Greenpeace veut aider la ville d’Asbestos à changer son nom toxique

le 26 mars 2020


Depuis plus de 100 ans, la ville d’Asbestos en Estrie porte un nom symbole de toxicité, associé au dangereux minerai anciennement extrait dans la municipalité. Souhaitant changer de nom, la ville a a lancé un appel aux citoyens du 17 février au 20 mars dernier afin d’amasser des suggestions intéressantes. Pour aider la ville à faire la paix avec son passé, Greenpeace Canada a répondu à l’appel avec six soumissions de noms célébrant la riche biodiversité de la région avec l’objectif d’inscrire de façon permanente une de ces espèces sur la carte du Québec.

« Nous vivons présentement une période de crise. Les gens sont inquiets pour leur proches, leur famille, leur amis et beaucoup se sentent isolés à la maison. Nous avons collectivement besoin d’espoir et ce projet peut représenter un renouveau dans un certain sens », a expliqué Marie-Josée Béliveau, chargée de campagne Nature et Alimentation chez Greenpeace Canada. « La ville d’Asbestos a une occasion en or ici de devenir un symbole de préservation de la biodiversité à travers le monde. De plus, ce type d’initiative en ligne nous permet de continuer d’agir en toute sécurité de la maison. Même dans un contexte d’isolation, nous pouvons continuer à promouvoir la solidarité et la mobilisation sociale ».

Le conseil de ville fera une présélection parmi les 500 soumissions déposées d’ici au 27 mars. Les six noms soumis par Greenpeace Canada respectent toutes les consignes de la ville, dont celle de n’avoir aucun lien avec l’industrie de l’amiante.

Les six noms soumis à la ville d’Asbestos

  • Bicknell
    Inspiré par la grive de Bicknell (​catharus bicknelli)​​, un petit oiseau vivant en Estrie et désigné « vulnérable » au Québec depuis 2009.
  • Lamproie
    Inspiré par la lamproie du Nord (​ichthyomyzon fossor)​, un petit poisson d’eau douce présent en Estrie et désigné « menacé » au Québec depuis 2009.
  • Listère
    Inspiré par la listère du Sud (​neottia bifolia)​, une plante de la famille des orchidées déjà observée en Estrie et désignée « menacée » au Québec depuis 2010.
  • Blongios
    Inspiré par le petit blongios (​ixobrychus exilis​), un oiseau échassier présent en Estrie et désigné « vulnérable » au Québec depuis 2009.
  • Chevalier
    Inspiré par le chevalier de rivière (​moxostoma carinatum)​, un grand poisson déjà observé en Estrie et désigné « vulnérable » au Québec depuis 2009.
  • Apalone
    Inspiré par la tortue-molle à épine (​apalone spinifera​), une tortue à carapace molle qui a déjà été observée en Estrie et désignée « menacée » au Québec depuis 2000.

Greenpeace 1

Greenpeace 2

Greenpeace 3

Greenpeace 4

Greenpeace 5

Greenpeace 7

Crédits

Client : Greenpeace Canada — Marie-Christine Fiset, Marie-Josée Béliveau, Julie Byrnes, Shane Moffatt
Agence : Rethink
Direction de création nationale : Chris Staples, Ian Grais
Direction de création : Xavier Blais, Maxime Sauté
Conception-rédaction : Raph Côté, Jon Mandell
Direction artistique : Edouard Coune
Service-conseil : Mélanie Châteauneuf
Production : Marie-Pière Poulin, Katia Dupuy
Montage : Stephen Parker — Rethink
Production numérique : Todd Harrison


Les PPAQ retiennent les services de Rethink

À lire maintenant

L’agence TREIZE accueille Noémie Garcia à titre de productrice
Québecor s'associe avec Hivestack
Torchia Communications fête ses 20 ans
Oranje mandatée par Urnes Bégin
IMAGEMOTION fait entrer KOOKA dans l'espace numérique
Une campagne d'Havas s’inspire des superhéros
B2B/2GO: une plateforme d'ici qui voyage à travers le monde
Republik ouvre un bureau éphémère à Mont-Tremblant
 Tourisme Bromont lance une campagne à thématique sportive
Unis TV recherche un trio pour une aventure télévisuelle
La Cage chez vous: 3 millions de nouvelles salles à manger
L'Agence MOBUX agrandit son équipe