Lea D. Nguyen

Créativité au féminin

par Lea D. Nguyen, le 20 mai 2022


Fondé en novembre 2017, le regroupement Femmes en créa compte aujourd’hui une communauté Facebook de plus de 1600 membres. Il est né du constat commun de créatives de l’industrie sur la place qu’occupent les femmes dans le domaine — manque de représentativité de ces dernières dans des postes de direction, entre autres. Comment donner l’exemple à la relève si le plafond de verre demeure difficile d’accès? Retour sur le fondement du groupe, ses avancées, et regard plein d’espoir vers l’avenir en compagnie de Patricia Doiron.

Mission première
Le regroupement Femmes en créa a vu le jour parce que les femmes qui le composent ont voulu «monter aux barricades», partage Patricia Doiron, l’une des co-fondatrices et présidente du CA. Le premier constat? Il y avait davantage de femmes que d’hommes en publicité, mais davantage d’hommes que de femmes dans des postes de direction de création. Something doesn’t add up. «Pourquoi perdons-nous des joueuses plus nous montons dans l’échelle?», questionne-t-elle. Le second constat? Aucune femme n’a été présidente d’un jury du concours Créa. Ensemble, le quatuor de co-fondatrices alors formé de Caroline Joassin, Sarah-Catherine Lacroix, Adriana Palanca et Patricia, a voulu trouver des réponses à ses questionnements, ouvrir la conversation et surtout changer les statistiques. Une étude de Statistique Canada sur le portrait socioéconomique des femmes cadres illustre qu’il y en a moins dans les plus hauts postes de direction. Encore moins si elles sont autochtones ou issues de minorités visibles, et le salaire moyen reste largement inférieur que leurs comparses hommes. Misère — on espère bien que les chemins se sont améliorés depuis !

Mission accomplie
«À la même époque, le mouvement “me too” prenait de l’ampleur. Notre timing était vraiment bon, se souvient Patricia. La conversation se passait au niveau mondial. Tout le monde en parlait et nous avions le vent dans les voiles, puisque nous n’étions pas seules à avoir les mêmes revendications.» Convaincue de pouvoir changer les choses et bercé du porte-voix mondial, Femmes en créa a été très active à ses débuts. Activités, campagne pour porter l’équité aux Créa, soirée Équité Poker le 8 mars 2018 avec Valérie Plante comme invitée, ainsi que conférences se sont multipliées après le fondement du groupe, et, très rapidement, ses objectifs initiaux — qui étaient de provoquer des discussions et de faire valoir la place des femmes en création — ont été atteints. «Les chiffres changent. Dans les 2-3 années qui ont suivi la formation du regroupement, de plus en plus de femmes ont été nommées comme directrices de création», raconte Patricia. Et, en 2019, Marilou Aubin avait été nommée présidente du jury Créa, piloté par Infopresse entre 2006 et 2019. C’était une première en 13 ans d’existence!

Par ailleurs, le groupe lève le chapeau au concours Idéa, de l’Association des agences de communication créative (A2C), qui compte cinq présidentes sur les six jurys du concours pour l’édition 2022. Fière de cette représentation historique au Québec, Patricia est allée à la rencontre des présidentes des jurys pour recueillir leurs commentaires, qu’on peut lire ici. «Le message que j’ai reçu de ces 5 femmes? C’est cool que nous soyons plus représentées dans l’industrie, mais il faut rester vigilantes. Il ne faut pas faire comme si c’était acquis et considérer que le sujet est réglé. Il faut tout le temps continuer à revendiquer», précise-t-elle.

En effet. Simone de Beauvoir ne disait-elle pas «N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant.»? Si, dans les dernières années, nous entendons un peu moins parler du groupe — pandémie oblige — cela ne veut pas dire que Femmes en créa ne poursuit plus sa mission, au contraire. Récemment, un nouveau CA s’est constitué et s’est interrogé sur l’avenir du groupe. À la tête du nouveau CA, on retrouve Patricia, pigiste, Mireille Forest, responsable, événements et projets spéciaux, A2C, Sarah-Catherine Lacroix, directrice de création adjointe, Bleublancrouge, Blake Ranger, chargée de projets, Republik, Sann Sava, vice-présidente, chef de la création, Publicis, et Alena Schwing, conceptrice-rédactrice chez Taxi. Au menu: revoir la plateforme web, organiser de nouvelles activités et plancher sur un important projet qui verra le jour cette année.

Prochaines missions
Femmes en créa souhaiterait éventuellement offrir un programme de mentorat officiel pour la relève notamment. Cependant, Patricia estime que les femmes du regroupement ont, chacune à leur façon, prodigué du coaching sur le terrain à travers les années. Et puis, les jeunes ont maintenant plusieurs modèles féminins to look up to. Ce que Patricia elle-même n’avait pas à l’époque où elle a entamé sa carrière en création. Pour terminer, elle nous laisse sur cette note. «Je pense qu’une équipe de création dirigée par une femme va peut-être grandir d’une autre façon, en laissant beaucoup plus de place à ses plantes de pousser dans toutes les directions», dit-elle, sourire dans la voix.

À lire maintenant

Leadership féminin: l’apport indéniable des femmes en entreprise
Pour un milieu de travail équitable et inclusif, au-delà des belles intentions
Héma-Québec et Tam-Tam\TBWA surprennent 130 donneur·euses de sang
Optimum Graphiques devient partenaire d’affichage des Jeux du Québec
Retraite Québec se tourne vers dada
Patricia Paquin a bien fait de choisir GoDaddy