Dans l’œil de Malik Mehni (Loto-Québec)

le 21 septembre 2020


Malik Mehni
Malik Mehni, Chargé de projet commercialisation numérique, E-comm, Loto-Québec

  • Une cause qui te tient à cœur : Une des causes qui me tient le plus à cœur, car il y en a plusieurs, c’est celle d’une meilleure répartition des richesses. Je pense que c’est la base qui peut par la suite démêler énormément de nœuds de nos sociétés. Que ce soit l’écologie ou même la discrimination. Car le point commun entre toutes ces causes reste la précarité et ce fossé qui divise les gens. Un monde avec une meilleure justice sociale va produire des citoyens plus engagés et surtout mieux armés à comprendre le monde, puis le sauver.
  • Qu’apportes-tu sur une île déserte : Si j’étais coincé dans une île déserte, et si on se place d’un point de vue purement pratique… je dirais le livre Comment survivre dans une île déserte pour les nuls. Si le livre n’existe pas, il faut très vite l’écrire ! Mais si je voulais dévoiler un peu plus sur ma personne, je dirais le livre Petit cours d’autodéfense intellectuelle de Normand Baillargeon. Je n’ai jamais eu le temps de le lire et si je suis seul dans une île… je vais en avoir du temps ! Pas d’objet en particulier, car ne suis pas du tout bricoleur et je serais sûrement mort au bout de 4 ou 5 jours.
  • Si tu étais une plante/un livre/une œuvre d’art/un évènement historique, tu serais : Si j’étais un événement historique, sans hésiter le 5 juillet 1962. Il correspond à la date de l’indépendance de l’Algérie, après 132 ans sous colonisation française. Mais cette période symbolise aussi la fin du colonialisme dans une grande partie de l’Afrique au début des années 60. L’autodétermination de tous les peuples est une notion assez importante.
  • Ton mot favori : Mon mot favori serait Internet… Je le choisis pour ce qui représente. Je fais du web depuis l’âge de 19 ans, quand j’ai lancé mon premier site. C’est grâce au web que j’ai réussi à trouver ma voix au Québec, et qui m’a permis de me faire ma petite place. Donc big up pour l’Internet, qui est un instrument non négligeable d’inclusion ! 

Défi professionnel

Un de mes plus grands défis professionnels fut de ne jamais abandonner mon domaine et céder au travail alimentaire. Quand vous êtes immigrant, vous devez recommencer à zéro (souvent à un âge avancé).

À une certaine période, je devais trouver un emploi pour subvenir aux besoins de ma famille. J’avais bien la fameuse expérience québécoise, mais rien à faire. J’ai dû passer des dizaines d’entretiens et envoyer des centaines de CV (le lot de beaucoup de nouveaux arrivants). Je voulais absolument faire valoir mes compétences et éviter de m’enfermer dans un travail où je ne serais pas épanoui. C’était difficile — je suis resté plusieurs mois sans emploi et au moment où je n’avais plus le choix, je suis donc allé déposer mon CV dans un centre d’appel… Mais quelques jours plus tard, j’avais réussi à décrocher un entretien, où je fus engagé comme spécialiste SEM.

Durant plusieurs années, j’ai remis en cause mon CV et mes compétences. Cela ne m’a pas empêché de travailler chez Cossette ou OMD et aujourd’hui Loto-Québec. Mais c’est bien plus tard que j’ai découvert plusieurs articles et enquêtes qui parlaient de la difficulté des immigrants à trouver leur place dans le marché de l’emploi.

J’ai aussi pu observer cette dichotomie entre le milieu ethnique et québécois. C’était dans le monde de l’humour où j’ai collaboré durant 8 ans. J’ai eu la chance d’assister chaque soir, aux débuts d’Adib Alkhalidey, Mehdi Bousaidan, ou encore Mariana Mazza. Des figures emblématiques et incontestables de la diversité québécoise aujourd’hui, mais il n’a pas été toujours facile de se départir de l’étiquette d’humoriste ethnique.

Il faut savoir une chose, le communautarisme n’est pas forcément une volonté des immigrants. Se tenir entre eux, parfois c’est tout simplement le seul choix qui s’offre.

Le manque de diversité dans notre milieu est un fait, et non une fatalité. De la même façon qu’il y a une véritable prise de conscience en ce qui concerne l’équité homme femme, ou même les questions environnementales, il faut que la représentation de la diversité fasse partie intégrante du discours et des valeurs des entreprises.

--

Afin que toute notre industrie se fasse davantage voir et entendre, le Grenier aux nouvelles souhaite présenter des modèles inspirants issus de la diversité culturelle, de sexe, d’identité de genre, d’âge et en situation de handicap dans sa série « Dans l’œil de… ». Cette série vise à donner l’espace à des talents cachés de l’univers de la communication – publicité, production, côté agence et côté client, et à nous faire découvrir des personnes qui auraient lancé une initiative pour favoriser l’équité, la diversité et l’inclusion dans leur organisation. Si vous souhaitez soumettre votre portrait, ou connaissez une personne qui serait intéressée, écrivez-nous à [email protected].


Dans l’œil de Jean-François Garneau (Cri agence)

À lire maintenant

Les Talents cachés: la diversité sous tous ses angles
TANK dévoile trois nouveaux épisodes du balado «Objectif croissance»
Done teste l’autocomplétion de feuilles de temps intelligentes avec le CRIM
L’AMQ accueille de nouveaux membres au sein de son CA
R3 Marketing et Léger dévoilent les résultats de la 4e édition de LoyauT
Cabana Séguin: tous pour un et un pour tous
FCB Montréal remporte deux prix au concours CLIO SPORTS
Une campagne pour les hommes victimes d’agressions sexuelles
Sandrine Debbané se joint à Sid Lee à titre de cheffe de la direction financière
André Fortin devient vice-président de Massy Forget Langlois relations publiques
Génération W cherche des jeunes femmes aux parcours inspirants
Productions Chaumont signe la vidéo manifeste de la SAQ