À la recherche des bons boss

par Raphaël Martin, le 19 novembre 2019


Une entreprise propose de changer le monde un bon boss à la fois en propageant les pratiques qui contribuent au mieux-être des employés. Discussion sur cette rafraîchissante initiative (doublée d’une ôde aux bons patrons !) en compagnie de Jenny Ouellette.

Chers employés, vous qui vous donnez corps et âmes à l’entreprise pour laquelle vous oeuvrez et qui, jour après jour, rivalisez d’ardeur et de créativité dans vos fonctions pour un salaire honnête et l’amour du travail bien fait ; oui, vous ! êtes-vous heureux ? Chaque année, bon nombre de sondages menés auprès de la main-d’oeuvre canadienne démontrent qu’environ deux tiers des employés se disent insatisfaits, voire très insatisfaits de leur employeur. Une statistique pour le moins gênante, qui n’est pas sans démontrer que les meilleurs spécimens de boss ne semblent pas être avoir atteint la majorité. « Avoir un bon boss ne devrait pas être un luxe, nous dit d’entrée de jeu Jenny Ouellette, fondatrice de la plateforme BonBoss.ca. Cela dit, il faut être honnête et se dire qu’il n’est pas donné à tout le monde de tomber sur un patron qui se veut inspirant et à l’écoute. La bonne nouvelle, c’est que même si les bons boss se font rares, il en existe plusieurs! Notre travail consiste donc à les identifier et à mettre leurs pratiques en lumière. C’est grâce à eux que nous réussissons à contaminer positivement leurs homologues. »

Au-delà du salaire...

Créé en 2017, la plateforme BonBoss.ca se voulait à l’origine un site Web mis en ligne à l’attention des employeurs désireux d’obtenir des consultations sur l’art du management. « Mais avec le temps, poursuit Jenny, nous sommes plutôt devenus une entreprise dont le mandat est de donner des formations aux employeurs désireux d’améliorer leur style de gestion, de faire passer des évaluations à ces derniers et de remettre, depuis l’automne 2018, des certifications aux bons gestionnaires ayant une équipe épanouie. Plusieurs bons boss ont été séduit à l’idée d’obtenir cette certification, si je puis dire.  » Un bel incitatif, en somme, pour attirer de futurs talents au sein de son entreprise. « Tout à fait, confirme-t-elle. En cette ère où la main-d’oeuvre se fait de plus en plus rare, on remarque que le salaire n’est plus l’incitatif ultime auprès des employés. Ce que les gens souhaitent d’abord va bien au-delà du salaire et des avantages pécuniaires. Ce qu’ils veulent en premier, c’est travailler avec un bon boss. Tout le monde le mérite. La chose est aussi vraie du côté des actionnaires de compagnie qui ont tout intérêt à avoir de bons boss dans leur rang. Quiconque possède une entreprise gérée par de bons patrons la verra devenir plus profitable. C’est prouvé, chiffres à l’appui. »

Être un bon boss : un choix

Et c’est quoi, au juste, un bon boss ? La question lui a certes été adressée mille et une fois, mais Jenny prend néanmoins chaque fois un plaisir à y répondre. « Un bon boss, c’est d’abord quelqu’un qui a pris la décision… d’être un bon boss, répond-elle du tac au tac. C’est quelqu’un qui un jour a pu prendre le recul nécessaire pour se questionner et prendre les moyens de devenir bienveillant avec ses employés. Car ça ne se fait pas tout seul. Ce n’est pas parce que tu accèdes au pouvoir que tu es nécessairement un bon patron ; et ce n’est pas non plus parce que tu carbures au défi et que tu fais avancer les choses que tu en es un. Un bon boss, selon moi, c’est quelqu’un qui sait faire preuve de courage managérial dans les félicitations comme dans les licenciments. C’est quelqu’un qui apprend à donner sa confiance sans méfiance et qui n’hésite pas à s’entourer d’éléments meilleurs que lui. C’est aussi quelqu’un qui passera autant de temps à travailler sur lui-même que sur la culture qu’il souhaite insuffler à l’entreprise. Ça n’aurait aucun sens de demander à tes employés d’être zens si tu ne l’es pas toi-même. Sois un bon modèle et les gens te suivront. »

Écoute, respect, vision

Et quels sont les préjugés que l’on accorde généralement aux bons boss ? « Il serait faux de croire qu’un bon leader est nécessairement un bon patron, poursuit-elle. Un bon exemple ? Steve Jobs - que j’admire profondément, soit dit en passant. Est-ce que c’était un grand leader ? Indubitablement. Mais était-il reconnu comme un patron apprécié ? Ce n’est pas ce qu’on dit dans le langage populaire. Dans liste des qualités que les employés recherchent chez un bon boss, le leadership arrive aussi tard qu’en 15e position. Par contre, ce qu’on cherche chez un supérieur, c’est à n’en point douter de l’écoute, du respect, du mentorat (quelqu’un qui t’aidera à progresser, en gros) et une vision claire du plan de match de l’entreprise. »  Et quelle corrélation voit-elle chez les bons boss à qui elle octroie des certifications ? « Ils ont tous le point commun… d’avoir pu monter de bonnes équipes, confie Jenny Ouellette. Les bons boss attirent généralement les gens qui cadrent avec eux sur le plan des valeurs notamment. N’oublions pas qu’il y a autant de (bons) patrons qu’il y a d’individus ; celui qui est bon pour moi ne l’est pas nécessairement pour tout le monde. Mais n’oublions pas que les boss ne sont pas des super héros. Et c’est notre devoir d’accompagner ceux qui souhaitent faire une différence auprès de leurs employés. On change le monde un bon boss à la fois. »

À la recherche d’un bon boss ? À la découverte du bon boss en vous ? Rendez-vous ici !

boss

 

 


KO Média lance les nouveaux sites d’ELLE Québec et d’ELLE Canada

À lire maintenant

KO Média lance les nouveaux sites d’ELLE Québec et d’ELLE Canada
Nathalie Fabien devient directrice principale, chaînes et programmation de Groupe TVA
Une bonne marque employeur, gage d’employeur de marque
L'agence Bob revisite le traditionnel punch des Fêtes
L'initiative «Miracle de Noël» de WestJet: Donner ou recevoir?
Un «Livre de la jungle… de l’immobilier» pour la nouvelle image Sutton Québec
 Le Collectif numérique nommé l'un des meilleurs lieux de travail au Canada
FWD50 et BLVD Agence Créative signent un troisième partenariat
SOS Violence conjugale: un site-outil qui répond à la violence par texto
Le concours Idéa et les Prix Numix lancent la période de soumission
Julien Halde devient président de MXO et accueille de nouveaux associés
Une première chaîne francophone dédiée aux sports électroniques