Émilie Desgagné

Small Talk: l’entreprise événementielle qui améliore vos relations interpersonnelles

par Émilie Desgagné, le 1 juin 2022


De plus en plus de recherches démontrent l’importance des relations interpersonnelles dans un contexte professionnel. Selon des études partagées par le Harvard Business Review, les liens sociaux favorisent grandement le sentiment d’appartenance et de bien-être au travail. Ils ont aussi un impact important sur le partage de connaissances, l’innovation, le rendement, la rétention du personnel et la réduction du risque de surmenage.

Pour Tatiana Therrien, ce constat n’a rien de surprenant. La spécialiste de l’événementiel a lancé l’an dernier Small Talk, une entreprise qui propose des rassemblements sur mesure conçus spécialement pour favoriser la création de bonnes relations entre collègues.

Bien s’entendre, au bureau comme ailleurs
La mission de Small Talk est simple: bonifier les relations interpersonnelles à l’extérieur du contexte professionnel pour permettre à tout le monde de mieux travailler ensemble.

«Parfois, quand on gère des projets – surtout à distance –, on ne s’entend pas sur certaines choses. Quand on ferme notre ordi le soir, on reste avec ces frustrations-là et ce n’est pas simplement en continuant de travailler ensemble qu’on parvient à s’en débarrasser, admet celle qui constate les bienfaits des événements rassembleurs depuis plus de 10 ans. Il faut donner l’occasion aux gens d’apprendre à mieux se connaître et se comprendre à l’extérieur du bureau. C’est ce qui permet d’atténuer les tensions et d’adapter ses façons de travailler.»

Les événements de Small Talk, qui s’adressent à des groupes de 10 à 150 personnes, sont tous personnalisés et hautement inclusifs pour que toutes les personnes présentes se sentent motivées d’y participer, et non forcées. Pour le moment, ils prennent la forme d’activités de teambuilding ou de célébrations offertes en virtuel ou en présentiel. Bientôt, Tatiana compte développer une formule hybride et, quand le climat sanitaire le permettra, lancer un volet voyage.

«J’ai récemment organisé une soirée jeu-questionnaire en ligne avec des personnes qui ont toutes été recrutées pendant la pandémie et qui n’habitent pas au Canada. Le but, c’était de les aider à apprendre à se connaître. Ces gens-là ne savaient pas qu’ils avaient tous un point en commun : une passion pour la formule 1. Ç’a été une belle surprise!»

Pause limonade
Tatiana aime surprendre. D’ailleurs, démarrer une entreprise dans le secteur événementiel en pleine crise sanitaire, c’est assez surprenant.

En mars 2020, quand Tatiana a perdu son emploi chez Hivestack, elle a décidé d’enfin donner vie à ses ambitions: créer sa propre compagnie d’organisation d’événements.

Ne sachant pas trop ce que lui réservait la pandémie et le monde de l’entrepreneuriat, elle a sauté à pieds joints dans l’aventure avec dans la tête l’idée de profiter de la pause pour apprendre et réaliser son rêve. La vie nous a donné des citrons, Tatiana en a fait de la limonade.

«Je savais que je connaissais bien l’événementiel, mais pas forcément l’entrepreneuriat. J’ai donc entrepris de faire un certificat en entrepreneuriat au HEC et les portes ont commencé à s’ouvrir. J’ai reçu une bourse, j’ai découvert tout un écosystème, je me suis bâti un réseau de gens et de mentors et j’ai précisé la vocation de mon entreprise.»

Sur la voie du destin
Il faut dire que la créatrice de Small Talk n’a jamais eu très peur de l’inconnu. Il y a quelques années, elle a effectué le trajet de Montréal à Terre-Neuve, à pied et en solo, pour une cause qui lui tient à cœur. La marche lui a permis de remettre bien des choses en perspective et de réfléchir à son avenir professionnel.

Toute sa vie, Tatiana a voyagé. Son père – qui œuvrait dans le secteur de l’aviation – avait souvent des contrats à l’extérieur et la famille le suivait. C’est vers la fin de l’adolescence, alors qu’elle faisait l’équivalent de son DEC en sciences naturelles en Irlande du Nord, que l’entrepreneuse s’est découvert une passion pour le domaine événementiel.

«À l’époque, mon père avait un contrat en Irlande du Nord où le taux de chômage était vraiment élevé. Comme je n’arrivais pas à me trouver un emploi étudiant, j’ai fait du bénévolat pour me tenir occupée. On organisait des bals de charité avec des crumpets et de gros chapeaux, puis je me suis aperçue que c’était naturel pour moi. C’est là que mes parents m’ont appris qu’il s’agissait d’un vrai métier – qu’on pouvait gagner sa vie comme ça.»

À son retour au Québec, Tatiana s’est inscrite au cours de gestion touristique à l’ITHQ, un cours qui lui a permis de suivre ses plus grandes passions: les voyages, les événements et le service à la clientèle.

Service clé en main
Des moments de doute, Tatiana en a vécus dans les deux dernières années. Elle s’est même carrément fait dire de se réorienter. Mais les liens de confiance qu’elle arrive à forger avec sa clientèle la rassurent quant à ses choix.

«Je suis une fille d’action et c’est ce que les gens qui font affaire avec moi voient. C’est simple, je fais les choses. Mes gestes parlent d’eux-mêmes et c’est comme ça que je me distingue. Mon rôle, c’est d’enlever un poids des épaules de responsables des RH qui n’ont pas de temps à consacrer à l’organisation d’événements. C’est important pour moi de travailler en équipe avec ces personnes tout en allégeant leur charge parce qu’elles sont débordées avec le recrutement et la recherche de talent.»

Avec Small Talk, les entreprises ont droit à un service clé en main. Aucuns frais cachés, aucun flafla – que des événements pensés spécialement pour répondre à leurs besoins et à ceux de leur monde.

small talk

Photo : smalltalk.events

À lire maintenant

Conseils pour des événements hybrides créatifs, efficaces et plus écolos
Le métavers: cinq mythes démystifiés
L’image de l’Office montréalais de la Gastronomie déployée par lg2
L'Institut BÉA se tourne vers Rinaldi-Maestro
Passez du temps dans la nature avec Mazda Canada et ParticipACTION
Marelle Communications en charge des médias sociaux du FICG