Le Virage Vert de Boite Pac

le 16 avril 2021


Thomas Ferland-Dionne

Thomas Ferland-Dionne, Cofondateur de Boite Pac

  • Raison d’être (la tienne !) ou celle de ta compagnie : Boite Pac existe principalement pour démocratiser l’amélioration de l’impact en entreprise. On veut avant tout, grâce à nos services, faire comprendre au milieu des affaires qu’améliorer l’impact de son entreprise au point de vue social et environnemental est moins complexe que ça a l’air. Que ce soit à travers du partage de contenu sur nos plateformes, notre formation en ligne ou nos différents services d’accompagnement pour obtenir la certification B Corp, notre objectif est d’aider les entreprises, petites comme grandes, à entamer un virage responsable structuré, inclusif et axé sur l’action.
  • Une cause environnementale qui te tient à cœur : Étant une petite entreprise et n’ayant pas une empreinte écologique énorme, nous avons axé notre stratégie sur l’éducation de nos différentes parties prenantes (clients, communautés sur le web, etc.) afin de les aider à améliorer concrètement leur propre empreinte environnementale. Après mûre réflexion, nous avons réalisé que la meilleure manière d’avoir le plus grand impact était de prendre le temps d’éduquer ceux qui nous entourent. Malgré que nous concentrons nos efforts sur l’éducation, nous sommes conscients que nous polluons en tant qu’entreprise. C’est pourquoi nous avons rapidement mis en place différentes méthodes pour mesurer notre impact environnemental actuel afin de l’améliorer à travers le temps. Par exemple, nous calculons tous les GES émis par nos transports, bien que peu nombreux, afin de les compenser à la fin de notre année fiscale. Nous avons également une liste de fournisseurs locaux accessible à toute l’équipe afin de prioriser en tout temps les entreprises d’ici lors de nos achats. Nous gardons également l’œil ouvert en ce qui concerne les façons de mesurer l’impact de notre consommation technologique afin de s’y pencher prochainement.
  • Comment reconnaître le greenwashing en quelques mots : J’aime bien me pencher sur les produits ou services vendus d’une entreprise qui axe sa communication sur l’impact social et/ou environnemental. Comme ça, je suis en mesure de voir si la communication dite responsable représente bien les produits et services en vente. Donc selon moi, une entreprise qui fait du greenwashing va miser sur une communication super green ou pro diversité et inclusion, mais va vendre des produits qui ont un impact très nocif sur la planète en plus d’avoir des pratiques plus ou moins éthiques en matière de condition de travail. En effet, c’est très extrême comme exemple, mais il existe malheureusement des entreprises qui basent leur succès sur ce genre de pratiques.
  • Dans 20 ans, de quoi les gens seront-ils nostalgiques ? D’avoir la capacité d’agir. Je suis un éternel optimiste et je le resterai toujours, mais il m’arrive de craindre que l’on arrive à un moment où il sera très difficile, voire impossible, d’apporter des changements qui amélioreront concrètement notre situation. Avec la pandémie, j’ai réalisé que pour changer drastiquement son mode de vie, l’être humain ne doit malheureusement plus avoir le choix. Ce qui est inquiétant en ce moment, c’est que plusieurs, dont la communauté scientifique entière, crient haut et fort que nous n’avons plus le choix alors que d’autres, souvent par simple manque d’éducation, pensent encore que nous avons le choix et le temps.

Walk the talk
Notre approche se décline en deux façons. Premièrement nous voulons walk the talk en implantant des pratiques novatrices et responsables à l’interne. C’est pour cette raison, et pour être des cordonniers bien chaussés, que nous sommes en voie d’obtenir la certification B Corp d’ici la fin de l’année.

Deuxièmement, chez Boite Pac, on s’est donné comme objectif d’aider le milieu des affaires à entamer un virage responsable en s’assurant de ne laisser personne derrière. Ça veut dire quoi concrètement ? Ça veut dire qu’on veut rendre nos services plus accessibles afin que les startups puissent bénéficier de notre expertise tout autant qu’une entreprise multimillionnaire. C’est exactement pour cette raison que nous avons lancé, le mois dernier, notre cohorte pour que les entreprises en démarrage puissent être accompagnées dans leur processus de certification B Corp dans une formule accessible et participative. On a aussi pensé aux OBNL en démarrant, dans les prochains mois, une cohorte destinée à ces derniers pour les aider à maximiser l’impact qu’ils ont sur les communautés défavorisées. Afin d’améliorer nos pratiques de bénévolat, cette cohorte sera offerte gratuitement pour les OBNL inscrits.

***

Le Grenier aux nouvelles veut présenter des entreprises vertes qui touchent de près ou de loin l’industrie des communications marketing. Vertes sans tomber dans le « greenwashing » évidemment ! Vous êtes certifié B-Corp ou êtes une boîte qui veut en finir avec les inégalités mondiales et l’épuisement des ressources naturelles ? Vous êtes une agence qui a pris part à l’historique marche pour le climat le fameux 27 septembre 2019 ? Vous souhaitez partager vos initiatives et vos bonnes pratiques ? On veut vous lire ! Écrivez-nous à [email protected].


Le Virage Vert de SENS communications durables

À lire maintenant

L’agence Clark Influence obtient la certification «Great Place To Work»
Cogeco Média et Arsenal Media concluent une entente
Andrew Mulé devient président-directeur général de Métro Média
Iris Setlakwe fait confiance à NATA PR
Marie-Bénédict Jacquemin nommée directrice de création chez QuatreCentQuatre
M-A L’Allier Relations Publiques se voit confier un projet numérique
Le Mouvement #SoisGentlemen célèbre bonnes manières et courtoisie
Labelium Americas renforce son équipe de direction à Toronto
La Ligne Aide Abus Aînés choisit PF communications
EPICO débarque chez vous avec Havas
Quatre entreprises d’ici choisissent l’agence Commères
GLO mandaté par le Cégep Limoilou