Lea D. Nguyen

La Cursive: bien plus qu’une calligraphie

par Lea D. Nguyen, le 16 décembre 2020


Écrivez-vous encore en lettres attachées ? Cet art minutieux et soigné de relier chacun des caractères sans lever la pointe de son crayon pour former des mots qu’on nous inculquait à la petite école ? Clin d’œil à cette calligraphie, La Cursive est un studio de conception-rédaction formé du duo Marie-Sarah Bouchard et Ricardo Perozo. Rencontre à distance en compagnie d’amoureux de mots ayant naguère baigné dans l’univers des agences de pub.

La Cursive

Accros aux mots

Serait-ce cliché de portraiturer Marie-Sarah Bouchard, rédactrice en chef, et Ricardo Perozo, rédacteur et stratège, comme étant des amoureux de mots ? Possible – mais ils en sont indéniablement épris. Jeunes et éloquents, à la fois un couple et à présent collègues, ils ont voulu jouer à l’extérieur du monde des agences. Touche-à-tout et artistique dans l’âme, Marie-Sarah souhaitait se lancer à la pige puisqu’elle s’estimait à l’étroit dans un poste au service-conseil lors de son cheminement de boîte en boîte. « On savait qu’on était amplement capable d’endosser le rôle d’être notre propre employeur et explorer ce que ça donne », divulgue Ricardo. En 2017, le brand La Cursive était né. Trois automnes plus tard, le pari de s’aventurer à la pige a-t-il valu le coup ? 

« On est occupé à temps plein, les projets roulent et c’est profondément satisfaisant de savoir que tu as pu faire ça par toi-même », souligne Marie-Sarah. « On met vraiment l’accent sur les clients qui nous parlent, les projets et les êtres humains qui ont envie de raconter de belles histoires », enchaîne Ricardo. Parce qu’en plus d’affectionner les mots, le duo créatif aime intensément les êtres humains. La Cursive a une affinité toute singulière à l’égard des boîtes de design qui lui ressemble (bonjour Billyclub, bonjour Caserne), mais dans leur propre créneau. « Ce sont des joueurs qui pourraient être notre équivalent dans le monde du design et qui ont eux-mêmes des clients aux besoins rédactionnels », illustre Marie-Sarah. « Ils amènent une dimension qu’on n’a pas, et qu’on n’a pas envie d’accroître non plus, ajoute Ricardo. On apprécie beaucoup les gens qui ont des expertises autres et cela nous permet de développer des trucs vraiment plus riches. » Par exemple ? Le Festival Santa Teresa, que La Cursive chapeaute depuis ses premiers balbutiements — tant pour la rédaction que la stratégie de marque. Le duo est allé dénicher Caserne afin de développer l’univers banlieusard de cet événement qui n’a plus besoin d’introduction. Ricardo soutient que le dénominateur commun au langage déployé pour Santa Teresa Fest se résume aux deux studios. « C’est autant eux que nous : c’est une création
mutuelle. »

Au service de la créativité

Sélective dans les projets auxquels elle entend s’associer, La Cursive choisit ses clients selon le potentiel créatif. « On a l’oreille de l’entrepreneur, révèle Ricardo. On veut sortir des sentiers battus, concocter une personnalité de marque, créer des messages porteurs. Que tu nous vendes des portes et fenêtres ou que tu aies une mission noble et différente, les deux vont nous parler ». Ce que Marie-Sarah et Ricardo ambitionnent avant tout, c’est la « belle ouverture d’esprit au niveau créatif ». Ça, et des valeurs qu’ils appuient – clients du pétrole ou de la cigarette, s’abstenir !

Qu’importe vos besoins intemporels en rédaction, en adaptation, en stratégie de marque et de contenu ainsi qu’en nommage, vous êtes couverts avec ce studio, pourvu que vous ayez un penchant pour la créativité. Selon ses passions et ses forces, le duo Bouchard-Perozo divise les mandats qu’elle obtient. Elle, ce qui l’anime, c’est le long copy méticuleux, l’adaptation et les manifestes de marque. Lui, c’est la stratégie et le short copy, tant dans la langue de Shakespeare que celle de Molière. Ensemble, il arrive que les deux têtes créatives brainstorm à deux pour le plaisir.  

À travers leurs quatre principaux services, l’un a piqué notre curiosité. Qu’est-ce que le nommage au juste ? C’est notamment l’une des offres dont Ricardo et Marie-Sarah raffolent. Que ce soit pour nommer une toute nouvelle gamme de produits, un nouveau branding, un nom de restaurant. Se faire aller les méninges pour déceler le nom parfait, jusqu’à inventer des mots mêmes. Pas de frein à l’innovation avec ce tandem. « Il y a vraiment toute sorte de stratégies pour y arriver et ce qui est le fun avec le naming, c’est que tu peux davantage être créatif et phonétiquement, tu peux créer des mots », s’emballe Ricardo.

Le glossaire de Marie-Sarah et Ricardo ? À lire chez Bon Look, Framestore, GSoft, Cyclisme Canada, À Go, On lit ! et pour ne nommer que ceux qui sont connus dans l’imaginaire de monsieur madame Tout-le-Monde. La longue liste de clients s’étale également aux États-Unis, au UK et au Canada anglais. Si bien que lorsque la pandémie de la COVID-19 a frappé, La Cursive — alors basée au pays des kangourous — n’avait plus de nouvelles des agences affectées. « On demeure tout de même occupé et ces contrats-là ont laissé place à d’autres choses, relate Marie-Sarah, résiliente. Ça n’a pas été trop pire pour nous : on est chanceux. »

Advienne que pourra

What’s next? Voilà une question qui revient ad nauseam chez tout entrepreneur. Comme s’il fallait absolument grandir, franchir une autre étape, tout le temps. Pour le duo de La Cursive, il était clair, depuis son fondement, qu’il aspirait à garder son chapeau de créateur. Ainsi, pour garder la liberté et la flexibilité qui caractérise le travail de nos deux rédacteurs, un plan de croissance n’est pas dans la mire. En tout cas, pas dans un avenir proche. « On est davantage dans la sélection et le peaufinage du travail qu’on fait avec les gens plutôt que dans la croissance et aller chercher plus de mandats », éclaire Ricardo.

Maniant la langue habilement et adoptant toute sorte de tonalité selon vos besoins, La Cursive est bien plus qu’une écriture manuscrite. C’est une petite boîte spécialisée que dans les mots, qui a de la continuité dans ses idées. « On aime travailler avec une marque. Trouver son nom, son slogan, son idée de campagne. C’est important de sentir qu’il y a quelque chose qui se tient entre nos idées et la relation avec nos clients », conclut le duo « lexicophile ».

Pour en apprendre plus sur La Cursive, c’est par ici. Ça tombe bien, son site s’est fait une cure de jouvence !


COVID-19: le «wake-up call» nécessaire pour faire le saut en e-commerce

À lire maintenant

#IamOOH: une exposition photo sur panneaux publicitaires
Seize femmes forment la nouvelle cohorte Fondatrices de Mtl inc.
L’acquisition de clients: stratégies multiples pour Solution Piscines
Ensemble inc.: défier l’homogénéité
Affiliation et influence: stratégie gagnante?
Nouveaux mandats sur la plateforme Biznext
Linda Furstenberger nommée directrice des technologies web chez CRI Interactif
Vent de renouveau chez WOMA Marketing
Michel Lorrain rejoint la direction d'Arsenal Media
Dreww devient l’agence publicitaire de Maple 3
Voyou remporte l’appel d’offres du CSSDM
La Soirée 15 minutes de la SOCOM en mode virtuel