Voir se dissocie de la pub «Je suis Charlie donc je suis Voir»

le 16 janvier 2015


La semaine dernière, le publicitaire Nicolas Massey a conçu une création pour Communications Voir en lien avec les tristes événements survenus à Paris. «Mon but était de saluer le fait que Voir, tout comme Charlie Hebdo, encourage la liberté d’expression. De plus, j’ai voulu faire preuve de solidarité envers mes amis qui y travaillent et qui ont été touchés par cet événement. Je tiens à réitérer que ceci était une initiative personnelle et non une commande de Voir», explique Nicolas Massey, vice-président et directeur de la création chez Publicis Montréal.

En prenant connaissance de la diffusion de cette publicité, le rédacteur en chef de Communications Voir, Simon Jodoin, a demandé à ce qu’elle soit immédiatement retirée tout en clarifiant sa position: «Même si je suis d’accord avec le message La liberté d’expression de devrait pas tuer des vies, je n’accepte pas que notre logo y figure. Lors de tels événements, je crois que la publicité et le marketing doivent se taire. La seule prise de position du Voir face à ces événements a été d’inviter des illustrateurs à s’exprimer sur la page voir.ca/charlie-hebdo qui est justement dépourvue de toute publicité. L’illustration de Nicolas Massey est à ce titre très frappante et j’accepte volontiers de l’ajouter à ces prises de position. Cependant, même si elle a été conçue de bonne foi, je refuse toute initiative publicitaire dans le cadre de ces événements tragiques».

À lire maintenant

Le français à l’honneur
Café William retient les services de Publicis
Publicis Montréal signe une campagne internationale pour Burger King
Le métavers: cinq mythes démystifiés
L’image de l’Office montréalais de la Gastronomie déployée par lg2
L'Institut BÉA se tourne vers Rinaldi-Maestro