Lea D. Nguyen

Clubhouse sous écoute

par Lea D. Nguyen, le 13 mai 2021


Lancé au printemps 2020, le réseau social audio Clubhouse est sur toutes les lèvres. La nouvelle application sur invitation seulement est l’une des dernières sensations des réseaux sociaux. Bien que son succès ait été propulsé par le contexte de confinement, ce n’est qu’avec l’arrivée de personnalités sur la plateforme et sa censure en Chine qu’elle a bondi en notoriété. Quelle est cette mystérieuse application aux allures de club sélect dont nous avons ouï-dire ?

Clubhouse
Crédit : Thomas Trutschel (Getty Image)

Podcast nouveau genre ?
Critiquée comme club élite par les uns à ses débuts et adulée par les autres, l’application audio est non seulement exclusive à l’écosystème Apple, mais elle fonctionne également par convocation. Pour y avoir accès, il faut d’abord qu’un usager existant de la plateforme vous donne la clé de voûte. Et le parrainage ne peut se faire à l’infini — que nenni ! Chaque nouvel usager a droit à deux invitations à distribuer dans son entourage. Lorsque vous rejoignez (enfin) l’appli, vous pouvez choisir vos sujets de prédilection. Clubhouse vous permet de vous promener au gré des conversations d’un salon de discussion virtuel à un autre. Certains sont publics, d’autres privés. Jusqu’à 5000 personnes peuvent se joindre à une conversation simultanément !

Pas de messages, pas de mots-clics, pas de contenu visuel : tout de cette application créée par Paul Davison (créateur de l’appli Highlight) et Rohan Seth (ex-ingénieur de Google) repose sur le timbre de la voix en direct. Les sujets sont divers et variés, et attirent autant les grands noms de l’industrie tech, les artistes que les sportifs. À mi-chemin entre podcast et appel conférence, l’appli peut se résumer à l’écoute d’une conversation téléphonique en douce, mais avec la possibilité d’intervenir et d’y ajouter son grain de sel si on le souhaite. Il suffit de « lever la main » et un administrateur de salon peut vous donner la parole pour que vous puissiez participer aux échanges. Une fois la conversation terminée, la salle de discussion se clôt. Pas d’archives de ladite conversation. Cela dit, rien n’empêche un usager d’enregistrer en catimini. Si une discussion nous ennuie, on peut passer à une autre salle, et ainsi de suite.

En vogue
Feutrée et intime, l’ambiance des salons de discussion peut aussi se transformer en événement d’envergure à la TED Talk avec des invités de marque sur « scène ». Comme la fois où la capacité des 5000 personnes avait été atteinte pour écouter l’entrepreneur Elon Musk : des salles secondaires ont dû être ouvertes ! Si bien que l’événement avait été retransmis en direct sur YouTube par des fans. Depuis, l’intérêt envers l’application a décuplé. Parmi les stars qui se sont jointes au club, le comédien Kevin Hart, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, l’animatrice Oprah Winfrey, et le rappeur-auteur-compositeur Drake, pour n’en nommer que quelques-uns.

En seulement un an d’existence, l’application a été téléchargée plus de 13 millions de fois, même s’il faut se faire parrainer pour y avoir accès, et est maintenant évaluée à 1 milliard. L’application audio est devenue si populaire en peu de temps que Facebook serait déjà en train de préparer une application similaire en coulisses. Notons que ce n’est pas la première fois que le réseau social s’inspire d’un concurrent : on n’a qu’à penser aux Stories et aux filtres librement empruntés à Snapchat, ou encore les Reels d’Instagram, fortement inspirés par TikTok. Twitter est également dans la course à la concurrence avec son nouvel outil Spaces, qui permet de créer des groupes de conversation audio. Quant à Instagram, le réseau social a déjà dévoilé Live Rooms, une fonctionnalité vidéo où quatre personnes peuvent s’exprimer en direct. Même LinkedIn s’aventure dans le développement de sa propre expérience audio sociale !

Sans censure
Alors que certains réseaux sociaux sont bannis en Chine, Clubhouse a pu faire son petit bout de chemin sans être détecté. Ce n’est que le 8 février dernier que l’application audio a été bloquée pour de bon sur son territoire. Avant sa censure, les internautes chinois avaient l’occasion, pour une rare fois, de discuter librement en ligne sur des sujets tabous et plus sensibles. D’ailleurs, un des enjeux auquel l’application audio pourrait faire face demeure la modération. Comme l’appli fonctionne sur un système de parrainage, cela peut donner un sentiment de sécurité de se retrouver dans un espace protégé, loin des trolls de l’Internet. En effet, chaque compte se rattache à un numéro de téléphone et il est possible de cliquer sur un profil pour connaître quel membre l’a invité. Somme toute, on note déjà des propos misogynes et racistes dans certaines salles de discussions, comme le rapporte la journaliste Taylor Lorenz du New York Times. Il va sans dire qu’avec la croissance rapide du réseau social audio, la modération sera tout un défi, surtout que les outils de modération actuels pour les réseaux sociaux concernent davantage texte et image. De son côté, Clubhouse a assuré qu’elle enquêtait sur chaque cas inapproprié signalé (toutes les conversations sont enregistrées) sur son serveur.

Avec la réception des podcasts et la popularité grandissante des voices notes sur Instagram ou encore Facebook, il n’est pas étonnant que Clubhouse surfe sur la vague de l’audio. Définitivement une application à surveiller… Les oreilles grandes ouvertes.

clubhouse 2


BRP GO!, la nouvelle application de BRP

À lire maintenant

GLO accueille 6 nouveaux stagiaires
Commères a le vent dans les voiles
Le virage numérique du Centre du Rasoir
Une star montante des TI est née
2C2B transforme la formule du coworking
BROUILLARD dans le feu de l'action
Route 363, une vodka faite à 100% de patates d'ici
Les effets de la pandémie sur le corps en images
Célébrons la résilience des Canadiens en route vers Tokyo 2020
Trois nouveaux lead créatifs chez TUX
Radio-Canada et l'agence Glassroom pour Desjardins remportent les honneurs du concours TAC-TIL
Du bonheur en quantité pour Sysco Québec