plateforme verra le jour à l’automne.


Le Carnaval de Québec fait confiance à Beet pour une troisième année

À lire maintenant

McDonald’s s’inspire de la culture du «sneaker»
La Presse lance DADA, un nouveau mensuel numérique
Une édition numérique le dimanche pour les quotidiens de Groupe Capitales Médias
Lancement du groupe Facebook Grenier aux nouvelles
Hunt’s® Canada dévoile son riche héritage agricole avec une nouvelle gamme
Marc-Antoine Perron nommé CCO chez Outgo
La loyauté envers une marque, un concept désuet?
Kangalou confie sa stratégie d’optimisation SEO à My Little Big Web
La Maison W signe l’identité du festival Santa Teresa
Glutenberg : sans gluten et sans complexe
Un pionnier de la baguette française fait peau neuve
L’économie de seconde main : la contribution des Québécois diminue