Une campagne à couper le souffle

le 13 janvier 2012


Pour une 9e année consécutive, Pub point com signe la campagne de la Semaine québécoise pour un avenir sans tabac. La stratégie utilisée pour cette nouvelle campagne consistait à simuler la sortie d'un drame cinématographique où un mystérieux fléau causait la mort de milliers de Québécois. Plusieurs comédiens connus jouent dans cette bande-annonce de 30 secondes. Dans un deuxième temps, un message de 60 secondes était diffusé où il était démontré que ce fléau n'était pas une fiction mais constituait bien une réalité. En effet, plus de 10 000 personnes mourront cette année des causes du tabac au Québec.

«Après avoir créé une plateforme de témoignages percutants où plus de 150 personnalités ont pu partager leur vision d'un monde sans fumée au fil des ans, nous devions complètement renouveler l'approche créative de l’événement», mentionne Alain Vinet, président de Pub point com.

La campagne comporte plusieurs déclinaisons, soit le maquillage de plusieurs sites web reliés au cinéma, une page dédiée et des publicités sur Facebook, une campagne d’affichage auprès de milliers d’entreprises et de pharmacies au Québec, des annonces imprimées, des messages radio ainsi qu'un microsite internet pour la campagne.

Pour connaître les crédits de cette campagne, lisez le bulletin Grenier aux nouvelles du 16 janvier 2012.


Le Groupe Marie Claire réaffirme sa position

À lire maintenant

Gala Prix Femmes d'affaires du Québec: Célébrer l'excellence au féminin
Entourage célèbre ses 15 ans avec une nouvelle image de marque
Rablab accueille quatre nouveaux talents
En route vers l’ouest avec GURU
Pratico Édition lance une nouvelle division
L’industrie du propane se réintroduit avec une nouvelle image
Cannabis Intelligent, l'heure juste sur le cannabis
Un livre de culture bienveillante à votre portée!
Léger, R3 Marketing et Dialog Insight présentent la 5e édition de l’étude LoyauT
L'agence CO-OP devient LABOUR
Dans l’œil de Suzy Truong (Rethink)
Ti-Mé rappelle qu'il faut réduire sa consommation pour mieux recycler