Le Virage Vert de TUX

le 22 avril 2021


TUX

Sarah Patier, stratège, Mylène St-Pierre, conseillère expérience employé et Sandra Dagenais, directrice, partenariat client
Comité responsabilité sociale, Tux Créatif

  • Raison d’être (la vôtre !) ou celle de votre compagnie : Individuellement, nous croyons toutes les 3 en l’importance d’une société qui veille à prendre soin de soi, des siens et de la planète. C’est une des raisons pour lesquelles nous nous sentons en phase avec Tux : c’est une compagnie créative qui essaie de faire sa part, un pas à la fois, pour l’environnement, la justice sociale, le bien-être au travail. Chez Tux, on travaille depuis quelques années déjà à faire de moins en moins de marketing, et de plus en plus de contribution sociétale. C’est une longue transformation de fond, qui demande des efforts constants et collectifs, mais qui est nécessaire — en plus de faire du bien à l’âme ! D’ailleurs la fondation Tux Karma fondée récemment, dont la mission est de sensibiliser, inspirer et agir pour la création d’un avenir plus responsable et solidaire est un exemple concret des actions que nous posons quotidiennement pour y arriver.
  • Une cause environnementale qui vous tient à cœur : Difficile de choisir, tout est tellement important et inter-relié. Si nous devions n’en nommer qu’une, ce serait de (re)commencer à travailler avec la nature plutôt que contre elle : ça voudrait dire mieux protéger nos espaces verts, nos forêts et notre biodiversité ; cesser la déforestation, laisser à la nature la place qu’elle mérite, diminuer la monoculture, reverdir davantage nos espaces urbains, consommer moins, consommer mieux, diminuer nos émissions de GES, pratiquer l’agriculture régénératrice, soutenir les populations qui sont exploitées et exploitent les ressources pour que nous, de l’autre côté de la planète, puissions jouir de certains produits et services à bas prix ; ces mêmes populations qui vont être les premières victimes du réchauffement climatique. Finalement, c’est quasiment impossible d’isoler une seule problématique : il faut agir sur plusieurs fronts et dès maintenant, si nous désirons que les choses changent rapidement.
  • Comment reconnaître le greenwashing en quelques mots : C’est de plus en plus difficile de distinguer une volonté de manipuler la population d’une bonne intention mal exprimée. D’où l’importance, en tant qu’individus, de s’informer, faire ses propres recherches et contrevérifier l’information qui nous est communiquée afin d’éviter de tomber dans le panneau. C’est aussi pourquoi en tant que compagnie, nous conseillons aux marques que nous accompagnons d’être transparentes, à défaut d’être parfaites. Il sera toujours mieux vu d’être honnête en expliquant ce qui a déjà été fait et tout ce qu’il reste encore à faire, que de se faire passer pour exemplaire quand on ne l’est pas. D’ailleurs, qui peut se targuer de l’être vraiment ? C’est un travail d’amélioration constante. D’autre part, au-delà de la transparence, nous croyons qu’il y a aussi un réflexe clé à adopter pour éviter de tomber soi-même dans le « washing ». Au quotidien dans notre travail, nous essayons de nous poser la question : pourquoi Tux ou la compagnie X veut prendre la parole à ce sujet ? Est-ce par opportunisme, ou sommes-nous vraiment légitimes dans cette conversation ? Si oui, comment devons-nous y prendre part ? Cette remise en question permanente va d’ailleurs au-delà de l’environnement. La liste des sujets qui peuvent être « washés » s’allonge constamment et c’est une excellente nouvelle puisque ce phénomène confirme que notre époque nous invite à réfléchir davantage avant de parler et d’agir. C’est parfois compliqué, fatiguant même, mais somme toute c’est positif et nous en sortirons collectivement grandi.e.s.
  • Dans 20 ans, de quoi les gens seront-ils nostalgiques ? Y aura-t-il de la place pour de la nostalgie, dans 20 ans ? Le développement durable consiste à vivre en répondant aux besoins de la génération actuelle, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. Alors si l’humanité est toujours présente dans 20 ans, c’est peut-être que nous aurons réussi à mettre en place ce modèle de développement responsable à l’échelle mondiale. Nous aurons certainement abandonné, en cours de route, certaines habitudes et privilèges, mais cela voudra dire que deux décennies plus tôt, l’humanité aura collectivement fait les choix justes pour les générations futures. Espérons que cela nous inspirera de la gratitude et de la fierté, plutôt que de la nostalgie !

Justice, Équité, Diversité et Inclusion
Avant-propos : le texte ci-dessous est rédigé selon les règles de l’écriture épicène. Nous faisons également le choix d’accorder Tux au féminin : parce que nous sommes une compagnie créative, mais aussi par souci de célébrer les 70 % de femmes qui composent nos rangs.

En tant que compagnie créative, nous nous sommes fixés comme mission de faire moins de marketing et de produire plus d’impact positif autour de nous, et ce pour nos équipes, notre quartier, notre ville, notre industrie, notre communauté, mais aussi évidemment pour l’environnement. Nous croyons que nous n’y parviendrons pas si le mouvement vient seulement d’en haut — du management ; ou des équipes. C’est pourquoi chez Tux, la création d’impact est un projet collectif et latéral. Nous avons composé 9 groupes, chacun étant dédié à un sujet spécifique : Justice, Équité, Diversité et Inclusion ; Réduction des émissions de gaz à effets de serre ; Politique d’achats responsables ; Relation avec nos parties-prenantes ; Reconnaissance au sein de l’entreprise ; Bénévolat ; Porte-paroles du changement à l’interne et à l’externe ; Bien-être au travail et club social et Guide Tux destiné aux talents. Des heures sont allouées à ces chantiers, afin qu’ils soient traités avec le même soin que nous accordons à notre clientèle. C’est aussi pour nous une façon de redonner du pouvoir aux équipes de Tux : le pouvoir de faire une différence sur un sujet qui les interpelle, ce qui ne peut, en plus, que favoriser un meilleur épanouissement au travail.

En parallèle, nous avons soumissionné et obtenu plusieurs certifications : LGBT+, B Corp, Ecocert et EcoResponsable. Plus que des badges que nous arborons fièrement, ces certifications sont des engagements qui nous obligent à remettre constamment en question nos pratiques, nos croyances et finalement, à avancer. Elles nous aident à travailler en continu pour toujours nous améliorer, et ainsi aligner chaque jour un peu plus notre vision avec la manière dont nous faisons des affaires.

***

Le Grenier aux nouvelles veut présenter des entreprises vertes qui touchent de près ou de loin l’industrie des communications marketing. Vertes sans tomber dans le « greenwashing » évidemment ! Vous êtes certifié B-Corp ou êtes une boîte qui veut en finir avec les inégalités mondiales et l’épuisement des ressources naturelles ? Vous êtes une agence qui a pris part à l’historique marche pour le climat le fameux 27 septembre 2019 ? Vous souhaitez partager vos initiatives et vos bonnes pratiques ? On veut vous lire ! Écrivez-nous à [email protected].


Le Virage Vert de SENS communications durables

À lire maintenant

Comment mobiliser des employés en quête de sens?
Denis Rozon se joint à Sphère Média
L’agence GLO, certifiée une des meilleures places où travailler
Antoine Olivier Pilon et Antoine Pilon dans la nouvelle campagne de Becel
Public Beach Swim se lance à l'eau avec l'agence Hula Hoop
Ubisoft Montréal accueille Catherine Lemyre et Leslie Quinton
Première collaboration pour Premier Tech et Oranje
La diversité est au rendez-vous pour le SPVM
CBC & Radio-Canada Solutions Médias recrute Hisham Ghostine
Elodie Descarpentries devient directrice Marketing et Communication du HUB Studio
PAL T.I. Solutions informatiques fait appel à Tandem Communication pour transformer son identité visuelle
Quatre nouvelles directrices chez Québecor Expertise | Média