Lea D. Nguyen

La résurrection de Romeo & fils

par Lea D. Nguyen, le 1 septembre 2020


Comme une pléthore d’autres secteurs, les activités de Romeo & fils ont été mises sur pause lors d’une fin d’hiver fatidique. Profitant de ce hiatus forcé pour réfléchir à l’avenir, qui s’augurait chancelant, la boîte en est arrivée à la conclusion qu’elle ne souhaitait plus reprendre son mode frénétique de la dernière année. On discute de rebranding, de demain, de la promotion de Vanessa Vick et de la venue de Léa Ouimet au sein de l’équipe (et du ras-le pompon [!] de l’arc-en-ciel #ÇaVaBienAller) en compagnie de France-Aimy Tremblay, productrice exécutive et associée.

ROMEO

France-Aimy Tremblay | Crédit photo : Donald Robitaille

Une introspection sur fond d’arc-en-ciel

N’est-il pas ironique que la couverture de ce présent numéro* illustre une France-Aimy Tremblay vêtue de mou sous un arc-en-ciel de livres ? En réalité, cette image résume les derniers mois de Romeo & fils, tout comme la plupart des travailleurs depuis le début du confinement. Besogner à distance en semi-pyjama avec la promesse utopique d’un lendemain meilleur sur fond d’arc-en-ciel #ÇaVaBienAller qu’on nous scandait ad nauseam. Qui n’a pas oscillé entre l’espoir et le désarroi face à ce mantra étendard de la crise ? 

Romeo par-ci, Romeo par-là. 2019 a été une année mouvementée qui a fait évoluer l’entreprise, nous raconte d’entrée de jeu France-Aimy. Avant d’entamer 2020, l’équipe s’est aperçue que ni son site web ni son image ne reflétaient ce qu’elle était devenue. C’est parce que la boîte a beaucoup grandi depuis sa fondation, « autant créativement qu’administrativement », formule la co-fondatrice de l’entreprise. Dès janvier, Romeo s’est activé à retravailler sa plateforme web pour une sortie au printemps. La suite, vous la connaissez déjà. Pandémie oblige, le projet de revamping a sitôt été mis sur la glace.

Ayant déjà à l’esprit la volonté de revisiter sa façon de travailler, l’arrivée de la COVID à nos frontières a permis à Romeo de se réaligner. Un mal nécessaire ? « Une pause aussi longue, ça remet beaucoup les choses en perspectives », nous révèle France-Aimy. La boîte a ainsi réévalué ses priorités pour ne se concentrer (et revenir) que sur l’essentiel, soit sur ce qui la rend vraiment accomplie. 

Vanessa Vick

Vanessa Vick | Crédit photo : Donald Robitaille

Les talents au premier plan

Chez Romeo, communauté, créativité et collaboration se côtoient à l’unisson. Il était donc tout naturel que la boîte de production veuille mettre en lumière ses talents, les faire grandir et percer sous son aile. France-Aimy reconnait qu’auparavant, avec le rythme effréné de l’industrie et de la charge de travail, la boîte était très axée sur les projets. Au fil du temps, la productrice s’est aperçue qu’elle était davantage orientée vers les relations humaines. « La ligne directrice du site a été de mettre le talent et la personne de l’avant et non le projet. » C’est la proximité de l’équipe que France-Aimy a voulu souligner, elle qui communique avec ses réalisatrices et réalisateurs au quotidien.

Pas d’inquiétude — Romeo continuera d’embarquer dans de multiples projets, mais saisira le temps pour souffler un peu et favorisera ceux qui coïncident avec ses valeurs. Et surtout, s’imposera moins de pression tant dans la quête de dénicher des contrats que la performance. Si France-Aimy avoue que cette pression, elle se l’était elle-même prescrite, elle est plus sereine aujourd’hui avec le recul. « Toujours devoir se prouver c’est épuisant. Lorsque j’ai pris le lead il y a deux ans, je voulais montrer que j’étais bonne, confie-t-elle. J’ai pris un step back là-dessus. La structure va bien, on a des projets, calme-toi France ! (RIRES) »

« On est conscient que notre industrie est intense et un peu chaotique parfois, poursuit-elle. En focalisant sur une ambiance saine, respectueuse et collaborative, on peut trouver un équilibre et un plaisir même si on travaille plusieurs heures par jour. La flexibilité par rapport au mélange du travail à la maison et au bureau était quelque chose que je voulais mettre en place au retour. »

La relève au féminin

Ayant pris les rênes du département de publicité de Romeo il y a maintenant deux ans, France-Aimy estime que l’avancement de sa carrière a été propulsé grâce à la confiance de Martin Henri, co-fondateur, producteur exécutif. Une des meilleures décisions stratégiques que la boîte a prises a été de bâtir deux équipes distinctes. Romeo, sous la tutelle de France-Aimy, allait s’occuper de la publicité et la représentation de talents. RF2, sous la direction de Martin, allait se consacrer à la télévision. Cette réflexion a porté fruit. « À partir de ce moment, on a eu un meilleur contrôle sur les tâches, les horaires et ça nous a permis d’engager des gens pour des compétences spécifiques », relate-t-elle.

Reconnaissante et souhaitant redonner au suivant, la productrice s’est promis de former une nouvelle génération de productrices. Une rencontre fortuite avec Vanessa Vick lors d’un événement de l’industrie — pré-COVID — ne pouvait mieux tomber à point. C’est le coup de foudre professionnel. Ayant fait ses cordes chez Les Enfants, Gorditos, et Sailor, Vanessa était fin prête à endosser le rôle de productrice. De son côté, France-Aimy nécessitait une paire de mains supplémentaire pour l’épauler à restructurer son département de coordination. « Je suis très choyée d’avoir une productrice aussi rigoureuse, créative, cultivée et dévouée que Vanessa. Elle apporte tous les jours une énergie incroyable à l’équipe. Sa personnalité pétillante et intense amène toujours les projets plus loin et tout le monde à se dépasser et donner son 100 %. »

Une nouvelle coordonnatrice a récemment rejoint l’équipe de Romeo. Malgré son jeune âge, Léa Ouimet cumule plusieurs années d’expérience dans l’industrie de la pub et caresse le rêve de devenir elle aussi productrice. Nul doute que ses aspirations sauront se concrétiser au sein de l’équipe Romeo. Le mentorat, France-Aimy y tient à cœur.

Plus qu’un nouveau site web

Signée par le collectif Malfrats, la nouvelle mouture de la plateforme, à la facture visuelle léchée, est beaucoup plus qu’une refonte web, et de loin. Pour France-Aimy, c’est l’aboutissement d’un travail acharné. « C’est la réalisation que l’entreprise a survécu à la crise et qu’on est toujours là », conçoit-elle.

#ToutVaBien chez Romeo & fils.

Pour visiter le nouveau site web, cliquez ici. Pour consulter les profils des talents représentés chez Romeo, c'est ici.

*Cet article a été publié dans le Grenier Magazine, volume 5, numéro 28.


Léa Ouimet se joint à la famille ROMEO

À lire maintenant

Michael Valentino nommé responsable, Ventes programmatiques de La Presse
Hula Hoop accueille Danielle Bouchard à titre de directrice artistique
Clark Influence accompagne la sortie d'un yogourt sans produits laitiers
Natalia Tavares rejoint Bayard Canada
Sports Experts propose un défi actif avec des athlètes d'ici
La CCMM et l’A2C présentent une causerie sur la pensée créative
Exponentiel Conseil accueille Justine Lord-Dufour
Les annonceurs mondiaux lancent une nouvelle approche d’évaluation multimédia
La COVID-19 a-t-elle redéfini le rôle des RH?
Il était une fois une ACCRO de l’innovation
Parkour3 obtient la certification HubSpot Advanced CMS Implementation
Concertation Montréal mandate l’agence Canidé