Première campagne de lg2 pour son nouveau client Allegra

le 10 avril 2012


LG2 a été choisie comme agence de publicité par Allegra, l’une des marques les plus reconnues d’antihistaminiques pour le soulagement des symptômes d’allergies. Pour le début de cette nouvelle collaboration, l'agence a décidé de se tourner vers une réalité toute canadienne pour créer sa campagne: au Canada, les hivers sont longs et les étés sont courts. Il n'est pas donc conseillé de rater l’été à cause des allergies. Le défi était de démontrer qu’on peut rater un été complet à cause d’allergies qui nous confinent à l’intérieur ou qui gâchent les moments passés à l’extérieur.

«LG2 avait tous les atouts pour devenir notre agence. Avec une qualité de création hors du commun, des spécialistes autant en interactif qu’en média traditionnel et une solide expérience en commerce de détail, tous les éléments sont réunis pour une collaboration longue et fructueuse», résume Stéphane Langevin, directeur principal, marketing et ventes, Sanofi.

«Dès notre première rencontre, Stéphane Langevin nous a parlé de l'importance de faire les choses différemment, de se démarquer de la catégorie, de créer une campagne avec de l'impact. Pour une agence qui croit en un produit créatif fort, c'est de la musique à nos oreilles», explique Marc Fortin, associé principal, vice-président directeur de la création.

En faisant appel à l’humour et à la particularité de notre climat, l’agence signe une campagne nationale déclinée en messages télé, en panneaux numériques extérieurs, en bannières web ainsi qu’en un feuillet informatif à l’attention des pharmaciens.

Pour connaître les crédits de cette campagne, lisez le bulletin Grenier aux nouvelles du 16 mars 2012.

À lire maintenant

Les fromages d’ici sont juste trop bons
Avec ses prix ridicules tous les jours, Canac aide pour vrai
P.K. Subban devient le premier Plantebassadeur de Silk Canada
Étoile montante: Delphine Chang (LG2)
Le bien-être à l’état pur avec Oovie
Top 10 des campagnes du mois de février
Serions-nous à l’ère de l’anti-pitch ?