FFunction dévoile l’outil interactif «Laissées pour compte»

le 10 mars 2015


À l’occasion de la Journée internationale de la femme, qui a eu lieu le 8 mars dernier, l’Institut de Statistiques de l’UNESCO a levé le voile sur des données révélant les progrès et les défis de nombreuses filles africaines, principalement d’Afrique subsaharienne, en termes d’accès à l’éducation. Ces données sont regroupées sous forme d’un outil de visualisation interactive créé par le studio montréalais FFunction.

Cet outil permet de visualiser plusieurs types de données, parmi lesquelles les conditions des classes, l’accès des écoles à l’électricité et à l’eau potable, de même que la présence de toilettes séparées pour les filles et les garçons. Par ailleurs, on y révèle quelques statistiques chocs, dont celle-ci: 76.6 millions de femmes âgées entre 15 et 24 ans sont analphabètes comparativement à 48.8 millions d’hommes.

L’outil baptisé «Laissées pour compte» (Left behind en anglais) permet donc de se pencher sur la question de l’inégalité des sexes et d’explorer des pistes de solutions. Les utilisateurs de l’outil sont invités à se prononcer sur les changements à apporter dans la prochaine séries d’objectifs mondiaux pour l’éducation par l'entremise de Twitter, en utilisant le mot-clic #LaisséesPourCompte.


Cogeco Média Et Arsenal Meedia Concluent Une Entente

À lire maintenant

Labelium Americas renforce son équipe de direction à Toronto
La Ligne Aide Abus Aînés choisit PF communications
Le Mouvement #SoisGentlemen célèbre bonnes manières et courtoisie
Cogeco Média Et Arsenal Meedia Concluent Une Entente
TACT consolide son équipe dans les domaines de la santé et de l’énergie
Double nomination chez Pub Point Com
Une relève expérimentée aux commandes de Momentum Technologies
L’Ordre des dentistes du Québec mandate l’agence marketing Virus Média
Amauta Marketing de nouveau accréditée partenaire Microsoft Advertising
Le Virage Vert de SENS communications durables
Torchia Communications annonce les bonnes nouvelles de HGrégoire
Officevibe: Repenser le taux d’engagement au bureau