Patrice Lavoie (Hill + Knowlton Stratégies)

Tu es un « bon communicateur » ?

par Patrice Lavoie (Hill + Knowlton Stratégies), le 13 juillet 2021


« Il s’exprime bien ! »
« Il passe bien à l’écran ! »
« Il est très crédible quand il parle devant un public ! »

Nous entendons souvent ces éloges. Répondons poliment : « Grand bien lui fasse, et c’est un bon départ, mais encore… ».

En effet, tout excès de confiance, sous prétexte que l’on a un bon verbe, ou tout manque de préparation sont la recette idéale pour manquer son coup. Un conseil à chacun d’entre nous : on ne saurait vanter suffisamment l’importance d’une bonne préparation aux entrevues.

Une formation porte-parole : Pour qui ? Pourquoi ?
La formation porte-parole est nécessaire pour tous, que l’on soit débutant ou expérimenté. L’humain est conditionné en bas âge à s’exprimer devant un public qui l’écoute, à répondre docilement aux questions qui lui sont posées, à percevoir un entretien comme une discussion dénuée d’intention. Dans une entrevue média, les codes changent :

  • Le journaliste a souvent tendance à regarder le côté sombre d’une situation, alors que l’interviewé doit mettre en valeur ses côtés positifs.
  • Le journaliste pose les bonnes questions, toujours, même les plus embêtantes. L’interviewé doit accueillir la question, certes, mais aussi amener habilement les messages de l’entreprise et la défendre. Avertissement : attention ici aux phrases de transition malhabiles (ponts) entre la question et la réponse, ayant comme objectif de contourner la demande du journaliste. Il faut être prudent. Nous y reviendrons plus loin.
  • L’interviewé a des objectifs de communication à atteindre. Et en plus du choix des mots, le ton de la voix et le langage non verbal trahiront tout iota de stress ou d’inconfort, pouvant donner une perception de manque de préparation ou que l’interviewé a quelque chose à cacher.

Bref, une entrevue ne s’improvise tout simplement pas. Jamais. S’y préparer permet d’accroître ses chances d’atteindre ses objectifs, de bien performer, et surtout d’être compris par notre public. Et d’éviter de se faire dire par l’animateur la sacro-sainte accusation si négative : « cesse de répéter ta cassette » !

Une formation porte-parole : Comment ?
Un coaching médias doit représenter la réalité des médias d’aujourd’hui. Les journalistes sont pressés, doivent communiquer leurs nouvelles sur de multiples plateformes, les salles de nouvelles ont moins de ressources… Oui, et au-delà de tout cela, les journalistes sont des gens professionnels qui veulent simplement bien effectuer leur travail.  

Oublions l’image du journaliste hostile et tendancieux qui ne veut que mettre l’interviewé en boîte. Cette perception contribue à stresser un porte-parole. J’ai accordé plus de 4 500 entrevues en carrière et je ne compte que sur les doigts d’une main les journalistes qui étaient réellement de mauvaise foi.

C’est une collaboration entre deux êtres qui cherchent à communiquer. Pour avoir du succès en entrevue, il est impératif de comprendre :

  • La réalité du journaliste ;
  • L’importance de la préparation et des bons messages ;
  • Les trucs que les médias utilisent dans leurs questions ;
  • Le contexte de l’entrevue (écrit, radio, télé, en direct ou en clip, entrevue courte ou de fond, qui est le/la journaliste, etc.).

Il faut aussi bien connaître :

  • Les trucs pour améliorer notre langage non verbal, le sourire, l’attitude, etc. ;
  • Les techniques de respiration et de relaxation avant une entrevue ;
  • Quelques phrases de transition (ou ponts). Pour les non-initiés, un pont est une phrase tampon qui nous permet d’accueillir la question du journaliste, tout en glissant l’un de nos messages de communication. Attention : avec un pont, la modération a bien meilleur goût. Un pont malhabile et mal exécuté est la meilleure façon d’énerver un intervieweur et de donner l’impression qu’on veut éviter de répondre.

Bref, une bonne préparation aux entrevues médias est toujours nécessaire ! Et surtout si on est considéré comme un « bon communicateur », ce qui peut entraîner un excès de confiance, un manque de préparation et, au final, une entrevue ratée.

Une entrevue média, même la plus difficile, est tout simplement une belle occasion pour une entreprise de communiquer avec ses publics, de démontrer son leadership et d’expliquer les choses avec transparence. J’ai toujours préféré collaborer avec les médias que les craindre. Et ça m’a toujours servi !

ACRPQ

Patrice Lavoie est vice-président chez Hill + Knowlton Stratégies qui est membre A+ de l’Alliance des cabinets de relations publiques du Québec. Il cumule 20 ans d’expérience en médias, en relations de presse et en journalisme. Il a été porte-parole d’Hydro-Québec et de Loto-Québec et a accordé plus de 4500 entrevues en carrière.


Vivez une expérience concrète à la journée Portes ouvertes en agence de l'A2C

À lire maintenant

Le logo de MixoWeb fait peau neuve
Bloom célèbre ses 15 ans
BrandBourg se joint au collectif Humanise
Felipe RP en charge des relations de presse de Vet & Cie
Le design graphique en 2022: Miser sur l’évolution plutôt que sur le changement
François Croteau fait son entrée chez Ryan Affaires publiques
Benny & Co. fait découvrir sa nouvelle sauce BBQ avec Pratico Média
«Je ne suis pas un robot» rayonne dans les médias sous l'expertise de nacelles&co
Le CÉGEP de Sept-Îles recrute à l’international avec Hula Hoop
L'étoile montante du jour: Sébastien Ferrand (Hamak)
Triple nomination dans l'équipe de direction de Touché!
Zú accueille Carl Charest à titre de directeur communications, marketing et affaires publiques