Lea D. Nguyen

UX et UI Design: la différence repose bien plus que sur une lettre !

par Lea D. Nguyen, le 20 décembre 2021


Dans l’univers du design web et de la conception de site Internet, on voit souvent UX (user experience) et UI (user interface) — il ne faut pas pour autant les confondre. Le premier s’intéresse à l’expérience utilisateur, tandis que le second étudie l’interface utilisateur. Démystifions ces deux disciplines qui se complètent malgré leur nature distincte.

Collaboration contextuelle
On pourrait expliquer la confusion entre les deux expertises en raison de la polyvalence chez plusieurs professionnels. Ou encore rencontrer des intitulés d’offres d’emploi qui maintiennent cette ambiguïté (UX/UI) comme si les deux professions étaient équivalentes. L’expérience utilisateur et l’interface utilisateur sont loin d’être synonymes et encore moins interchangeables ! Si on ne travaille pas dans le milieu, il peut être facile de se brouiller entre les deux professions, qui, après tout, collaborent étroitement pour le design d’un produit, d’autant plus qu’elles sont souvent sollicitées au même stade, soit à la conception.

Designer UI chez Deux Huit Huit, Alexia Brideau-Francoeur explique que la collaboration entre le UX le UI est très étroite, mais surtout contextuelle. C’est-à-dire ? « Selon la dimension des projets, on peut avoir besoin d’une personne spécialiste en UX avec plusieurs interventions tandis que dans d’autres projets, le UI aura peut-être une plus grande place. Certaines personnes sont capables de faire les deux. ll n’y a pas de façon fit for all, il faut s’adapter à la nature de nos projets et clients. » 

Une image vaut mille mots
Professeur en design UX au Cégep Édouard-Montpetit, Alexandre Donato nous dépeint cette analogie. Imaginez un iceberg. « Le design UI est la partie de l’iceberg qui émerge hors de l’eau, soit la partie visible, alors que le design UX est la partie submergée de l’iceberg, la partie qu’on ne voit pas. » Thary Chhom, designer de produit dans une agence, nous aide à clarifier les deux rôles en faisant allusion à la construction d’une maison. « Le designer UX est l’architecte, il réfléchit à la façon dont les gens utiliseront la maison, à la structure et aux fondations, les chambres dont vous aurez besoin et comment vous allez interagir avec ces pièces. Le designer d’interface utilisateur est comme le designer d’intérieur. Il apporte vie et texture à la maison. Il peint les murs, apporte des meubles, décore. Il complète celle-ci. » Alexia abonde dans le même sens : « En architecture, on évalue les besoins et crée une structure tandis qu’en décoration, on va venir créer l’expérience visuelle et émotive ».

En bref, l’UI c’est… 
La spécialisation du design qui s’occupe des outils pour interagir avec un produit spécifique. Le designer de cette discipline traitera de tous les aspects techniques de l’interaction d’un produit. Si on revient à l’image de l’iceberg d’Alexandre, c’est la partie visible. « En web, il s’agit du design des interfaces utilisateur, avec ses compositions graphiques, ses couleurs, ses formes, ses typographies. On réfère à l’esthétique, aux perceptions et aux émotions, et aussi à l’ergonomie dans une moindre mesure », explique-t-il. 

En bref, l’UX c’est…
La discipline qui se penche sur les aspects sensoriels entre un utilisateur et un produit. Le designer aura pour mission de s’assurer que l’expérience de l’utilisateur se déroule avec un minimum de friction. Si on s’imagine encore l’iceberg, c’est la partie qui est submergée sous l’eau. « En web, il s’agit de l’expérience utilisateur, qui est fabriquée en amont ou en continu (de façon itérative), selon les projets. Il s’agit du travail de stratégie de communication ou d’affaires, d’analyse des besoins, d’analyse de publics cibles, de définition de contenus, de structures de contenus et de création de parcours utilisateur, qui établissent les fondements (ou l’amélioration) du design UI, évoque le professeur. Le design UX réfère aux réflexions qui servent à répondre à des besoins ou à solutionner des problèmes des utilisateurs ».  

Le parcours du designer
Maintenant que la clarification entre les deux métiers est plus précise, comment fait-on pour devenir designer UX ou UI ? Thary nous explique que plusieurs commencent en tant que créatifs et principalement en tant que graphistes. Pour réussir dans en tant que designer UI, il faut s’armer de beaucoup d’empathie et de patience, puisque le rôle est de défendre les utilisateurs. « Vous devez pouvoir vous mettre à la place d’autres personnes, mais aussi ne pas laisser vos préjugés et biais éclairer vos décisions. Vous passez beaucoup de temps à faire des recherches sur les utilisateurs et des tests d’utilisabilité, vous devez donc être capable de bien communiquer », précise la designer. Pour être designer UI, il faut avoir un œil visuel fort. 

« Vous devez connaître votre théorie du design visuel, savoir bien utiliser les outils de conception et être capable de travailler en étroite collaboration avec les développeurs. Il faut absolument être minutieux », poursuit la spécialiste tant en UX qu’en UI.  

Tout comme Thary, Alexia estime qu’il faut une bonne dose d’empathie et de patience. « Il faut savoir se tenir à l’affût des nouvelles technologies et tendances web, penser de façon systémique nos designs, être empathique et avoir de la patience, aimer collaborer, avoir une grande curiosité et un souci du détail… mais aussi la capacité à lâcher prise ! Parfois les choses ne vont pas comme on voudrait, mais ça fait partie de la game et j’essaie de voir ça comme des opportunités d’apprentissage », mentionne celle qui dit avoir tout appris directement sur le marché du travail puisque la réalité du web évolue à vitesse grand V. Thary estime que les designers — futurs et actuels — peuvent regarder des vidéos YouTube ou participer à des bootcamps qui enseignent les rudiments fondamentaux. « Je ne pense pas que les universités et les collèges aient vraiment suivi le rythme de l’industrie. Même si vous étudiez dans une école qui propose un tel programme, ce sera probablement déjà en retard sur ce qui se passe actuellement dans l’industrie. » N’empêche que la designer croit que poursuivre ses études supérieures en arts ou en design n’est pas perdu, car ce sera applicable sous une forme ou une autre.  

Et pour finir, comment reconnaît-on un bon design ? Il se doit d’être invisible… « Si une personne doit faire un effort pour trouver quelque chose, vous n’aurez pas bien conçu votre design », résume Thary.  

UX


Idéa 2022: Brin de jasette avec Joanne Lefebvre

À lire maintenant

Femmes inspirantes: Camille Hamelin (Poches & Fils)
L’humain au cœur du collectif Humanise
Asmir Pervanic revient chez ROMEO
Commères reçoit la bourse Aile jeunesse
Levez la main pour un meilleur système d'éducation
Connaissez-vous Ilham Lmissaoui?
Station 22 se tourne vers l'Agence Sonia Gagnon
Groupe Juste pour rire sélectionne Cartier Média
Maison 1608 fait découvrir le meilleur du Saguenay–Lac-Saint-Jean
La Bijouterie LSM choisit Nellie Marketing
Brouillard est dans le feu de l'action
Dévoilement des finalistes des Grands Prix de la Relève d’Affaires