Coronavirus: comment réduire l'anxiété au quotidien?

le 19 mars 2020


Dans le cadre de la pandémie actuelle et de son évolution au Québec, l'Association des médecins psychiatres du Québec (AMPQ) indique que certaines personnes peuvent vivre des situations particulièrement stressantes. Elle rappelle que différentes mesures peuvent cependant permettre de maintenir leur bien-être à la maison.

« Le stress actuel est principalement associé à deux facteurs. Il y a d'abord la crainte liée au virus lui-même soit, la peur d'être ou de voir un proche malade et ensuite, celle associée aux effets de la quarantaine, c'est-à-dire, la rupture des routines, l'isolement ainsi que l'incertitude économique », affirme Karine J. Igartua, présidente de l'Association des médecins psychiatres du Québec.  « Évidemment, certaines personnes ont des façons très efficaces de gérer leur stress. À l'inverse, d'autres éprouvent une grande anxiété. Dans un contexte où on ne sait pas encore combien de temps cette situation va durer, pour la traverser, il est important de prendre soin de notre bien-être et de celui de nos proches », poursuit-elle

L'AMPQ recommande de réguler notre utilisation des médias traditionnels et des médias sociaux et de limiter à deux heures par jour notre exposition au contenu lié à la COVID-19. Maintenir une routine qui préserve de saines habitudes de sommeil, d'exercice et d'alimentation peut également être d'une grande aide, tout comme la pratique d'une activité physique appropriée à notre condition physique durant au moins 30 minutes par jour. 

Prévoir des activités quotidiennes variées et explorer de nouvelles activités qui ne nécessitent pas d'écran (cuisine, jeux de société, ménage de printemps, bricolage, apprentissage d'une langue, musique, etc.) représente également un bon moyen de ce changer les idées. Finalement, il est important en cette période de confinement de maintenir des liens sociaux (téléphone, FaceTime, Skype, médias sociaux), et plus particulièrement avec les ainés et les gens malades.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a également publié quelques repères permettant à la population d'identifier les manifestations de stress, d'anxiété et de déprime et rappelant les ressources d'aide disponibles.Pour les parents, le fait d'adopter des stratégies pour réduire leur anxiété aura nécessairement un effet bénéfique sur les enfants puisque ces derniers réagissent généralement fortement aux comportements de leurs parents.

« Le premier conseil que je souhaite donner aux parents est de bien cerner ce que leurs enfants connaissent de la situation actuelle et de compléter les informations avec des mots qu'ils comprennent, en fonction de leur développement. Il est important de ne pas mentir, de ne pas dramatiser ni de minimiser la situation afin de les rassurer et de leur faire comprendre qu'ils ont un rôle important à jouer », indique Dre Cécile Rousseau, pédopsychiatre professeur au département de psychiatrie de l'Université McGill.

anxiété


Joyoung choisit Studio Kay

À lire maintenant

Joyoung choisit Studio Kay
Personnalité de la semaine: Marie‑Pier Gaudreault (Productions J)
La Raffinerie et Kabane: l’union fait la force
Devenez porte-parole en choisissant les Aliments du Québec
Ti-Mé rappelle qu'il faut réduire sa consommation pour mieux recycler
Old Style Pilsner présente le concours Tes frais à nos frais
Tanguay mise sur les plateformes de QUÉBECOR EXPERTISE | MÉDIA
C2 Montréal: de loin ou de proche, rien n’arrête l’innovation 
Bestseller Canada choisit Labelium comme agence numérique de référence
Devenir fier bâtisseur d'espoir avec la Fondation Douglas
Maison Made in lance la boutique en ligne Jourès
Étude Vividata: 7 adultes canadiens sur 10 consultent des nouvelles une fois par jour