La pandémie force le tiers des entreprises canadiennes à geler les salaires

le 29 septembre 2020


Alors que de nombreuses organisations se préparent à clôturer leur exercice financier et à évaluer les répercussions de la COVID-19 sur leurs activités, la principale question n’est pas de savoir si on accordera des augmentations ou des promotions salariales, mais plutôt si le gel de salaires s’avérera nécessaire pour rester à flot.

Selon la 38e « Enquête sur les prévisions salariales annuelle » de Morneau Shepell, plus d’un tiers (36%) des organisations canadiennes ont gelé les salaires de leurs employés en 2020, en comparaison à une prévision réalisée avant la pandémie qui s’élevait à seulement 2%. Il est fort probable que cette tendance se confirme également l’année prochaine, car près de la moitié (46%) des employeurs hésitent entre augmenter ou geler les salaires, et 13% ont déjà pris la décision de n’accorder aucune augmentation en 2021. 

Pour la première fois depuis la crise financière de 2008, l’enquête a permis de relever une augmentation moyenne prévue des salaires de base à l’échelle nationale inférieure à 2,0%, causée par les répercussions conjointes des gels de salaires et de l’instabilité économique. En 2019, l’augmentation moyenne des salaires, incluant les gels, s’élevait à 2,4% par rapport à l’année précédente, soit un résultat considérablement plus élevé en comparaison à l’augmentation réelle des salaires de base de 1,6% en 2020.

Pour 2021, les employeurs au Canada s’attendent à une légère reprise, en prévoyant une augmentation moyenne des salaires de base de l’ordre de 1,9%, incluant les gels. Si on omet les gels salariaux et les rajustements attribuables aux promotions, les employeurs prévoient une hausse des salaires correspondant à 2,5% en 2021 – soit une diminution par rapport aux 2,6% enregistrés en 2020, excluant les gels. 

« L’incertitude est devenue une expression à la mode en 2020; il est toutefois extrêmement important de regarder au-delà de ce terme afin de mieux comprendre les répercussions importantes de l’instabilité des employeurs sur notre économie et les employés au Canada, et de chercher à atténuer ce phénomène dans la mesure du possible », explique Anand Parsan, vice-président, Services-conseils en rémunération. Les résultats de cette année font partie des données les plus préoccupantes que nous avons connues depuis la création de cette enquête, qui remonte à 1982. Alors que pratiquement la moitié des employeurs appréhendent l’année 2021, il est important que les Canadiens soient conscients des conséquences éventuelles sur leur bien-être financier et s’attendent à vivre une autre année difficile. Les employeurs devraient revoir leur stratégie de rémunération globale et songer à ce qu’ils peuvent faire pour soutenir leurs effectifs dans une période comme celle-ci, y compris l’accès à de la formation dans le domaine financier, à des ressources et à du soutien sur le plan émotionnel, étant donné que le stress financier a une forte incidence sur le bien-être global, la résilience et le rendement de la main-d’oeuvre. » 

morenau


Sondage Morneau Shepell: la santé mentale des Canadiens en baisse

À lire maintenant

Amanda Dorenberg devient présidente de COMMB
Chéri-Moi se fait une nouvelle beauté avec Studio Kay
Personnalité de la semaine: Janie Boyer (CRI agence, maintenant PAB)
Dans l’œil de Rose Napoleon (Napoleon Communications)
L’Ordre des agronomes du Québec choisit Camden
Commères signe deux nouveaux mandats
Tandem communication revitalise son offre de services
Lire et apprendre, ça ouvre des portes
RIVE: une agence spécialisée pour les marques actives
Portons-le bien, le masque
Rejoindre les amoureux de café dans leur quotidien
Guy Lafleur appuie le CHUM dans une campagne de Sid Lee