Nancy Therrien

Béta marketing: F pour fraîcheur!

par Nancy Therrien, le 29 octobre 2019


Tout juste sortie du four, l’offre de service de Béta marketing, fondée par Véronique Moquette, risque de s’envoler comme des petits pains chauds. Son vaste réseau de contacts étant à la base de son modèle d’affaires, la jeune femme a pour objectif d’être la plus grande agence collaborative de la Rive-Nord d’ici cinq ans. Entretien avec une fonceuse rafraîchissante.

Véronique Moquette
Véronique Moquette, fondatrice de Béta marketing

F pour façonner

Un jour, Véronique a décidé d’aller plus loin pour son futur : « Après 25 ans à travailler en publicité marketing, dont 20 ans en agence, j’avais envie de démarrer la mienne à l’image de mes valeurs : honnêteté, transparence, accessibilité. Faire partie du Réseau des femmes d’affaires du Québec m’a servi de tremplin dans cette aventure. À force de côtoyer des femmes de tête qui m’ont fait grandir, j’ai eu le goût de me lancer. Afin de faciliter la transition, je me suis outillée, notamment en faisant appel au programme de Soutien au travailleur autonome offert par Emploi Québec ». Une aide qui, en plus de lui permettre de souffler financièrement, ajoute des cordes à son arc : « Comme je dois suivre 10 formations en lien avec l’entrepreneuriat, je ne peux pas faire autrement que d’avoir une entreprise solidement structurée. Je n’ai jamais douté de moi et de l’expérience que j’ai acquise au cours des dernières années, mais je reste toujours à l’affût des nouvelles tendances et je suis animée par la passion de comprendre les choses. D’ailleurs, je suis fière de dire que tout ce qui touche à la stratégie et aux médias sociaux, je l’ai appris sur le tas », relate Véronique.

F pour fasciner

Ce qui séduit chez Véronique, c’est sa personnalité aussi audacieuse qu’enflammée : « Jamais je ne vais suggérer quelque chose à un client uniquement pour bien paraître. À l’intérieur de moi, j’ai autant envie sinon plus que les campagnes fonctionnent. Parfois, ça devient frustrant, car comme je suis passionnée, ça m’arrive de chicaner mes clients. Je suis vraiment là pour les accompagner et les appuyer au-delà du marketing. Je me mets tellement dans la peau de chaque entreprise, que je finis par connaitre leur secteur d’activité, même si je n’y ai jamais travaillé. » Évidemment qu’il ne s’agit que d’une image, Véronique ni ne chicane ses clients, ni ne dénigre le travail de ses collaborateurs. Béta marketing est la force secrète de la réussite. Et, justement, son secret réside dans l’équilibre entre intégrité et tact : « Je n’impose jamais d’idées. Ne pas faire aux autres ce que l’on n’aime pas se faire servir. Si je ne suis pas sûre d’une proposition, je vais demander que l’on me l’explique. Puis, je donne mes commentaires dans un esprit de collaboration. Depuis le temps que je suis dans le domaine des communications, j’ai rencontré les meilleures personnes dans chacun des champs d’expertise. Ce faisant, Béta marketing n’a pas d’employés, juste des pigistes que je réunis selon les projets. Ma Béta team, comme je l’appelle, ne travaille pas dans l’ombre », raconte celle qui a été tour à tour coordonnatrice, graphiste, directrice de production, chargée de projet, chargée de compte et qui a touché aux ressources humaines. 

F pour fidéliser

Véronique carbure aux statistiques : « Le principal avantage de travailler avec Béta marketing est que tout ce que je présente à mes clients est mesurable ». Les analyses de marché, les focus group, les rapports de campagnes, les rapports de performance hebdomadaire de campagnes numériques, les rapports de médias traditionnels à chaque trimestre, les validations d’expérience client et les sondages permettent à Béta marketing de produire des statistiques hyper segmentées. Et, mesurer chaque action en unissant les forces attire des clients comme Mobile punch, le leader en matière de gestion de personnel en ligne, le bureau d’avocats Desroches Mongeon, le promoteur immobilier Groupe Platinum et tout récemment, la Chambre de commerce de Laval : « Je suis heureuse d’avoir remporté l’appel d’offres pour ce client dont le mandat est de faire migrer les lecteurs de son journal papier vers sa version web », révèle une Véronique visiblement enthousiaste.

Béta est le pendant féminin d’alfa. Conséquemment, Béta marketing a du caractère, elle défonce des portes, n’a pas peur de relever des défis et de faire ce qu’il faut pour réussir. Véronique conclut : « En somme, je travaille avec des entreprises qui ont déjà fait de la publicité dans le but d’améliorer leur image ». 

beta marketing


L’Agence Masse : une boîte discrète qui se fait plus bruyante

À lire maintenant

KO Média lance les nouveaux sites d’ELLE Québec et d’ELLE Canada
Nathalie Fabien devient directrice principale, chaînes et programmation de Groupe TVA
Une bonne marque employeur, gage d’employeur de marque
L'agence Bob revisite le traditionnel punch des Fêtes
L'initiative «Miracle de Noël» de WestJet: Donner ou recevoir?
Un «Livre de la jungle… de l’immobilier» pour la nouvelle image Sutton Québec
 Le Collectif numérique nommé l'un des meilleurs lieux de travail au Canada
FWD50 et BLVD Agence Créative signent un troisième partenariat
SOS Violence conjugale: un site-outil qui répond à la violence par texto
Le concours Idéa et les Prix Numix lancent la période de soumission
Julien Halde devient président de MXO et accueille de nouveaux associés
Une première chaîne francophone dédiée aux sports électroniques