Justine Aubry

Hooké: une passion qui n’a jamais démordu!

par Justine Aubry, le 28 juin 2022


Hooké, c’est 10 ans d’évolution et de projets. C’est aujourd’hui une marque, un média, une collection de vêtements et d’équipements, et une communauté de passionné·es d’activités en nature et de pêche. Mais c’est surtout une belle histoire d’amour entre un entrepreneur inspiré et énergique et une industrie aux contours vieillissants qui méritait de rayonner davantage. Le Grenier a rencontré Fred Campbell, fondateur de Hooké, pour discuter de cette marque outdoor qui a su bâtir un véritable écosystème pour les jeunes et moins jeunes fans de grand air.

Tout a commencé par des vidéos de pêche publiées en ligne qui ont hameçonné rapidement plus d’un visionnement (jeu de mots facile ici). Vidéaste passionné par la nature, Fred Campbell a un jour décidé de partager son engouement pour la pêche avec une communauté qui s’est révélée tout aussi avide de cette activité. Il s’est rapidement rendu compte du potentiel, alors qu’un clip tourné en Gaspésie est devenu viral. D'un petit blogue consacré à la pêche à la mouche, l’entrepreneur a bâti une marque reconnaissable à laquelle s’est attachée une communauté locale et internationale sans cesse grandissante.

 «Je voulais partir d’une niche et développer une marque en changeant les mentalités. On a une mission très claire, apprendre à mieux connecter avec la nature, et être des ambassadeur·drices d’une culture vieillissante, celle de la pêche, de la chasse et du plein air d’aventure. J’ai mis mon rêve en action avec notre super équipe. On a d’abord fait un logo, un blogue, et puis je voulais monnayer le tout. Je me suis dit, pour faire fonctionner un brand, comment on fait?»

La réponse s’est imposée assez rapidement. En rassemblant une communauté autour d’un intérêt commun et en montant un écosystème complet autour de celle-ci.

 «J’ai un background très entrepreneurial, et j’ai toujours voulu changer les choses et vivre de mes passions. J’ai fait le tour du monde, j’ai appris sur le marketing, j’ai fait des films de snow et de skate, et plusieurs aventures en plein air. Et puis, j’ai travaillé pour plusieurs marques. Avec Hooké, j’ai réalisé qu’il fallait que les vêtements des personnes dans nos films puissent être portés, pour créer une sorte de sentiment d’appartenance chez les gens qui les écoutaient», explique le fondateur.

hooké
Photos: hooke.ca

La production vidéo
Le fondateur possédait d’abord une maison de production vidéo, une expertise notable qui lui a permis de lancer avec confiance Hooké Média, pour ainsi jumeler sa passion pour le plein air avec celle de faire des films. En plus du contenu vidéo en ligne, cette branche produit également des séries télé qui ont été présentées sur TV5 et UNIS TV.

 «On a réalisé une série d’aventure qui se déroulait partout dans le monde, où on parlait de pêche, de connexion avec la nature, de découverte de nouveaux lieux. On est aussi dans les séries web, comme celle où je suis parti à travers le Québec durant la COVID pour en apprendre sur les changements climatiques. On travaille aussi actuellement sur un gros projet international en anglais.»

Plutôt que d’être affectée durement par la pandémie, Hooké a connu un succès encore plus important, en triplant même son chiffre d’affaires.

 «Puisqu’on est très connecté·es avec la nature, la crise nous a permis de vivre une croissance. On a dû annuler nos voyages à l’international, mais c’est la seule chose qui nous a affecté·es. On a affronté ce défi en équipe, et ça nous a solidifié. On a négocié de gros contrats pour nos séries télé et même gagné un prix dans le plus gros festival de films de pêche!», se réjouit Fred Campbell.

La gamme de vêtements pour faire vivre l’expérience
Hooké
en dehors de ses contenus, et aussi pour unifier sa communauté, l’entrepreneur s’est lancé dans la grande aventure du vêtement et de l’accessoire. La gamme de pièces pour femmes, hommes et enfants connait aujourd’hui un indéniable succès auprès des amateur·trices de pêche et de plein air, en plus de respecter l’environnement.

 «On voulait un produit de qualité, durable, responsable, précise Fred Campbell. Nos vêtements sont faits avec du coton biologique et des matières recyclées. Les prix sont plus élevés, mais c’est de la qualité. Il fallait qu’on reste cohérent·es avec les valeurs qu’on promeut.»

Pour souligner son dixième anniversaire cette année, Hooké a lancé Rivières, une collection pour petit·es et grand·es qui rend hommage à «ceux et celles qui nous ont tant offert depuis le début de notre aventure en 2012», peut-on lire sur le site web de la marque.

«Notre collection Rivières, on en est vraiment fier·ères. On a aussi la collection Gaspésie, qui met en valeur ce lieu qu’on visite depuis 10 ans. Dernièrement, on a eu une immense croissance, nos vêtements sont offerts dans 155 points de vente, une des marques les plus vendues. On est vraiment content·es», confie (avec le sourire, on le devine) le fondateur.

Et pourquoi pas un magazine?
Que de belles réussites. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi le magazine! Un autre projet important pour Hooké et Fred Campbell.

«Mon but était d’avoir le plus beau magazine de chasse et pêche au monde. Une fois par année, on résume l’année dans le magazine. Toutes nos aventures sont mises de l’avant, et ça s’arrime avec le contenu de notre blogue aussi. C’est comme une carte de visite, un objet que tu as envie de garder.»

La publication à l’esthétique léchée et épurée signe sa 5e parution, une édition anniversaire que le fondateur qualifie fièrement «d’œuvre d’art».

hooké2

En cette année de fête, quelle est la plus grande fierté de Hooké et de son fondateur?
«Je suis vraiment content d’avoir pris une niche et d’avoir créé un gros univers autour de ça, une marque solide, une fierté mondiale et québécoise. On a créé une nouvelle communauté et maintenant, c’est florissant. Les gens ont une conscience écologique, on voit des remises à l’eau, on ouvre notre esprit sur les différentes cultures. On a franchi le concept de «ça marchera pas» à «oui ça marche». On a dépassé les étapes les plus dures. La prochaine étape, c’est une expansion canadienne et européenne», conclut avec optimisme l’entrepreneur.

 

À lire maintenant

Le métavers: cinq mythes démystifiés
L’image de l’Office montréalais de la Gastronomie déployée par lg2
L'Institut BÉA se tourne vers Rinaldi-Maestro
Passez du temps dans la nature avec Mazda Canada et ParticipACTION
Marelle Communications en charge des médias sociaux du FICG
Un nouveau rédacteur en chef chez Journal Métro