Simone Béatrice Gravel

B.frank: conseiller en toute franchise

par Simone Béatrice Gravel, le 1 avril 2022


Avec leurs 25 ans d’écart, Chrystian Guy et Maude Vézina peuvent sembler un duo improbable à première vue. Pourtant, la chimie professionnelle a été instantanée. Et en combinant leurs expertises, le cabinet-conseil B.Frank est né. Chrystian et Maude se sont entretenus avec le Grenier afin de faire un portrait de leur entreprise en plein essor.

Comment arrive-t-on à créer un cabinet-conseil en transformation numérique?
Chrystian: J’aimerais clarifier tout d’abord ce qu’on entend, chez B.Frank, par transformation numérique. La transformation numérique comprend toutes initiatives d'intégration de technologies numériques au sein d’une organisation dans le but d’améliorer l'entreprise. Ça peut prendre beaucoup de formes: des logiciels d’ERP, de CRM, le IOT (internet of things), l’industrie 4.0, la robotique, etc.

B.Frank s’intéresse aux enjeux de transformation numérique, principalement  du côté du marketing et du commerce en ligne. La pandémie a accéléré la transformation numérique de nombreuses entreprises, donc nous avons saisi l’occasion. 

Pourquoi choisir ce créneau?
Maude: J’ai toujours eu un intérêt pour le numérique. J’ai œuvré quelques années en communication et en marketing, mais avec ma fibre entrepreneuriale, je souhaitais approfondir un peu plus mes notions en business/gestion. J’ai donc décidé de faire une maîtrise en Stratégie à HEC. Mon mémoire portait sur l’innovation du modèle d’affaires dans l’industrie des boîtes de repas «prêt-à-cuisiner» au Canada. Outre les nouvelles connaissances apprises, j’ai surtout développé une approche pour entreprendre des projets complexes.

Chrystian: J'œuvre dans le numérique depuis La Toile du Québec, je participe à l’élaboration de projets numériques de petite et grande envergure depuis plus de 25 ans. J’ai toujours agi comme conseiller, que ce soit interne ou externe. J’ai longtemps été le «nerd de service». Aujourd’hui, je peux prétendre m’être trompé assez souvent pour conseiller les autres afin qu’ils ne fassent pas les mêmes erreurs!»

Parlez-nous de l’idée derrière B.Frank.
Chrystian: Nous ne voulions surtout pas être une énième agence au Québec, mais plutôt combler le fossé entre ce que font les agences et les besoins d’accompagnement des clients. Tous nos clients nous ont systématiquement dit qu’ils se sentaient incapables d’évaluer le travail de leur agence, c'est quelque chose!

Maude et moi ne vendons qu’une chose: notre expertise! Nous ne sommes pas biaisés sur ce que l’on recommande. Toute la production se fait par des experts chevronnés dans chacun des métiers du numérique. Une agence, malgré toute la bonne volonté du monde, ne peut pas avoir des experts dans chaque domaine. De cette manière, nous pouvons créer un pont entre les clients et les experts, que ce soit des pigistes ou des microagences spécialisées.

Comment fonctionne B. Frank?
Chrystian: Commençons par ce que nous ne sommes pas: une agence numérique, une usine de production, une boîte de pub/marketing.

Maude: Il faut nous voir comme des avocats, nous conseillons et représentons nos clients. Nous conseillons les gens d’affaires sur les bonnes pratiques et nous les représentons auprès des prestataires de services comme les agences ou encore des experts à la pige. Ainsi, le client prend de bonnes décisions sans que nous soyons biaisés en lui vendant aussi la solution proposée.

Chrystian: Notre offre s’adresse aux PME québécoises qui ont un projet numérique quelconque.

Pouvez-vous nous en dire plus long sur votre philosophie d’entreprise et de vos équipes?
Maude: L’origine de notre nom est un clin d'œil aux valeurs au cœur de B. Frank, soit l'honnêteté et la franchise (be frank/soyez franc).

Chrystian: Beaucoup d’agences effectuent un travail honnête et soigné, mais il peut y avoir un lot de défis et d’enjeux. Un manque de compréhension ou d’expertise de la part du client, par exemple, peut lui nuire dans l’évaluation de ses besoins et dans son choix d’agence. B.Frank prend toute sa valeur ici! Nous travaillons en amont des agences pour évaluer et déterminer les besoins réels du client.

Maude: Nous voulons aussi démystifier les différents métiers du numérique, donner un sens business à chaque phase de développement et surtout briser les phrases creuses et les buzzwords du moment.

Quel projet évoquerait justement bien votre expertise? (Quelle est la dernière grande réalisation de l’entreprise, par exemple?) 
Chrystian: Nous travaillons actuellement avec un client qui souhaite lancer un produit numérique dans une industrie où l’offre est presque exclusivement faite par le biais d’entreprises et de canaux traditionnels. Nous l’accompagnons dans la définition de son modèle d’affaires jusqu’au lancement de la plateforme. Nous avons recruté une équipe de collaborateurs qui contribuera à l’idéation, la création et le développement de la plateforme numérique. Nous avons monté le département numérique de cette entreprise et nous agissons comme maître d'œuvre pour notre client et auprès de chaque intervenant.

Comment mesurez-vous le succès de l’entreprise?
Chrystian: B.Frank est encore jeune, nous nous fions donc aux rétroactions de nos clients. Mais il reste des métriques de base comme l’augmentation du chiffre d’affaires ou encore la réalisation d’un projet à l’intérieur des balises financières et temporelles.

b.frank

À lire maintenant

Eve Rémillard-Larose à la tête de DDB Canada
L'ACI choisit No Fixed Address à titre d'agence de référence création et média
Kabane fait briller le quartier Saint-Jean-Baptiste
La Banque Nationale fait confiance à Niché
Pense Bon: la communication au service de l'impact social
Bob a le vent dans les voiles