Nancy Therrien

Kezber, servir en toutes circonstances

par Nancy Therrien, le 1 avril 2020


Nous avions convenu de faire une pointe de conversation avec Chantale Clavelle, responsable marketing et communications chez Kezber le lundi 16 mars à 9 h. Premier jour officiel de confinement pour une grande majorité de Québécois. L’entretien n’allait pas se dérouler dans le calme et la productivité avec les enfants à surveiller et les bureaux de fortune. Mais, nous l’avons quand même fait parce qu’Alan Kezber l’aurait fait lui aussi.

Alan Kezber
Alan Kezber, Président-directeur général et fondateur.

En effet, à ses débuts, le fondateur de l’entreprise spécialisée en solutions d’affaires informatiques travaillait dans des conditions peu optimales : « Alan faisait du support informatique pour de grandes entreprises en Estrie et à Montréal en solo dans sa voiture. Petit à petit, il a dû embaucher des gens et ajouter des services à son offre pour répondre aux besoins de ses clients », relate Chantale. Après avoir fait le choix de se concentrer davantage sur le développement d’applications et l’intelligence artificielle et d’affaires, notamment pour le secteur manufacturier, Kezber a connu une très belle progression. Chantale ajoute : « En 2017, l’entreprise a doublé son chiffre d’affaires et plus que doublé son équipe multidisciplinaire qui compte plus de 100 spécialistes en TI qui œuvrent dans les bureaux de Magog, Brossard et Sherbrooke pour offrir des services en développement d’applications sur mesure, d’intelligences d’affaires et de services cloud ».

Humain en toutes circonstances

Le côté humain d’Alan est sans l’ombre d’un doute à l’origine du succès de son entreprise : « Nous savons que prendre le virage numérique ne représente pas les mêmes défis pour toutes les entreprises alors nous nous efforçons de les accompagner le plus humainement du monde dans tout le processus. De la même manière, en tant qu’employés, nous sommes extrêmement bien traités », raconte Chantale. Pour preuve, Kezber est certifié Employeur remarquable par le Bureau de normalisation du Québec (BNQ) : « Chaque fois que nous renouvelons notre certification, nous utilisons les résultats du sondage qui compte une centaine de questions. Tous les résultats sont compilés, analysés et des mesures concrètes sont mises en place par la suite. Même si les employés sont heureux, il est certain qu’il y a toujours place à l’amélioration. Par exemple, à la suite des derniers résultats, les dirigeants ont mis en place des plans de carrière pour permettre à des employés désireux de progresser dans l’entreprise de le faire. Déjà, deux employés profitent de ce programme », explique Chantale.

Philanthrope en toutes circonstances

Kezber a récemment lancé un Programme d’innovation sociale, une initiative née du désir de son président de redonner à la communauté et des membres de son équipe tout aussi motivés à faire une différence dans la communauté et à apporter leur soutien à des organismes à but non lucratif. Ce sont donc 250 000 $ qui seront investis en temps et en expertise sur trois ans pour venir en aide à différentes causes : « Kezber a développé Horizon qui en fait est un système de gestion de contenu (CMS) qui permet aux organismes de gérer leur contenu de façon autonome directement sur la plateforme après que nous nous sommes chargés de créer et de programmer un site web qui répond à leurs besoins. La plateforme Horizon contient des fonctionnalités très pratiques pour les OBNL, telles qu’un module permettant la collecte de fonds, un module de gestion des membres ainsi qu’un calendrier d’activité avec son module d’inscription. L’un des principaux avantages d’adhérer à Horizon est de pouvoir obtenir les mises à jour en continu et de toujours compter sur une équipe de développement qui travaille sur la plateforme. En effet, les sites web des organismes sont souvent vulnérables aux failles de sécurité, puisqu’ils n’ont pas toujours les ressources internes pour faire les mises à jour nécessaires et assurer leur maintenance en général », détaille Chantale.

Il n’y a pas à dire, un tel projet qui vise à redonner à l’autre témoigne de la grande empathie du fondateur de Kezber. Pour Alan, le succès passe non seulement par le bonheur de ses employés, mais aussi par celui des organismes québécois de tout acabit.

Chantale a conclu cet entretien qui, somme toute, s’est bien déroulé (les enfants ont été sages !) sur ces belles paroles : « Le Programme d’innovation sociale a un potentiel de rayonnement exponentiel puisqu’il permet aux organismes de continuer d’assurer leurs services et d’accomplir leur mission auprès d’un plus grand nombre d’individus. Il a été mis sur pied parce qu’Alan croit qu’une forme de soutien autre que monétaire peut autant aider, sinon plus, son prochain à maintenir et développer ses activités », on ne pourrait mieux croire en circonstances actuelles.

Kezber


Le mentorat en mode pandémique… pas de panique!

À lire maintenant

Myriam Crevier devient associée chez SYRUS
L’agence Bloom accueille Franz Fontaine à titre de VP Stratégie
Le mentorat en mode pandémique… pas de panique!
Trois nouvelles additions à l’équipe d’Ad hoc recherche
WIFT Canada enquête sur la réalité des travailleuses du cinéma et de la télé
Rappel de candidatures pour les prix du Conseil supérieur de la langue française
Sunny Side Up Creative et Fire Without Smoke Montréal s'associent
La Semaine pour un Québec sans tabac s’attaque aux cancers digestifs
Création de l'École supérieure en Art et technologie des médias au Cégep de Jonquière
Une nouvelle campagne pour appuyer les parents séparés
Upperkut rappelle que L’Itinéraire est disponible partout
Idecom et Plan de match communication s’allient pour une offre intégrée