Justine Aubry

Le e-commerce, ce héros de la crise

par Justine Aubry, le 8 juin 2020


Au moment où la crise sanitaire a frappé à la porte de la province, plusieurs entreprises n'étaient pas préparées à ce rapide chamboulement de leurs pratiques et aux conséquences économiques qui allaient en découler. Implantation du télétravail à la hâte, mises à pied, et surtout, diminution quasi instantannée des revenus, les entreprises d'ici ont dû s'adapter rapidement...et numériquement.  

Déjà privilégié par plusieurs, mais boudé par d'autres, le e-commerce est devenu, du jour au lendemain, le grand sauveur de ces temps incertains, aujourd'hui synonyme de survie économique.

Pour Alexandre Sagala, associé chez Pertinence Média, si certaines entreprises ne croyaient pas encore au potentiel du e-commerce, et bien aujourd'hui, la preuve est indubitable. « Ce n’est plus simplement d’avoir une boutique web destinée à une partie de la population habituée à acheter en ligne. Ça été pour la plupart des entreprises avec pignon sur rue la seule façon de générer des revenus pendant plus de deux mois », indique-t-il.

Quand le numérique devient incontournable

Ayant comme seul recours pour survivre à cette soudaine crise économique la mise en place d'un système transactionnel à distance, les entreprises ont alors compris qu'une part importante de leurs revenus pouvaient provenir d'une source numérique. « Ceux qui ont fait le saut e-commerce durant la crise ont probablement manqué une bonne partie de l’opportunité, par exemple à cause des délais de mise en place, de l'organisation, etc. Je crois que les entreprises qui avaient déjà fait le saut se sont bien tirées d’affaire vu la situation. On a cependant vu plusieurs d’entre eux être surpris par le volume de commandes qui était inhabituel, ce qui a causé des délais de livraison insatisfaisants pour de nombreux consommateurs », explique l'expert en marketing numérique. 

Pour les nouveaux initiés, quelles sont les premières étapes à mettre en place pour se lancer en commerce électronique ou pour accélérer la commercialisation ? 

Selon Alexandre, c'est plus difficile qu'on pourrait le penser. « La partie " mise en place du site web " est selon moi celle que les entreprises maîtrisent le mieux. Là où les choses se compliquent, c'est au niveau des ventes. Générer des revenus sur un site e-commerce, ce n’est pas facile. Lorsque tu as un magasin physique, tu as un achalandage naturel de gens qui passent et qui voient ta bannière. Sur le web, ça n’arrive pas. Tu dois créer ton achalandage et il doit être de qualité. Ensuite, tu dois convertir cet achalandage en client, et ce, sans contact humain. »

Accélérer son succès 

Pertience Média a récemment lancé un « accélérateur e-commerce », une offre qui vise à soutenir les entreprises à travers leur transformation numérique en proposant des solutions à chaque enjeu propre au commerce en ligne. L’accélérateur devrait ainsi permettre d'augmenter leurs revenus et leur performance en ligne. 

« C’est fait pour aider les petites, moyennes et grandes entreprises à accélérer leurs ventes et leur développement, qu’elles soient au début ou un peu plus matures dans leurs opérations. Le challenge se résume à la capacité de générer du trafic de qualité sur un site de manière constante, en respectant un coût d’acquisition permettant la rentabilité. Il faut ensuite convertir ce trafic en vente sur une première, deuxième ou troisième visite. Il faudra finalement faire en sorte de répéter l’achat et d’augmenter la valeur moyenne (CLV) de ses clients. » 

Alexandre Sagala explique que bien souvent, les entreprises misent sur l'une ou l'autre de ces données, car elles sont difficiles à réaliser en même temps. « Ce que nous proposons, c’est de régler ces trois enjeux d’une manière efficace et en diminuant les erreurs avec notre expertise. En travaillant en synergie les trois objectifs, on obtient un site e-commerce qui est plus performant. »

Ce qui demeure certain, c'est que dans notre nouvelle ère « post-Covid », cet engouement pour l'achat en ligne ne risque pas de démordre. Files d'attente, distanciation sociale et restriction de toutes sortes étant devenues monnaie courante, beaucoup de consommateurs privilégieront désormais le magasinage numérique, moins restrictif et plus rapide. « La demande est grande et restera grande. La partie de la population qui n’achetait pas encore en ligne a été forcée de l’essayer, et elle y a pris goût. De plus, plusieurs mesures sanitaires resteront en place pour très longtemps, donc plusieurs vont continuer à acheter en ligne », conclut l'expert. 

ordinateur

 

 

 

 

 


Une nouvelle identité de marque pour Le Domaine des Pays d’en Haut

À lire maintenant

Personnalité de la semaine: Mirella Di Blasio (Lulu Événements)
Les Journées DUX Mieux Manger, Mieux Vivre
Bicom garantit maintenant ses résultats
Le concours Idéa lance sa deuxième édition
La Fondation Jeunes en Tête: une refonte qui fait du bien
Julie Desharnais nommée directrice générale de la Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont
Une nouvelle identité de marque pour Le Domaine des Pays d’en Haut
Deux nouveaux mandats pour Maison 1608 par Solisco
Nathalie Cécyre se joint à l’équipe de production de Pixcom
L'illustratrice Maren Amini rejoint Anna Goodson
Un ministère fédéral dépose un projet sur Grenier Biznext
Numeris dévoile sa nouvelle mesure vidéo