La Fin du monde: quand 21 décembre rime avec bière!

le 26 novembre 2012


Pour ceux qui ne le savent pas encore, la fin du monde, selon le calendrier maya, aurait supposément lieu le 21 décembre 2012. Profitant du nom de l’une de ses bières, La Fin du monde, Unibroue lance une offensive web qui sort de l’ordinaire. En effet, la brasserie québécoise a lancé le site www.lafindumonde2012.ca qui invite les Québécois à prendre part à un moment qui sera peut-être historique. La mission des consommateurs? Faire un toast collectif le 20 décembre à minuit en l’honneur de la supposée et prétendue fin du monde!

«Voici l’occasion rêvée de permettre à plus de gens de découvrir La Fin du Monde, dit Patricia Gagnon, directrice de marque Unibroue. C’est pourquoi nous offrirons, pour la première fois et pour un temps limité, La Fin du Monde en fût dans 178 établissements participants en Amérique de Nord.»

Dès l’ouverture du site, l’internaute est accueilli par un décompte. Les amateurs de La Fin du Monde sont dès lors invités à faire la promesse du dernier toast, à acheter des t-shirts pour l’occasion et à trouver des établissements où se réunir le 20 décembre prochain. Bien entendu, il sera aussi possible de célébrer la fin du monde dans le confort de son chez-soi en décapsulant une bouteille!


Partager le moment, c'est oser vivre autre chose

À lire maintenant

Worldwide Partners: se concentrer sur les relations avec les clients
TV5 Québec Canada accueille Marie-Claude Wolfe à titre de directrice principale, Stratégies et marques
Chez nous, c'est Subaru avec l'agence Rinaldi
Virginie Pichet nommée directrice générale de Codmorse
Stéphanie Talbot devient chef d’équipe chez Pratico Média
Nadine Ménard de SUITE22 Événements, finaliste au Prix Femmes d’affaires du Québec
Le Port de Montréal s’inscrit dans nos vies
BMO Gestion privée propose de bons conseils à votre avantage
Le CCISD devient Santé Monde
Alias Clic signe le nouveau portail d'AluQuébec et CeiAl
Redéfinir le bonheur au travail avec Dix mille matins
Personnalité de la semaine: Émilie Russo (La Presse)