Lea D. Nguyen

Complexe, l’intelligence artificielle?

par Lea D. Nguyen, le 27 juillet 2021


Que vous vient à l’esprit lorsqu’on aborde l’intelligence artificielle (IA) ? Des images de films de science-fiction dans un décor immaculé, flegmatique et en stainless avec des protagonistes tous vêtus de blancs ? (On exagère un brin, ou à peine, c’est selon.) Causerie en compagnie d’Olivier Blais et de Dominic Danis, cofondateurs chez Moov AI sur l’importance de l’intelligence artificielle dans toute organisation. D’un, ce n’est pas comme au cinéma et de deux, c’est vraiment moins incompréhensible que ça a l’air.

Moov AI 2

À portée de main
Fondée par des anciens de GSoft, la boîte de consultants Moov AI est née de la prémisse d’utiliser l’intelligence artificielle afin de régler des problèmes d’affaires. Les partenaires fondateurs y vont vu une opportunité d’utiliser la technologie déjà existante afin d’avoir un impact majeur sur la productivité des entreprises du Québec, et, par le fait même, la Belle Province dans son entièreté. Plaque tournante dans le domaine de l’IA, Montréal est l’épicentre de l’apprentissage profond notamment grâce à ses nombreux centres de recherche en la matière. Dominic révèle qu’effectivement, nous sommes reconnus pour l’IA, mais nous ne sommes point avancés pour nous servir de cette technologie. Il cite Yoshua Bengio, une sommité dans le domaine. Selon l’expert, si on cesse de faire des recherches aujourd’hui, on aura encore du matériel à exploiter pour les 15 (!) prochaines années. En somme, ajoute-t-il, « notre objectif est de prendre ces recherches et de régler des problèmes concrets en entreprise grâce à l’IA  ». L’objectif avoué de Moov AI est de démocratiser l’intelligence artificielle. Rien de moins. Et rien de trop compliqué non plus.

Dominic Danis

Dominic Danis 

Une question de mathématique
« Beaucoup de buzzwords entourent l’IA et je n’aime pas beaucoup ça, confie Olivier, parce que ça sonne gros et lourd. En fait, ce qu’on fait se base sur des données déjà disponibles dans les entreprises. On les aide à utiliser ces données-là pour être capables de prédire des tendances et mieux les aider dans la prise de décision.  » Au cours de sa carrière, Olivier s’est aperçu que l’humain a de la difficulté à analyser des données. « Même lorsque la donnée est simplifiée et agrégée au maximum, on n’est pas toujours bon dans la prise de décision. D’autant plus que les petites — que j’appelle microdécisions — ne valent pas la peine d’être effectuées par un humain. Mais à long terme, ça donne beaucoup de valeur à une entreprise.  »  C’est la raison pour laquelle le professionnel a commencé à déceler des manières de pouvoir automatiser les analyses dans les 8 dernières années.

« Comme le passé est habituellement garant du futur, on est capable d’identifier des tendances à l’aide d’algorithmes très précis qui vont pouvoir expliquer le mieux possible ce qui risque d’arriver. C’est comme ça qu’on réussit à tirer notre épingle du jeu  », explique Olivier. Moov AI a collaboré avec un grand épicier afin de l’aider à identifier les demandes futures par sku (stock keeping unit, ou son équivalent en français, unité de gestion de stocks). Plutôt que de faire appel à un humain qui prendra des raccourcis en commandant des articles de la semaine d’avant pour la semaine d’après par exemple, l’IA permettra de calculer les milliers de sku aux patterns différents afin de faciliter l’approvisionnement. Cet exercice mathématique maximise les revenus et évite le gaspillage, donc sauve des coûts. Autre projet, la boîte a fait de la maintenance prédictive pour un fabricant de moteur d’avion, ce qui permettait de prédire à quel moment le moteur d’un appareil aura besoin de maintenance. Grâce à l’intelligence artificielle, Moov AI a notamment pu calculer l’achalandage par station de métro pour la STM, ou encore développé un outil pour l’ONF, permettant de créer des réponses automatisées de Noam Chomsky basées sur ses réponses passées pour la performance Chomsky vs. Chomsky : First Encounter.

Et tout cela revient à examiner le passé pour prédire le futur. Ce ne sont là que de menus exemples de ce que la boîte peut faire. Pour résumer, elle planche essentiellement sur des projets de prévision, d’optimisation et d’analyse de langage et de mise en place de système MLops (opérationnaliser des solutions d’apprentissages machines). Moov AI a aussi développé le logiciel Snitch AI afin de s’assurer de la qualité des solutions développées. Alloprof, Cogeco et le Gouvernement du Canada figurent sur sa longue liste de clients.

Olivier Blais

Olivier Blais

À chacun ses forces
Chez Moov AI, les titres des fonctions ne veulent pas dire grand-chose. Exit la bureaucratie et les organigrammes classiques. La boîte se base sur l’holocratie, un système de gouvernance interne prônant l’autonomie des salariés et l’absence de hiérarchie. Les salariés ont l’avantage de pouvoir choisir rôles et responsabilités qui leur parlent, et dont ils ont la capacité d’endosser. « C’est davantage un regroupement d’individus plutôt qu’un patron en haut qui dirige. Les décisions sont prises en équipe et la gestion est partagée, détaille Dominic. Ça permet aux gens d’exploiter leurs forces. C’est sûr qu’il va rester des rôles qui sont moins le fun, comme la facturation à la fin du mois (RIRES).  »

Parlant de moins le fun, l’avènement de l’intelligence artificielle aide à la transformation des rôles dans les organisations. « Les rôles se simplifient, alors c’est beaucoup plus intéressant pour ceux qui travaillent. Ça peut amener beaucoup de bénéfices et moins de dépendance sur les tâches qu’on n’aime pas faire  », révèle Olivier. Le professionnel ajoute que les organisations qui exploitent l’IA peuvent réduire leurs dépenses et gagner en efficacité opérationnelle.

Loin du ciné
L’intelligence artificielle est toujours représentée dans les films de science-fiction, illustre Dominic, ce qui engendre deux choses : « les gens pensent que c’est vraiment compliqué ou que c’est vraiment dangereux et les ordinateurs vont prendre le contrôle du monde (RIRES) — en fin de compte, l’IA équivaut à des statistiques et à des mathématiques avancées qui permettent d’automatiser la prise de décision  ». « Si l’IA est une voiture, l’apprentissage machine est son moteur  », ajoute Olivier. Un précieux conseil de nos deux acolytes ? Si vous n’avez pas encore recours à l’intelligence artificielle dans votre organisation, vous serez late to the party, puisque votre concurrent le fait vraisemblablement déjà. Matière à réflexion non artificielle.

Pour en connaître davantage sur Moov AI, rendez-vous ici.  

Moov AI 1

Moov AI 3


La traduction humaine va-t-elle céder sa place à la traduction automatique?

À lire maintenant

Peintures MF continue son aventure chez Illumi en tant que présentateur officiel
Le service de chasse de tête Grenier recrutement roule à plein régime
Cyril Pfeffer et Meghann Dutilloy rejoignent Hula Hoop Montréal
Libéo fait l’acquisition partielle de Rum&Code
Camden accueille neuf nouveaux talents
La radio traditionnelle est-elle en voie de disparition?
Ne sous-estimez pas les nano-influenceurs
Character Pérez se joint à l'agence Anna Goodson
Sylvie Charette nommée Vice-présidente Marketing et Stratégie chez Tourisme Montréal
Le Théâtre ESPACE GO modernise son identité visuelle
Cook it devient un partenaire officiel de la 15e édition d’Occupation Double
Desjardins soutient l’autonomie financière des jeunes