Lea D. Nguyen

Marque-employeur en vedette: bienvenue chez dada

par Lea D. Nguyen, le 22 mars 2022


Cette fois-ci, on se penche sur la marque employeur de l’agence dada, qui figure parmi les 150 «Best workplaces» au Canada de la revue The Globe and Mail, au palmarès des entreprises de Premières en affaires et au classement des Meilleurs lieux de travail gérés par des femmes au Canada. «Ce sera encore mieux le jour où on n’aura plus besoin de faire un palmarès “d’entreprises gérées par des femmes” surtout en 2022», lance à la blague Manon Goudreault, présidente et fondatrice de dada, avec qui on s’est entretenu afin de goûter à ce que c’est de travailler pour une agence aux «bureaux instagrammables baignés de lumière naturelle avec la plus belle vue du Vieux-Port, apéros et bonbons à volonté». Il y a sûrement plus? Oh que oui.

Avec amour et pertinence
Indépendante, inclusive, à propriété 100 % féminine et québécoise, l’agence met ses expertises au service de ses clients à travers le Canada, les États-Unis et à l’international. Munie d’une certification Great Place to Work Canada et de la certification Flow — plateforme qui met en valeur les entreprises flexibles au Québec — dada ose inviter les émotions dans les affaires. Il y a quelques années, l’agence a décidé de se positionner en s’interrogeant sur ce qui la distinguait des autres, nous explique Manon Goudreault. «On a réalisé qu’on était le prolongement de nos clients. Le lien qui nous unissait? L’audace de faire les choses différemment, notamment avec amour, mais aussi avec beaucoup de bienveillance. Pour que ça marche, on commence toujours par s’intéresser à nos clients, qui ils sont, ce qu’ils font et surtout, pourquoi ils le font. On met l’humain au cœur de tout ce que l’on fait. Vraiment. Chez dada, on s’est permis de le redéfinir l’amour à notre manière. Aimer, pour nous, c’est challenger, accompagner, écouter, défier, célébrer.»

De cette réflexion est né le manifeste de l’agence, qui stipule que toutes les marques et les humains sont capables d’accomplir de grandes choses et d’atteindre leurs ambitions. C’est la raison pour laquelle dada accueille marques et humains en misant sur leurs forces. «On veut les voir s’épanouir et on y arrive en leur prodiguant de l’amour. Ça fait partie de nos valeurs», ajoute Manon. De la croissance des talents, à celle des clients, le but de l’agence est de les propulser au meilleur de leur potentiel. Aimer c’est une chose, mais le faire avec pertinence, ça c’est dada.

Fit dada
La culture dada ne se vit pas qu’à l’embauche. «Nous, on voit l’expérience employé·e comme un continuum à partir du moment où tu es candidat·e, nous partage la présidente. Tu es exposé·e à la culture de dada. Tu vis la même expérience. Il n’y a pas de cassure entre ce qu’on te dit, la façon dont tu interagis avec l’entreprise et le moment où tu arrives.» Il en va de même auprès des marques. Spécialiste de la réconciliation entre l’expérience employé et l’expérience client, dada applique à l’interne ce qu’elle recommande à ses clients d’envergure comme Lassonde, Nikon, Olymel, Desjardins, Voyages Traditours ou encore Bota-Bota.

Chez dada, Marie-Ève Saint-Jean est la responsable du bonheur de l’équipe. C’est elle qui se présente en personne chez les nouvelles recrues pour les accueillir avec une boîte de bienvenue qui allie pertinence et bienveillance.  Contenant tout le matériel ergonomique pour un télétravail efficace, une tasse et une tuque aux couleurs dadaistes, un gâteau, des bonbons, des noix et plus encore. La touche humaine? Des messages personnalisés écrits par chaque membre! Que les employé·es fassent partie de la team depuis 3 mois ou 5 ans, chaque jalon — que dada appelle « moment de vérité » — est souligné en grand. «On célèbre chaque anniversaire avec un cadeau personnalisé selon ce qu’on sait de la personne, ce qu’elle nous a partagé dans l’année et ce qui est important pour elle», divulgue Manon. Mais l’agence se préoccupe aussi du développement personnel et professionnel de ses talents, entre autres à travers des rencontres régulières ainsi qu’une rencontre annuelle avec la présidente basée sur le test de l’ennéagramme. L’équipe est au cœur de l’évolution de dada et y contribue directement en rejoignant les différents comités, notamment le comité culture et innovation.

Avec plus de 40 personnes constituant l’équipe, le fit dada est encore bel et bien présent, confirme la présidente. «C’est assez étonnant lorsque tu dépasses un certain nombre de talents. Il peut y avoir des divergences ou des clans, mais ce n’est pas le cas chez nous. On a différentes questions qu’on pose lors des entrevues pour voir s’il y a un fit.»

Une culture rayonnante
Pré-pandémie, la marque employeur de dada allait déjà très bien. Il serait bien trop long de lister tous les bénéfices et les avantages de dada dans ce billet, mais globalement, l’agence offre des assurances payées à 50 %, un programme de REER collectif, des cours de yoga gratuits deux fois par semaine, un accès illimité et VIP pour deux au Bota Bota, un programme de partage des bénéfices de l’agence, etc.

Manon estime que la façon dont l’agence traite ses troupes parle (et voyage) d’elle-même. Une étudiante en communication de l’Université Concordia, qui était au parfum de la culture dada, en a fait un mémoire de maîtrise afin de distinguer ses piliers, et un portrait sur la conciliation vie de travail-vie de famille. Ce mémoire demeure encore un des outils mis à la disposition de toute l’équipe. Parmi les outils bien-être et développement, des Lunch & Learn sont organisés chaque mois sur des sujets qui intéressent l’équipe aussi bien sur le plan du développement personnel que professionnel, comme la diversité, l’humour, la peur, le courage, mais aussi sur les tendances et les outils de l’industrie, comme le UX ou les nouvelles technologies. C’était d’ailleurs la seule demande de l’équipe au début de la pandémie.

Chaque semaine, les membres de l’équipe reçoivent un questionnaire du logiciel Sparkbay afin de mesurer l’engagement. So far, so good. Engagement, diversité, inclusion, fierté et épanouissement dépassent le benchmark de l’industrie. Chaque année, la culture et le bien-être sont aussi mesurés. Une fois de plus, les résultats parlent d’eux-mêmes.

Faire partie de l’équipe, se faire prodiguer de l’amour à grands coups de pertinence et faire rayonner sa raison d’être prend tout son sens chez dada. À preuve, même les avis de nominations de l’agence sont ponctués de fun facts très personnalisés! dada, c’est vraiment un endroit où il fait bon vivre et travailler, que ce soit dans les « bureaux instagrammables baignés de lumière naturelle avec la plus belle vue du Vieux-Port, apéros et bonbons à volonté » ou de la maison, avec son kit de bienvenue fait sur mesure.

Séduit·e par dada yet?

dada

À lire maintenant

Akufen et ses week-ends de trois jours, pour toujours
Quand le karma des entreprises est entre les mains des employé·es
Tök communications: la force de l’équipe
Koze: les valeurs à la bonne place
TANK: une marque employeur en constante évolution
Comment attirer (et garder) les meilleurs talents?
La marque employeur: pas une question de marque ni d’employeur