Gestion de crise: les entreprises québécoises confrontées à la réalité

le 2 juillet 2020


Interrogés par un sondage Léger exclusif au début de la crise de la COVID-19, 65 % des dirigeants d’entreprises québécoises sous-estimaient la probabilité que leur entreprise puisse affronter un jour une crise publique. Commandé par Fernandez relations publiques et mené en ligne du 12 au 20 mars 2020, ce sondage témoigne du fait que la majorité des dirigeants ne se sentaient pas interpellés par une crise majeure, même si elle grondait déjà.
 
« Ce coup de sonde témoigne clairement d’une tendance des propriétaires et des gestionnaires d’entreprises à minimiser les risques liés aux crises communicationnelles. Il y a fort à parier que certains ont eu une prise de conscience depuis le début de la crise sanitaire, qu’ils ont vu l’impact des communications avec les clients, les fournisseurs, les partenaires et bien sûr, les employés. Les entreprises doivent se préparer pour être efficaces quand la crise frappe », note Annie Fernandez, présidente fondatrice de l’agence Fernandez relations publiques.

Selon les résultats recueillis, 65 % des dirigeants mentionnaient que c’était peu (61 %) ou pas du tout (4 %) probable que leur entreprise se retrouve à nouveau dans une gestion de crise publique. Les chiffres de cette étude montrent aussi que près d’un dirigeant d’entreprise sur deux avait pourtant déjà vécu une crise autre que la pandémie actuelle. Dans le secteur de l’hébergement, du tourisme et du divertissement, ce chiffre grimpe à 65 %. Malgré tout, les entreprises sondées se sont dites peu préparées pour y faire face.
 
« Une entreprise bien outillée augmente considérablement ses chances de survie en période de crise. Un bon plan de gestion de crise réduit les insécurités et minimise les oublis ou les faux pas. La préparation, c’est la clé du succès pour gérer efficacement en temps incertains, maintenir la crédibilité et le lien de confiance, ainsi que pour propulser l’organisation vers de nouveaux sommets », ajoute Annie Fernandez.

Bien que la majorité de ces dirigeants québécois ont le sentiment d’être bien outillés en temps de crise, il n’en demeure pas moins que 44 % avouent ne pas avoir à l’interne les ressources capables de gérer leurs communications organisationnelles. De même, 40 % n’ont pas de plan de communication prévu à cet effet.

Faits importants à noter, les entreprises qui se sentent les moins bien outillées sont celles dont le siège social est au Québec (56 %), celles qui embauchent entre 30 et 99 employés (42 %) et le secteur manufacturier (50 %).
 
« On notait, lors du coup de sonde, un mélange d’optimisme et de déni chez les dirigeants d’entreprise dont la majorité avait la perception d’être bien outillés et/ou jugaient peu probable qu’une telle crise ne survienne, alors que la réalité de ceux qui ont déjà vécu une telle crise (44 % de l’ensemble) avouent après coup (26 %) qu’ils n’étaient pas suffisamment préparés », explique Cyntia Darisse, vice-présidente chez Léger.

business


Léger lance MetriCX, son service-conseil en expérience client

À lire maintenant

Activis lance une nouvelle offre de services
La créativité pour bâtir le monde de demain
La Web Shop célèbre ses 10 ans
Camden conçoit les portes ouvertes interactives du Collège Villa Maria
Complice de marque obtient de nouveaux mandats
Natalia Tavares rejoint Bayard Canada
Mediagrif devient mdf commerce
Michael Valentino nommé responsable, Ventes programmatiques de La Presse
Quand les talents s’unissent pour la cause du bec
Bloom et District M se classent au palmarès des Leaders de l'actualité
Gala Idéa 2020: Sid Lee grande gagnante du concours
«Fumer C'est Dégueu»