Quo Vadis: à l’agenda !

par Raphaël Martin, le 29 juin 2021


En dépit de la pandémie, le marché de l’agenda, du carnet et des fournitures de bureau continue de performer. Portrait de la branche canadienne de l’entreprise Quo Vadis (et discussion sur le romantisme de l’agenda papier) en compagnie de Stéphane Le Bigot.

Stéphane Le Bigot

Agenda classique ou Google Calendar ? Le débat perdure depuis la nuit des temps plus d’une décennie, alors que les irréductibles amateurs de papier chérissent encore et toujours l’acte d’inscrire à la main leurs rendez-vous à l’agenda. Mais l’agenda des Québécois a-t-il été réellement noirci au cours de la dernière année ? Alors que les réunions se font par Zoom, que les sorties au resto portent désormais le titre d’événements annuels et que les cours se donnent à la maison, la pandémie a-t-elle eu un effet direct sur le marché de l’agenda ? « Une sorte de double effet, pourrions-nous dire, affirme Stéphane Le Bigot, directeur adjoint chez Quo Vadis Canada. Les gens ont certes moins utilisé leur agenda en 2020, ce qui a eu un impact sur les ventes de l’année subséquente. Qui dit confinement dit bien évidemment baisse des activités. Nous l’avons un peu ressenti à l’aube de 2021, alors que, face à l'incertitude ambiante, une petite partie de la clientèle s’est montrée un peu plus réticente à se procurer un agenda pour l’année à venir. Mais le confinement aura aussi fait en sorte que notre clientèle a pu découvrir un tout pan de l’expertise de Quo Vadis qu’elle ne connaissait pas. »

Découvertes en ligne
C’est à dire ? « Les gens ont consommé en ligne au cours de la dernière année, ce qui aura amené un trafic encore plus important sur notre site Internet, qui est aussi un site transactionnel, poursuit Stéphane Le Bigot. Bien sûr, l’agenda de cuir Quo Vadis est en quelque sorte notre produit signature, si je puis dire (et c’est normal, car nous en vendons plus de huit millions chaque année à travers le monde), mais beaucoup de consommateurs ont pu découvrir au cours des derniers mois l’éventail de notre offre en matière de calepins, par exemple, ou encore de crayons, d’étuis ou d’accessoires de bureau. L’affluence sur notre site web aura fait en sorte que ce qui a été délaissé en termes de vente d’agendas a été récupéré en d’autres types d’items. Notre gamme de crayons à dessin Stabilo, par exemple, fait fureur en ce moment avec sa pléthore de couleurs ludiques. Nous arrivons à rejoindre une clientèle comme les créatifs et les artistes, par exemple, qui consomment nos crayons ainsi que nos carnets à dessins, qui ont fortement gagné en popularité. »

Universitaires et employeurs
Et qui est la clientèle cible de Quo Vadis ? « Les universitaires et les gens d’affaires, répond Stéphane Le Bigot du tac au tac. En somme, des gens qui apprécient le raffinement de l’agenda de cuir et qui aiment que notre papier soit écocertifié. Les universités et les entreprises nous ont aussi permis de développer des gammes d’agendas personnalisés avec le nom et le logo de l’organisation sur le couvercle. Les agendas personnalisés sont des produits haut de gamme qui s’avèrent être d’extraordinaires vendeurs. Les employeurs nous demandent souvent d’apposer des noms et prénoms dessus pour leurs employés. C’est toujours un cadeau très apprécié. De plus, une fois que l’année est terminée, nous n’avons qu’à fournir des recharges internes d’agendas afin que les gens puissent conserver les couvercles de cuir personnalisés. C’est d’ailleurs dans nos bureaux de Laval que ces agendas personnalisés sont assemblés. »

L’agenda personnalisé
Et c’est à Marseille en 1952 que la maison Quo Vadis est fondée. Le siège social, qui a aujourd’hui pignon à proximité de Nantes, a implanté l’entreprise dans plus de 70 pays à travers le monde. « Et c’est en 1964 que Quo Vadis est arrivé au Canada, poursuit Stéphane Le Bigot. Une belle histoire s’est développée au fil des ans entre les Québécois et les agendas Quo Vadis. L’offre de produits que nous avons ici n’est pas exactement la même qu’en France, mais nous sommes toujours en quête d’innovation pour nous adapter aux marchés ainsi qu’aux différentes clientèles. Une récente étude marketing faite auprès des jeunes nous a démontré plusieurs faits intéressants, à savoir, par exemple, que les nouvelles générations n’apprécient guère voir leur temps être divisé de manière stricte et horaire : ils préconisent donc des agendas libérés, disons-le ainsi, où ils peuvent entrer comme bon leur semble les différentes choses qui composent l’horaire de leurs journées, de leurs semaines ou de leurs mois. On voit aussi que la mode est de plus en plus à l’agenda personnalisé. Les propriétaires d’agendas, qui apprécient manifestement le plaisir d’inscrire leurs rendez-vous à la main (il y a quelque chose d’encore un peu romantique là-dedans !), aiment que le livre qui contient l’entièreté de leur emploi du temps leur ressemble, qu’il se démarque. L’objet-agenda de cuir possède ce charme qui en séduit encore plus d’un. »

Quo Vadis


URBANIA et son flair extraordinaire

À lire maintenant

Le Port de Montréal s’inscrit dans nos vies
BMO Gestion privée propose de bons conseils à votre avantage
Le CCISD devient Santé Monde
Alias Clic signe le nouveau portail d'AluQuébec et CeiAl
Redéfinir le bonheur au travail avec Dix mille matins
Personnalité de la semaine: Émilie Russo (La Presse)
URBANIA et son flair extraordinaire
C'est l’heure du renouveau pour Dinette
Peintures MF continue son aventure chez Illumi en tant que présentateur officiel
Bloom parmi les Canada’s Top Growing Companies du Globe and Mail
En route vers la 13e édition des Prix Format Libre
Hula Hoop signe le nouveau site internet de Prompt