Lea D. Nguyen

L’humain au cœur du collectif Humanise

par Lea D. Nguyen, le 20 mai 2022


Souvent, on croit — à tort ou à raison — que la réalité du monde des agences égale longues heures, délais serrés et stress. Ajoutons par-dessus une couche de pénurie de main-d’œuvre et l’enjeu semble exacerbé. Pour augmenter le bien-être de ses troupes, des agences du collectif Humanise offrent maintenant le modèle flex, permettant de travailler 9 jours pour obtenir une journée de congé. Pause-café en compagnie de Valérie Provost, directrice Talent et Culture afin d’en connaître plus sur la marque employeur du groupe, au-delà d’un horaire flexible.

Humanise la bienveillante
Lorsqu’il y a place à l’évolution et que la confiance règne, il est plus séduisant d’y poser ses valises. Et Humanise en a bien cerné l’essence. Avec un nom comme cela, il était manifeste que le collectif de neuf entités (Bleublancrouge, Glassroom, Fieldtrip, U92, L’Institut Idée, Tulipe, BrandBourg, Youville, Alice & Smith) place l’humain au cœur de ses processus — créatifs, d’affaires et d’embauche. Si les aspects «humain» et «bienveillance» sont galvaudés par les temps qui courent, le groupe ne surfe pas sur la vague de jargons à la mode. Ses babines suivent fidèlement ses bottines. Chaque fois qu’un talent se joint au rang d’Humanise, l’équipe de Talent et Culture rencontre la personne à des moments clés afin de prendre le pouls: a-t-on ressenti les valeurs de l’organisation, quelles sont les grandes forces du collectif, qu’est-ce qui distingue le groupe des anciens employeurs? Sans surprise, «bienveillance» et «humain» ressortent à tous les coups. «Ce qu’on nous partage, ce ne sont pas juste de beaux mots, exprime Valérie. Les employé·es le ressentent au quotidien par nos initiatives, dans notre attention, et dans la gestion des arrivées et des départs.» Selon la directrice, c’est ce qui fait réellement la distinction Humanise.

humanise

Humanise à l’écoute
Les discussions ouvertes et transparentes sont préconisées chez Humanise. Qu’on préfère parler directement aux gestionnaires, qui sont par ailleurs outillé·es pour mener des discussions carrière et faire évoluer les employé·es, ou qu’on préfère parler à l’équipe de Talent et Culture, la porte est toujours ouverte. Au diable l’expérience passée et les titres, les employé·es peuvent évoluer au sein du groupe selon leurs aspirations. «On regarde leurs intérêts, leurs forces, et on essaie de leur trouver un endroit dans le collectif qui leur permet de s’épanouir», explique Valérie. De la sorte, les humains qui constituent le groupe ont l’opportunité d’explorer de nouveaux défis dans d’autres expertises au sein des entités indépendantes et complémentaires du collectif. Par exemple? Une ancienne directrice de l’équipe Langage de marque possédait un côté créatif très développé. Aujourd’hui, elle est directrice de création dans une entité de production de contenu! Autre exemple: une directrice au service-conseil, qui avait un intérêt marqué pour le développement des affaires, s’est vu offrir un poste créé sur mesure pour elle. «On est vraiment à l’écoute des gens et on a une grande ouverture pour les faire bouger au sein de l’organisation. Cette possibilité d’explorer autre chose sans devoir quitter et de rester dans le même écosystème permet de garder les gens plus longtemps.»

Humanise qui redonne
Cette année, le collectif en est à sa 5e édition de Masterclass. Ce programme d’immersion offre, à 30 universitaires du Québec et de l’Ontario, un tour d’horizon des différentes disciplines de communication marketing à travers les agences du collectif. «C’est une manière de redonner à la jeunesse, émet Valérie. Donner de la formation sur nos disciplines par des spécialistes pour qu’elle puisse mieux être guidée dans sa carrière, que ce soit chez Humanise ou ailleurs. Ça nous permet aussi d’embaucher des talents puisqu’on les voit agir concrètement sur nos mandats.» À l’issue de cette formation, des talents sont recrutés comme stagiaires. Encore aujourd’hui, plusieurs personnes œuvrent au sein du collectif suite au programme.

Entre en jeu un autre procédé aidant à la rétention de ses talents. Lancé au début de la pandémie, Huma-Nation permet les intégrations à distance et créer un sentiment d’appartenance. «On avait créé ce programme-là afin de les immerger dans la culture et leur faire connaître d’autres entités.» Ce n’est pas parce que la pandémie est (presque) terminée que Huma-Nation n’existera plus. Le plan? Ramener plus d’interactions en personnes pour les nouvelles embauches parce qu’Humanise est maintenant en mode hybride — un heureux mélange entre télétravail et travail au bureau.

Humanise la flexible
Le collectif a déjà mis beaucoup d’effort en termes de flexibilité au sein du groupe. Pour retenir ses talents et en attirer de nouveaux, Humanise a décidé de pousser l’avenue équilibre travail-vie personnelle un peu plus loin en offrant encore plus de flexibilité d’horaire grâce au modèle flex. Une voie intéressante si l’on considère que pas tout le monde estimait que c’était envisageable dans le milieu des communications. Prenez le télétravail avant la pandémie, par exemple. Peu d’organisations croyaient en ce modèle — et pourtant, il fonctionne. «Les gens dans notre marché, reconnu pour donner beaucoup d’heures, ont la perception que c’est impossible d’avoir un horaire flexible.» Et pourtant, le modèle de la semaine de travail comprimée fonctionne aussi! Avant de se rendre à la formule idéale, il y en a eu des essais. 18 mois plus tard, les données récoltées par l’équipe Langage de marque chez Bleublancrouge, première à avoir testé le modèle, montrent qu’il est efficace. «À l’automne dernier, on a fait un bilan et les constats sont super positifs. À tous les égards, on a eu un impact positif autant sur notre rentabilité que sur la productivité. Le taux d’absentéisme a baissé, le taux de rétention a augmenté et notre attraction dans le marché a beaucoup augmenté. On a donc décidé d’officialiser le programme et le rendre permanent à ce moment-là», dit Valérie. Ainsi, le modèle flex a été voté à l’unanimité chez Bleublancrouge, Glassroom, U92, L’Institut et Gestion Police.

Outre la flexibilité, quels sont les ingrédients pour une marque employeur tout à fait humaine? Écoute, confiance, générosité.

À lire maintenant

U92: l’agence qui a le cœur gros comme le cloud
Akufen et ses week-ends de trois jours, pour toujours
Tök communications: la force de l’équipe
Koze: les valeurs à la bonne place
TANK: une marque employeur en constante évolution
Marque-employeur en vedette: bienvenue chez dada
Humanise, un mouvement courageux!