Retourner au bureau ou changer d'emploi

le 10 juin 2021


Plusieurs Québécois ne veulent plus faire leur trajet pré-pandémique pour se rendre au travail. Une étude d’IWG plc montre que la plupart des employés canadiens, y compris les Québécois, n’ont pas envie de retourner au mode de vie pré-pandémique. Une enquête d’IWG faite par Angus Reid a révélé qu’une fois les restrictions relatives au télétravail levées, 65 % des Québécois souhaitent que leur trajet pour se rendre au travail ne dépasse pas 30 minutes aller-retour, et 30 % préfèrent un trajet de 15 minutes maximum.

IWG prévoit que l’avenir du travail tournera autour d’un « trajet de 15 minutes »

  • 36 % des Québécois ayant un emploi veulent travailler dans un modèle hybride et 24 % veulent travailler dans un lieu de travail situé à 15 minutes de leur domicile.
  • Les personnes interrogées sont environ deux fois plus susceptibles de travailler de façon hybride que de travailler dans un bureau situé à plus de 15 minutes de leur domicile.
  • Si requis de travailler dans un bureau 5 jours par semaine, 32 % des Québécois chercheraient un autre travail.

L’enquête a révélé que seulement 16 % des Québécois trouvent l’idée de travailler dans un bureau ou un lieu de travail situé à plus de 15 minutes de leur domicile plus attrayant. La majorité d’entre eux préféreraient soit travailler à domicile (23 %), soit travailler dans un bureau proche de leur domicile (24 %), ou soit adopter un modèle de travail hybride (36 %), c’est-à-dire un mélange de travail à domicile, dans un bureau local et, à l’occasion, dans un siège social d’entreprise. S’ils devaient travailler au bureau cinq jours par semaine, 32 % ont déclaré qu’ils chercheraient un autre emploi.

« L’année dernière a transformé le mode de fonctionnement des organisations, plusieurs employeurs réalisant qu’une main-d’œuvre peut être très engagée et productive tout en utilisant un modèle de travail hybride », déclare Wayne Berger, PDG des Amériques pour IWG. « Si la Covid-19 nous a appris quelque chose sur le travail, c’est que parcourir de longues distances pour se rendre au bureau est universellement impopulaire et que les durées des trajets devraient être considérablement réduites, peut-être jusqu’à une moyenne de 15 minutes. »

Les urbanistes se font depuis longtemps les champions de « la ville en 15 minutes », une approche de la vie, du travail et des loisirs qui permet de répondre à tous les besoins d’une communauté dans un rayon de 15 minutes. L’appétit pandémique pour le travail hybride suggère que le passage à un trajet de 15 minutes est en bonne voie.

« Les employés ont réalisé que plusieurs heures ont été perdues à faire le trajet vers un bureau où ils n’ont pas nécessairement besoin d’être, et les entreprises ont vu qu’un modèle hybride n’est pas seulement synonyme d’employés plus heureux et plus engagés, mais qu’il permet également de réaliser d’importantes économies », déclare Berger. « Les espaces de travail flexibles en dehors des centres-villes traditionnels joueront un rôle important dans la création de villes de 15 minutes dans le monde entier, en veillant à ce que les employés puissent facilement passer de leur domicile à un bureau local et, occasionnellement, au siège de l’entreprise ».

bureau

Pour en savoir plus, cliquez ici.


La politique de télétravail adoptée à 90%

À lire maintenant

GLO accueille 6 nouveaux stagiaires
Commères a le vent dans les voiles
Le virage numérique du Centre du Rasoir
Une star montante des TI est née
2C2B transforme la formule du coworking
BROUILLARD dans le feu de l'action
Route 363, une vodka faite à 100% de patates d'ici
Les effets de la pandémie sur le corps en images
Célébrons la résilience des Canadiens en route vers Tokyo 2020
Trois nouveaux lead créatifs chez TUX
Radio-Canada et l'agence Glassroom pour Desjardins remportent les honneurs du concours TAC-TIL
Du bonheur en quantité pour Sysco Québec