Chaque seconde, l'intolérance écourte des vies

le 17 mai 2022


Pour la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, la Fondation Émergence et l’agence Havas Montréal ont créé en Suisse, à la Haute École d’Horlogerie Arc, un objet symbolique entièrement inédit : une montre de 54 secondes, qui illustre que le temps ne passe pas de la même manière selon son orientation sexuelle, son identité ou son expression de genre.

Pour les minorités sexuelles et de genre, l’intolérance a encore trop souvent des conséquences tragiques. En 2017, c’est une hausse de 86 % des homicides commis contre des membres des communautés LGBTQ+ qui a été enregistrée aux États-Unis. Les jeunes lesbiennes, gais et bisexuel·les sont 4 fois plus susceptibles de faire une tentative de suicide que les jeunes hétérosexuel·les et, entre le 1er janvier 2008 et le 30 septembre 2021, c’est 4 042 personnes trans qui ont été assassinées dans le monde.

La violence, qu’elle soit physique, psychologique, sexuelle, institutionnelle, médicale ou économique, diminue l’espérance de vie des personnes LGBTQ+. Déclinée en contenu vidéo, en affichage, en imprimé, en numérique et à la radio, la campagne de sensibilisation conçue par Havas vise à mettre en lumière cette injustice fondamentale. 

Si plusieurs des spécialistes approchés ont jugé la mission impossible, la réalisation de cette montre de 54 secondes a constitué un impressionnant défi technique que l’ingénieure-horlogère suisse Mélanie Guillaume a accepté de relever. «Quand l’équipe de Havas m'a approchée, je me suis dit : Oh, quelle idée intrigante et quelle belle cause! Mais comment vais-je faire pour altérer la mesure du temps? Personne n’a jamais construit volontairement une montre qui ne mesure pas l’heure!»

Fabriquée en 12 exemplaires, la montre de 54 secondes illustre de façon symbolique le temps de vie volé par l’intolérance et la violence face aux personnes LGBTQ+. Pourquoi 54 secondes? Six secondes en moins pour représenter chacune des six couleurs du drapeau de la fierté.

Plusieurs personnalités influentes dans la communauté, dont Manon Massé, Pierre Lapointe, Cœur de pirate, Katherine Levac, Ariane Moffatt, Apashe et Alice Nkom, avocate camerounaise engagée dans la défense des droits LGBTQ+, ont accepté de porter à leur poignet ce symbole du temps volé.

«Lorsque les minutes ont 54 secondes, le temps va plus vite, les années raccourcissent et des vies se terminent trop tôt. Tant qu’il y aura de la violence, nous devrons continuer à éduquer et à sensibiliser les gens», déclare Laurent Breault, directeur général de la Fondation Émergence.

«C’était hyper important pour nous de créer un objet qui allait exister dans le monde réel, explique Félix-Antoine Brunet, directeur artistique. On a aussi tenu à réaliser une version numérique de la montre de 54 secondes, pour qu’elle soit facilement accessible et pour que les gens puissent montrer leur soutien.»

La version numérique de la montre de 54 secondes peut être téléchargée sur l’application Google Play.

«On voulait proposer un objet porteur de sens qui nous rappelle à chaque instant l’importance d’être un allié. C’est une montre qui ne donne peut-être pas la bonne heure, mais elle donne l’heure juste quant à la gravité de la situation», ajoutent Vanessa Harbec et Olivier Goulet-Lafond, tous deux concepteurs-rédacteurs.

Traduite en une quinzaine de langues, la campagne sera diffusée par des organismes voués à la protection des droits des personnes LGBTQ+ dans de nombreux pays du monde. Une pétition visant à faire reconnaître de façon officielle par l’ONU le 17 mai comme Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie accompagne le dévoilement de la campagne. Il est possible de la signer en cliquant ici


havas 1
havs 2
havas 3
havas 4
havas 5
havas 6
havas 7
havas 8
havas 9
havas 10

Crédits:
Client : Fondation Émergence/Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie — Laurent Breault, Francis Viau, Carl Poulin, Sébastien Houle
Agence : Havas Montréal
Direction de création exécutive : Carle Coppens
Direction de création : Carle Coppens
Direction artistique : Félix-Antoine Brunet, Preto Murara
Conception-rédaction : Vanessa Harbec, Olivier Goulet-Lafond
Adaptation: Marcus Hildebrandt, English Department
Service-conseil : Charlotte Lafrance, Natacha Nasset
Gestion de projet numérique : Jean-Michel Rioux
Production : Anick Rozon, Brigitte Robillard
Planification stratégique : Stéphane Mailhiot
Développement Web : Human
Développement numérique : Vincent Nicopolsky
Infographie : Benjamin Trottier
Animations 3D : Félix-Antoine Brunet
Conception du mécanisme : Mélanie Guillaume, adjointe scientifique à Haute École Arc, à Neuchâtel, en Suisse
Assemblage de la montre : Dominique Brouillet, horloger
Réalisatrice en Suisse : Sarah Adatte
Post-production et montage : Post430
Réalisateur : Nicolas Fransolet
Assistant caméra : Arturo Fransolet
Chef électro : Nicola Tomasini
Monteur offline : Ludauvick Geoffroy
Coloriste et monteur online : Étienne Beaupré
Assistante-monteuse : Rosalie Bégin Nadeau
Productrice de post-production Post 430 : Isabelle Borduas
Coordonnatrice de post-production Post 430 : Annie-Kim Brais
Coordonnatrice de production : Charlène Blanchette
Musique/technicien de son : Tanguy Meunier, Circonflex
Relations publiques : tök communications
Photographes : Roma Yandolin, Chaideer Mahyuddin, Anatolii Stepanov, Kobi Schutz, Czarek Sokolowski, Anatolii Stepanov

Un merci spécial à tous nos autres partenaires qui ont, de près ou de loin, collaboré au projet : Andrée Giraldeau, Anne-André Benoît, Bromar, Ève Bastien-Rouleau, Janie Lebel, Jérôme Couture, Johanne Pelland, Reliable Watch, Selco, Simon Provencher Allard, Tanina Drvar, Time Merchants

À lire maintenant

En mode festif pour la Fête nationale
Tout le Québec s’accélère avec Internet haute vitesse
«Les couleurs de la fierté» remporte l’or aux Andy Awards
La crème de la crème aux Rendez-vous Québec Cinéma
Héma-Québec et Tam-Tam\TBWA surprennent 130 donneur·euses de sang
Optimum Graphiques devient partenaire d’affichage des Jeux du Québec