Canidé : Provoquer l’aventure

par Raphaël Martin, le 1 mai 2019


Discussion (un brin philosophique) sur le sujet en compagnie de deux associées pleines de mordant : Anne-Marie Caron et de Rachel Desbiens-Després.

Janvier 2018. L’agence Canidé a le vent dans les voiles au moment où Charles Durivage, l’un des trois associés de l’entreprise, décide de se retirer de l’entreprenariat pour retourner aux études. Une décision accueillie avec toute la bienveillance du monde par Anne-Marie Caron et Rachel Desbiens-Després, qui ont choisi de saisir l’occasion pour entreprendre une réflexion de fond quant aux ambitions de l’agence. Fin 2018, quelque onze mois plus tard, Canidé souffle ses trois bougies avec une ferveur décuplée, de nouveaux locaux, une image renouvelée ainsi qu’une philosophie entrepreneuriale longuement réfléchie. « Trois ans, c’est une étape cruciale dans le parcours d’une entreprise, affirme Anne-Marie Caron, cofondatrice de l’agence. C’est un bel accomplissement de durer, et c’en est un autre d’évoluer comme entreprise. Lorsque Charles nous a annoncé vouloir retourner sur les bancs d’école, nous avons réagi proactivement. Et le résultat était que nous voulions plus que tout continuer à nous définir comme entité et faire de l’innovation une de nos priorités. »  

canide

L’HUMAIN D’ABORD

Une priorité, voire une nécessité, selon Rachel Desbiens-Després, autre cofondatrice. « La compétition est devenu si forte dans le milieu des communications qu’on doit être à la fine pointe des meilleures pratiques, souligne-t-elle. Les derniers mois nous ont servi d’incubateur pour mettre plus concrètement en œuvre une philosophie qui était déjà bien encrée dans nos mœurs. Notre grande force chez Canidé est de réussir à conjuguer adroitement les stratégies de marques, les stratégies de contenus ainsi que les relations publiques. Nous avons eu des résultats plus que probants jusqu’ici avec plusieurs clients. » Des clients d’envergure qui n’ont pas eu peur de mettre leur marque entre les mains de la jeune agence. « Notre pitch, lorsque nous les rencontrons, est tout ce qu’il y a de plus simple et authentique, poursuit Anne-Marie Caron. Nous sommes des entrepreneurs dont l’expertise est d’aider d’autres entrepreneurs à créer de la richesse et du beau. J’ose croire que nous ne le faisons pas trop mal étant donné la diversité ainsi que la qualité de nos clients. Notre approche avec eux est axée sur l’accompagnement et le coaching. Et peu importe l’entreprise avec laquelle nous collaborons, l’humain est toujours au centre de nos préoccupations. C’est dans notre ADN. »

CERTIFIÉES B CORP

Une démarche qui porte manifestement fruits. « Nous sommes très excitées, confie Rachel Desbiens-Després, car d’ici quelques semaines, voire quelques jours, Canidé obtiendra la certification B Corp. C’est tout un honneur que nos bonnes pratiques en matière environnementale, sociale et éthique, entre autres, soient reconnues. L’obtention de cette certification est un long processus. C’est vraiment la matérialisation d’une pensée que nous essayons d’instaurer en entreprenariat depuis le jour 1 de l’aventure Canidé. » C’est-à-dire ? « Nous croyons fondamentalement que les communications, sous toutes leurs formes, peuvent être des vecteurs de changements positifs dans la communauté, explique Anne-Marie Caron. Beaucoup d’études démontrent que la communication change la société ; et qu’incidemment, la société change les communications. La communication est un art et une science à la fois. Et son processus est une aventure que l’on provoque. C’est un peu notre ligne directrice, si je puis dire. »

REGARD SUR L’AVENIR

Et on se voit où, mesdames, dans 15 ans ? « On espère être au même rang que les Cossette et les Sid Lee de ce monde, confie Rachel. Je le dis en toute humilité, car ce sont de très gros noms du monde de la communication. Mais je le dis en toute confiance aussi. Nous leur portons un respect immense et savons qu’elles aussi, à un moment de leur évolution, sont déjà passées par les mêmes étapes que nous. Il y aura toujours de la place dans ce milieu pour de nouveaux gros joueurs, pour des entrepreneurs engagés et créatifs qui, on le répète, souhaitent faire fructifier la richesse et les bons contenus. » Anne-Marie Caron opine. C’est dans cette ligue-là que nous avons souhaité nous inscrire et faire notre place, ajoute-elle. Je vous dirais que le plan de match de Canidé pour les prochaines années est relativement clair, mais qu’il laisse quand même place aux surprises et aux nouveautés. Nous avons une équipe de rêve pour nous épauler dans l’aventure, et la suite s’annonce particulièrement excitante. On veut continuer à provoquer l’aventure. »

canidé 2

Crédit photos : Donald Robitaille 


Cord-cutting — plus ça va mal, plus ça va bien?

À lire maintenant

La Ligue d’improvisation de Québec et Kabane provoquent l’inattendu
Le temps supplémentaire obligatoire ne prend pas de vacances
Me Pierre Savoie désigné «Avocat de l’année» en droit publicitaire et du marketing
RG3 : Le tournoi interagence de ballon-chasseur est de retour 
Des influenceurs s’envolent au Portugal avec Vinho Verde
nventive s’associe avec la Coalition des groupes jeunesse LGBTQ+
Nouvelle image corporative pour l’IRIC
Tandem accueille Chantal Dubé
Rythme révèle sa nouvelle identité signée K72
Utilisation d’Internet par les Québécois : l’écart diminue entre les générations
Cord-cutting — plus ça va mal, plus ça va bien?
Alain Gignac nommé président-directeur général de la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal