RICARDO Media et Les Affaires font confiance à MediaTonik

le 20 février 2019


Fondée il y a seulement un an, la régie publicitaire multiplateforme MediaTonik poursuit sur sa lancée en signant deux nouveaux contrats de représentation publicitaire exclusifs pour le marché de Toronto. La régie a obtenu un contrat pour toutes les plateformes de RICARDO Media et a signé une entente pour la représentation du journal Les Affaires.

Les co-fondateurs, Guillaume Bédard et Nicolas Faucher, travailleront ainsi à accroître la visibilité et le rayonnement de ces marques auprès des annonceurs basés en Ontario.

« Nous sommes très fiers de la signature de ces nouvelles ententes, qui témoignent de la confiance que nous accordent les éditeurs québécois pour représenter leurs marques auprès des annonceurs à Toronto, déclare Guillaume Bédard, associé et co-fondateur de MediaTonik. Le marché torontois recèle de riches possibilités pour les médias québécois, et notre objectif est d’aider nos éditeurs à générer une croissance de leurs revenus, dans le contexte d’une réalité médiatique très complexe. »

« Ces nouvelles ententes viennent bonifier notre portefeuille de propriétés médiatiques québécoises et nous sommes déjà actifs au développement de campagnes publicitaires multiplateformes innovantes pour les annonceurs de l’Ontario qui cherchent à joindre des audiences de qualité au Québec », a indiqué Nicolas Faucher, co-fondateur de MediaTonik.

MediaTonik


RICARDO MEDIA invite Turbulent à sa table

À lire maintenant

Imago Communication: Durer
Plusieurs mandats d’envergure pour Tac Tic Marketing
Le taux de postes vacants au Québec est le plus élevé au pays
Deux experts se joignent à l’équipe de Globalia
Les jeunes plus présents que jamais sur Internet
La ligne d’aide du bec prévient l'absentéisme au travail
bicom accueille quatre nouveaux membres
Koze signe le nouveau manifeste de MAtv
L’agence Idecom réalise une campagne pour «Trouver ta couleur»
TORQ Le Groupe devient TORQ Productions
Brouillard obtient plusieurs nouveaux mandats
Les «jujubes au pot»: pas si inoffensifs que ça?