Lea D. Nguyen

Une histoire d’humanité (et de succès) avec Centiva

par Lea D. Nguyen, le 23 mars 2021


L’entreprise made in Québec Centiva est peut-être humble, mais peut s’enorgueillir d’être une success story. Humaine avant tout, on peut dire que ce qui fait son succès, et celui des clients qu’elle guide, repose sur le soin qu’elle prodigue à son équipe et à ses collaborateurs, devenus amis au fil du temps. Conversation Zoom à la bonne franquette en compagnie d’Alexandre Cloutier, président et co-fondateur, et Félix Loiselle, associé, directeur marketing. Absent de la discussion, mais présent en pensée, Olivier Clément, vice-président co-fondateur et directeur des opérations.

Centiva 1
De gauche à droite : Olivier Clément, Alexandre Cloutier et Félix Loiselle
Crédit photo : Donald Robitaille 

À portée de mains
Jusque-là, Centiva opérait ses activités sans tambour ni trompette. Discrète, certes, mais bien ancrée dans le domaine immobilier ; notamment avec l’un de ses plus fidèles clients, RE/MAX. L’entreprise québécoise se dévoile aujourd’hui sous une toute nouvelle parure et, par la même occasion, présente un tout nouveau produit : Tuto. Brièvement, Tuto est un produit qui sert à créer des expériences de formation en ligne motivantes. Une plateforme qui se veut collaborative, évolutive et humaine. La boîte ne s’en cache pas, elle désire révolutionner le domaine de la formation continue grâce à ses outils simplifiés. Pour preuve, elle est venue en aide à RE/MAX afin de former plus de 4000 courtiers ! « Connecter des courtiers à un seul système qui propulse la plus grosse bannière immobilière au Québec, c’est check ! », mime Félix Loiselle

Si 2020 a été laborieuse à plusieurs égards pour une pléthore d’industries, Centiva a quant à elle eu une année charnière. À l’heure où les entreprises ont dû se revirer sur un dix cennes et se transposer en ligne, ses produits ne pouvaient mieux tomber à point pour les aider dans le virage numérique. Pré-pandémie, l’équipe songeait déjà à élargir sa clientèle, et convoitait d’aller au-delà de l’univers immobilier. « Pandémie oblige, tout le monde s’est tourné vers la vidéo. C’était rendu une nécessité, ce qui a accéléré le processus ». De renchérir Félix Loiselle : « Le timing était incroyable pour se lancer. On a pu mettre à profit toutes les bonnes idées et le savoir-faire que nous avons développé au fil des années avec nos différents partenaires, et l’adapter à d’autres verticales (industries). Ce qui fait qu’en bout de ligne, tout le monde en sort gagnant ! »

Pas pour monsieur madame Tout-le-Monde, les produits Centiva visent une clientèle spécifique, c’est-à-dire celle qui doit suivre des formations obligatoires dans le cadre de sa profession. Choix logique, donc, de cibler associations, ordres professionnels ainsi que grandes entreprises. D’autant plus que Centiva donne un sérieux coup de pouce aux utilisateurs de la plateforme. Plutôt que de prendre une fin de semaine complète pour suivre une formation sur place, ceux-ci peuvent désormais suivre une formation de qualité, à leur rythme, à distance, au bout des doigts. Bring it on! Le oophm Centiva ? « Ce sont les fonctionnalités à l’intérieur de nos plateformes, le côté user-friendly, mais c’est aussi la production vidéo. Plus elles sont de qualité, plus les formations sont intéressantes », explique Félix Loiselle. Raison pour laquelle elle s’est associée avec la boîte de production Unité 13 pour conférer une qualité exceptionnelle aux vidéos. « Ça a été notre réalisation : les ordres professionnels, on peut vraiment leur venir en aide », poursuit le directeur marketing. En causant avec le duo Cloutier-Loiselle, on flaire aisément l’approche humaine de la boîte.

À échelle humaine
L’équipe Centiva n’est pas là pour vendre un produit et s’en laver les mains (lol). Elle est, de prime abord, accompagnatrice des humains à qui elle livre des produits technologiques. Le service à la clientèle, Centiva y tient mordicus. « On ne vend pas quelque chose pour ensuite disparaître. On vend davantage une vision et des résultats, qu’on travaillera ensemble, et on évoluera sur une période de 5-10 ans — peu importe le temps que ça prend — mais on va t’accompagner dans l’atteinte de tes objectifs. C’est notre mantra », souligne Félix Loiselle. Prenons l’exemple d’un autre client de Centiva, l’Ordre des chiropraticiens du Québec. « Non seulement elle a une plateforme, mais elle a une équipe pour l’aider à mieux comprendre comment l’utiliser et comprendre comment le système fonctionne. » C’est cet extra mile d’accompagnement qui est fort apprécié chez ses clients.

Une compagnie locale qui fait des produits humains pour des entreprises d’ici ? Pari relevé. Centiva a beau avoir des produits garant de succès auprès de RE/MAX et l’Ordre des chiro en autres, mais elle est avant tout humaine et inclusive. L’environnement de travail dans lequel ses 22 employés baignent est axé sur l’équilibre, l’excellence et le côté humain. Les décisions importantes ne sont pas prises tant et aussi longtemps que tous les cerveaux de la boîte se disent que c’est une bonne idée. « La participation et la culture de l’excellence sont très importantes pour nous. » Tout naturel, étant donné qu’Olivier Clément et Alexandre Cloutier rêvaient — si on recule au début des années 2000 — d’édifier leur propre entreprise où les employés et la direction allaient être de la même importance et se partager autant les défis que les réussites. « C’est ça qui fait toute la différence, notre équipe care vraiment. On apporte cette philosophie chez tous nos clients. On les inclut directement dans la vision du collectif afin qu’on puisse tous ensemble se partager nos idées, notre expertise et nos réussites. L’objectif est toujours de rayonner tout le monde ensemble », affirme Alexandre Cloutier.

« Je te dirais que bien des gens nous ont fait confiance depuis longtemps, même lorsque c’était “brouillon” dans nos débuts (RIRES) », plaisante-t-il. Aujourd’hui, avec notre équipe d’experts et notre expérience, il est beaucoup plus simple d’expliquer une vision long terme à nos clients et de mettre en place des solutions durables au service de leur croissance. Ils comprennent tous très bien maintenant l’importance d’être à jour avec les technologies et la nécessité de maximiser leurs investissements. »

 Ah, la Belle Province
À l’interne, l’équipe examinait souvent vers où elle se dirigeait et quels étaient ses objectifs précis. Histoire que nos interlocuteurs tenaient à partager, car ils y ont beaucoup réfléchi. C’est en collaborant auprès de consultants qu’ils sont parvenus à faire une introspection et à enfin trouver l’ADN de Centiva. Un travail de longue haleine qui a pris près de 3 ans pour discerner une voie (et voix) ! « Ça a pris du temps, mais au moins, maintenant on sait ce qu’on fait et c’est clair. Notre mission est d’aider les entreprises (d’ici) à atteindre leur plein potentiel technologique », révèle Félix Loiselle.

Alexandre Cloutier dit que lorsqu’on se lance en business, on se fait souvent répéter qu’il faut suivre son gut. Mais que se passe-t-il après ? « Ça te prend des clients, une vision, des collaborateurs et surtout des gens sur qui tu peux compter. C’est vraiment l’équipe et l’intelligence collective le collectif qui fait en sorte que ton histoire devienne un succès. » Chez Centiva, exit l’ego. Le collectif prime. « Tu as ton savoir-faire et ton savoir-être. Si tu ne sais pas comment être, tu ne seras pas avec nous pour nous montrer ce que tu peux faire (RIRES) », rigole Félix Loiselle. « Clairement chez nous, le savoir-être passe avant le savoir-faire, enchaîne Alexandre Cloutier. Si tu es bon dans tout, mais que tu n’as pas d’ouverture à la critique constructive et à l’esprit d’équipe, ça ne fonctionnera pas. » 

Par ailleurs, comment ont-ils pu garder leur culture d’entreprise malgré la distance par ces temps de confinement ? De rectifier Félix Loiselle : « Pas garder, plutôt améliorer ! On prend le temps de se voir, de prendre une marche, de parler à tout le monde. On n’a pas simplement gardé notre culture, on a continué à la bâtir ». La fraternité dans l’équipe est non seulement restée, mais elle s’est consolidée. « Il suffit d’être là, d’être présent, poser des questions aux gens et de vraiment “care” pour les autres et leur réalité. En tant qu’employeur, on se doit d’offrir un environnement où ils sentent qu’ils peuvent grandir et mettre leurs idées à contribution », ajoute Alexandre Cloutier.

Autre réflexion à laquelle Centiva s’est longuement penchée : progresser à l’international ou demeurer au Québec ? L’équipe en est venue à la conclusion qu’elle « trippait » sur le Québec. « On veut travailler et développer des relations d’affaires durables avec du monde d’ici. Il y a tellement de potentiel et de belles entreprises ici, on veut aider et participer au virage numérique de celles-ci ». Son dessein ? Peut-être, un jour, laisser sa trace dans la Belle Province. « Notre but à terme est de pouvoir passer le flambeau à la prochaine génération d’entrepreneurs créatifs d’ici et de laisser un bel héritage au Québec », termine Alexandre Cloutier.

Et pourquoi pas aussi être l’un des meilleurs employeurs au Canada — rien de moins. Sur la bonne voie ? Oh, ils le sont.  

Pour en apprendre plus sur cette boîte humaine et ses produits, c’est par ici.

Centiva 2
De gauche à droite : Alexandre Cloutier, Olivier Clément et Félix Loiselle
Crédit photo : Donald Robitaille 


Dans l’œil de Suzy Truong (Rethink)

À lire maintenant

Un livre de culture bienveillante à votre portée!
Léger, R3 Marketing et Dialog Insight présentent la 5e édition de l’étude LoyauT
Nathalie Dion de l'agence Anna Goodson signe la couverture de la revue Les libraires
Cannabis Intelligent, l'heure juste sur le cannabis
L'agence CO-OP devient LABOUR
Joyoung choisit Studio Kay
Dans l’œil de Suzy Truong (Rethink)
En route vers l’ouest avec GURU
Ti-Mé rappelle qu'il faut réduire sa consommation pour mieux recycler
Quand le diable s'en mêle chez Voyou
Devenez porte-parole en choisissant les Aliments du Québec
Old Style Pilsner présente le concours Tes frais à nos frais