Émilie Desgagné

Akufen et ses week-ends de trois jours, pour toujours

par Émilie Desgagné, le 30 juin 2022


En mars dernier, Maxime Veilleux, développeur web front end chez Akufen, était si fier d’une décision prise par l’agence pour laquelle il travaille, qu’il l’a annoncée, tout bonnement, sur sa page LinkedIn. Il était loin de se douter qu’une simple publication allait instantanément le transformer en influenceur du monde des affaires. Après tout, il était juste heureux de dire à son réseau que son employeur lui permettait de réaliser un de ses rêves: travailler quatre jours par semaine, au même salaire.

Au Québec, le mouvement de la semaine de quatre jours est encore un peu timide. Or, ailleurs dans le monde, celui-ci a déjà fait ses preuves. L’Islande par exemple – pays où les salarié·es, devant travailler en moyenne 45 heures par semaine, figuraient autrefois parmi les moins productifs de l’Europe du Nord – a testé les effets de la semaine écourtée sans réduction de salaire de 2014 à 2021. Résultat: une amélioration du bien-être, une réduction du stress et, dans la majorité des cas, une hausse de productivité. D’ailleurs, au Japon, Microsoft a constaté un bond de productivité de 40% après avoir fait la même expérience.

Faisant figure de pionnière dans la province, Akufen a donc instauré la nouvelle mesure sans penser qu’une publication d’un de ses employés allait recueillir plus de 2 millions de vues, 25 000 réactions et partages et 436 commentaires. Portrait d’une agence qui se réjouit d’avoir osé favoriser le bien-être.

Une agence fondamentalement humaine
Selon Catherine Marois, co-directrice de création et membre de l’équipe d’Akufen depuis 15 ans, même s’il se spécialise en expérience, stratégie et design numériques, son employeur a toujours été axé d’abord sur l’humain.

«J’ai vu l’agence grandir au fil du temps tout en gardant son côté tissé serré. Notre approche repose sur l’horizontalité. C’est-à-dire que tout le monde est responsabilisé. Il n’y a pas de hiérarchie très formelle parce qu’on veut que chacun participe à faire avancer les projets. L’humain est notre matière première et on le sait. C’est ce qu’on a de plus précieux.»

Il n’était donc pas surprenant qu’au plus creux de la pandémie, constatant sa troupe à bout de souffle, Christian Lebel, directeur des technologies et partenaire chez Akufen, propose une solution avant-gardiste pour garder son monde en santé, autant mentalement que physiquement.

«À la fin 2021, on sentait que la fatigue devenait de plus en plus lourde, se souvient Christian. On voulait accompagner les gens, les aider et, en discutant de la semaine de quatre jours, on s’est rendu compte que c’était vraiment possible, à condition de revoir intelligemment nos processus et nos façons de travailler.»

Le bien-être, bien pensé
Avant d’officiellement mettre en place l’horaire écourté le 1er avril dernier, le comité de direction de l’agence a voulu avoir la preuve que ses activités pouvaient rouler sans accrocs avec un jour de travail en moins. Anne-Marie Archambault, directrice de la stratégie et des expériences de contenu, explique: «On s’est mis à se présenter dans les réunions et à réorganiser les ordres du jour. Tout le monde se demandait pourquoi on voulait optimiser tant que ça, mais c’est qu’on ne voulait surtout pas que les gens aient à condenser cinq jours de travail en quatre.»

Désormais, au lieu de travailler 35 heures en cinq jours, l’équipe en travaille 32, du lundi au jeudi. Et son plan de contingence qui a toujours existé pour les problèmes techniques et les bogues qui surviennent la fin de semaine entre tout simplement en vigueur un jour plus tôt. L’agence a aussi mis sa clientèle dans le coup en tâtant son pouls et en lui communiquant son plan de match avant l’annonce officielle. La réaction? Un peu d’envie, beaucoup de curiosité et, surtout, de la fierté. La fierté de travailler avec une agence dans l’air du temps.

Le temps de prendre le temps
Selon les trois dirigeants, l’impact du changement est exceptionnel. Les échéanciers demeurent inchangés, mais la créativité, elle, foisonne. En effet, une étude réalisée par la University of York et la University of Florida démontre que plus de 40% de nos idées créatives surgissent lors de moments de détente lorsque nos esprits vagabondent.

«La créativité, c’est un contexte de travail particulier, affirme Anne-Marie. Quand tu es en réunion toute la journée, tu n’as pas forcément le temps de réfléchir. Parfois, c’est quand tu vas faire ton jogging que les idées créatives émergent.»

Outre les effets sur la qualité du travail, le changement d’horaire influence aussi positivement l’atmosphère. Parce qu’il ne s’agit pas seulement d’une semaine de quatre jours, mais aussi d’un week-end de trois jours, pour toujours. Les gens ont enfin du temps à consacrer à leurs passions. D’autres, en l’occurrence les parents, prennent volontiers la journée du vendredi pour respirer ou pour réaliser les tâches qui sont ennuyeuses pour les enfants. Premier papa d’Akufen, Christian fait ses courses et son ménage pour pouvoir consacrer le reste de la fin de semaine à sa petite famille. Et les trois directeurs sont unanimes: le lundi, tout le monde arrive plus frais et de bonne humeur au travail.

Les clés de la réussite: l’imputabilité et la confiance
L’approche horizontale d’Akufen joue un grand rôle dans le succès de l’horaire de travail écourté. D’emblée, l’agence a toujours été du type à responsabiliser son personnel et à lui accorder sa confiance. La semaine de quatre jours n’est donc qu’un autre projet qui repose sur l’apport de chacun·e. Comme le rendement des expériences numériques, sa réussite est imputable à l’engagement de l’équipe vis-à-vis de l’atteinte de l’objectif.

En plus d’offrir un long week-end toutes les semaines, Akufen a officiellement adopté le mode hybride ultra flexible – les employé·es peuvent venir au bureau à leur guise –, suivi une formation de premiers soins en santé mentale offerte par le bec et a commencé à offrir des ateliers de méditation le midi (gracieuseté d’Anne-Marie) pour favoriser le bien-être de son monde. Ça vous parle? Jetez un coup d’œil aux postes qu’Akufen cherche à pourvoir!

Akufen

À lire maintenant

Tök communications: la force de l’équipe
Koze: les valeurs à la bonne place
TANK: une marque employeur en constante évolution
Marque-employeur en vedette: bienvenue chez dada
TUX introduit la semaine de 4 jours
Comment attirer (et garder) les meilleurs talents?
La marque employeur: pas une question de marque ni d’employeur