Geneviève Morin

Nouveau CA de lg2: entrevue avec Monique Leroux et Claude Auchu

par Geneviève Morin, le 20 juin 2022


La plus grande agence indépendante d’expérience de marque au pays, lg2, s’est dotée d’un tout nouveau conseil d’administration ouvert sur l’extérieur. Pour présider ce conseil, Claude Auchu, associé, chef de la direction de lg2, n’a choisi nulle autre que Monique Leroux, une femme d’affaires et administratrice de société expérimentée, pour mener un mandat d’une durée de deux ans. Le Grenier a discuté de cette grande nouvelle avec Claude Auchu et Monique Leroux.

GAN: On peut dire que ce n’est pas vraiment coutume pour une PME de se doter d’un conseil d’administration pour assurer sa gouvernance, si on se fie aux données récoltées par le Centre d’expertise en gouvernance de sociétés de l’Université Laval. Qu’est-ce qui vous a motivé à repenser votre organisation?

Claude Auchu: On peut considérer deux points importants qui motivent cette décision. Le premier concerne une réflexion derrière la capacité de notre conseil d’administration à se surpasser. Il faut le savoir, lg2 avait déjà un conseil d’administration constitué de membres de la direction. Mais la réflexion en est venue à soulever l’idée que ce conseil — cette formule de conseil d’administration, du moins — était arrivé à une maturité de premier cycle. Nous avons donc eu toutes sortes de questions relatives à ce moment tournant de la gouvernance: comment s’assurer de l’indépendance de lg2 dans le temps? Comment rester robuste dans le temps? Comment s’assurer de la durabilité de cette entreprise? Comment faire rayonner l’éthique et les valeurs de lg2? Et, parallèlement, nous voulions prendre une décision qui illustre le progrès qu’on souhaite faire en tant qu’entreprise. La seconde motivation concerne l’idée d’ouvrir ce conseil à l’externe. C’était tout à fait cohérent avec le parcours de lg2, et le moment était venu de s’ouvrir et de construire quelque chose de nouveau, d’avant-gardiste; quelque chose qui doit nous sortir de nos zones de conforts, qui va amener autant de rigueur que de discipline sur la trajectoire stratégique de l’entreprise. À nos yeux, la diversité de points de vue et l’expertise variée de professionnel·les extérieur·es, c’est une arme importante en affaires. 

GAN: Et parlez-nous un peu plus de ce conseil d’administration. Comment on s’y prend pour bâtir sa dream team?

Claude Auchu:  Ça ne s’est pas fait du jour au lendemain, parce que j’avais depuis quelque temps beaucoup de réflexions autour de la gouvernance. Et puis, un jour, j’ai décidé de passer un coup de fil à Monique pour discuter de l’évolution de la gouvernance de lg2. Elle a accepté de nous donner un coup de main pour bâtir ce que nous avions envie de construire. Le processus de sélection des membres a été rigoureux, neutre et indépendant. On voulait que ce soit un comité inclusif et paritaire et on recherchait du challenge. De fil en aiguille, j’ai réalisé que la présidente de ce nouveau conseil d’administration était là, sous mes yeux. Ce n’était pas une décision improvisée: Monique nous a soutenu·es et nous apportait un regard stratégique très enrichissant, tout en partageant la vision d’avenir de lg2. Elle était la personne toute désignée pour le mandat de présidence.

GAN: Et puis pour vous? Si on tape votre nom dans un moteur de recherche, on constate vite que vous êtes une femme très occupée. Qu’est-ce qui vous a attirée dans ce projet et ce mandat?

Monique Leroux: Moi, je salue la décision de repenser l’organisation de sa gouvernance; lg2, c’est une entreprise que je connais depuis longtemps. Nos chemins s’étaient croisés dans les années 90, et depuis j’ai eu l’occasion de travailler à plusieurs reprises avec ses équipes talentueuses et créatives. Et je salue l’audace d’une société privée constituée d’actionnaires, qui n’a aucune obligation d’ouvrir son conseil à l’extérieur, de se lancer dans ce grand projet de gouvernance. C’est un geste d’innovation, de courage, très humble et c’est un grand pas en avant pour la pérennité de l’entreprise. Maintenant, quand je suis allée visiter le bureau de lg2 à Montréal, je me suis sentie comme dans un campus universitaire et j’ai été charmée par l’ambiance et le dynamisme qui y régnait. Je dois aussi dire que je suis une passionnée des personnes et si j’ai l’opportunité d’apporter ma contribution à une entreprise comme lg2, je vais le faire avec plaisir. 

GAN: En terminant, parlons de gouvernance responsable, puisque c’est un mot qui ressort quand on aborde l’idée d’ouvrir son conseil d’administration à l’externe. Comment voyez-vous votre rôle au sein du conseil d’administration de lg2

Monique Leroux: Quand on est une société privée, moyenne ou grande entreprise, le fait d’aller chercher des expertises externes, ça amène une conversation où il y a de l’expérience additionnelle autour de la table, ça élève la discussion et ça évacue les débats opérationnels. Un conseil à moitié constitué de personnes externes, ça oblige à regarder et à repenser son plan stratégique sur le long terme. Les regards extérieurs permettent également de clarifier les enjeux, de raffiner les réflexions, mais ils remettent aussi en question le développement d’affaires. Plus précisément, dans mon mandat à moi, il y a aussi un volet humain important à considérer chez lg2: nous voulons creuser davantage les discussions entourant la relève et les employé·es de lg2, que ça concerne la formation, le développement, la mobilisation, la culture de l’entreprise et ses valeurs. C’est d’ailleurs pourquoi le nouveau Comité du développement et du leadership de la relève a été créé et confié à Marc Fortin. Ce comité aura pour mission unique et principale de développer les talents et de mobiliser les employé·es dans l’évolution personnelle et professionnelle à l’interne. Plus encore, lg2 veut réfléchir à son impact environnemental et à ses responsabilités sociales. Un bon conseil d’administration traite de tous ces sujets et grâce aux regards externes, on arrive souvent à éclaircir des angles morts et à faire avancer une entreprise de manière durable. Mon rôle, plus particulièrement, c’est de faire en sorte que notre chef de direction, Claude, puisse prendre toute sa place, tout en m’assurant de maintenir les conversations de haut niveau. Une bonne présidence veille à tenir un bon agenda et enrichit les discussions, tout en maintenant un climat de collaboration où transparence et rigueur se côtoient harmonieusement. Cette valeur ajoutée du conseil d’administration sera sans aucun doute transférable à la communauté et à la clientèle. C’est tout le monde qui y gagnera, au final!

Le nouveau conseil d’administration paritaire de lg2 sera composé de treize représentant·es:

  • Monique Leroux, C.M., O.Q., FCPA, administratrice de sociétés, présidente du conseil d’administration, lg2
  • Claude Auchu, associé, président et chef de la direction, lg2
  • Joe Strolz, vice-président opérations, Shopify
  • Julie Tremblay, administratrice de sociétés
  • Nathalie Francisci, CRHA-IAS.A - CRHP-ICD.D, présidente exécutive régionale, Gallagher
  • Norman Jaskolka, FCPA, chef de la direction, Sweet Park Capital et président du conseil du Groupe ALDO
  • Ravy Por, directrice exécutive et leader du Centre d’excellence en intelligence artificielle et technologies émergentes, KPMG Québec
  • Alexis Robin, associé, vice-président exécutif, marque et initiatives stratégiques, lg2
  • Chris Hirsch, associé, vice-président création - Toronto, lg2
  • Marc Fortin, associé, chef du produit - Montréal, lg2
  • Mireille Côté, associée, présidente - Québec, lg2
  • Nicolas Baldovini, associé, vice-président création, Expérience numérique, lg2
  • Pénélope Fournier, associée, présidente - Montréal, lg2

lg2
Photo: Donald Robitaille

À lire maintenant

Monique Leroux à la tête du conseil d’administration de lg2
Top 10 des campagnes du mois de juin
En toute sécurité à bord de la voiture no 420
Et si les panneaux de limites de vitesse étaient des personnes?
Sur un chantier, les dangers sont bien réels
Maxi et lg2 font campagne pour les produits d’ici
lg2 derrière l’offensive B2B de GSoft