Le code π : une pratique normalisée et reconnue du marketing d’influence

le 11 juin 2019


Le marketing d’influence occupe une place prépondérante dans l’univers des communications numériques et génère de grands débats dans la sphère médiatique du Québec. Après avoir connu une ascension extraordinaire, la pratique du vedettariat payant fait face à des enjeux sérieux et devra évoluer pour assurer son avenir. En réponse à diverses problématiques, Coralie-Jade Fournier, Anne-Marie Caron et Rachel Desbiens-Després s’unissent pour donner naissance au code π : une cellule de concertation qui rassemblera l’industrie pour structurer et normaliser le marketing d’influence. 

« Il va sans dire que les partenariats provoquent leurs lots d’irritants. Sans fondements éthiques et balises de travail, il est difficile de revendiquer la crédibilité d’une profession et d’encourager ses clients à investir dans la création de contenu lorsqu’il n’y a aucune responsabilité sur la performance ou garantie sur le rendu de leur investissement. Les créateurs découvrent ce métier en même temps que nous, peu d’entre eux sont familiers avec le marketing numérique ou la publicité et c’est ce qui clash lorsque vient de temps de collaborer. Le code π est né d’un désir d’éliminer les obstacles et les tensions en arrimant les pratiques du marketing d’influence à l’ensemble des opérations de communication et de marketing des entreprises », exprime le trio fondateur du projet. 

Prenant vie dans le courant de l’été 2019, le code π débutera par un sondage visant à tâter le pouls du marché pour ensuite s’adonner à une série de microsommets invitant acteurs et parties prenantes à se pencher sur différents verticaux entourant le marketing d’influence. 

Une démarche dite consultative à travers laquelle une série d’agences, de représentants gouvernementaux, d’associations et d’organismes issus des milieux des relations publiques, des médias et du marketing sera sondée pour valider les jalons stratégiques du projet. Pour assurer la neutralité et la représentativité des rendus pour l’industrie, la gouvernance sera assurée par un conseil d’administration composé de professionnels de la communication, du milieu légal et de la publicité, ainsi que d’une poignée d’influenceurs de toutes catégories. 

À terme, la démarche vise à bâtir un manifeste présentant le nouveau visage d’une profession dite officielle et encadrée. La diffusion du manifeste sera accompagnée du lancement d’un modèle de rémunération basé sur la publicité et la création de contenu numérique, ainsi que d’une trousse de référents incluant des exemples de partenariats, grilles tarifaires, gabarits de contrats ainsi qu’une série de constats et recommandations issue des ateliers du groupe consultatif. 

pi


Le Réseau québécois pour la réussite éducative change d'image de marque

À lire maintenant

De nombreux mandats pour AR Communication
Une nouvelle application pour les personnes à mobilité réduite
Lancement de l’application ludo-éducative Mazaam
Lüz Studio fait une beauté du Ritz-Carlton Montréal
Hydro-Québec et Simon Gouache: une deuxième saison au chalet
Havas Montréal signe la campagne monstrueuse de Sloche
Le Wagon lance une formation montréalaise
Une vague de nomiations au Groupe Juste pour rire
Le Réseau québécois pour la réussite éducative change d'image de marque
Consulat et Deux Huit Huit en thérapie
Zoohoo! au Zoo de Granby
Première édition des prix Effie au Canada