Greystar s’allie à Bleublancrouge, L’Institut Idée et A&C

le 16 novembre 2018


Greystar, une société immobilière intégrée spécialisée en gestion de placements et en développement et gestion d’immeubles locatifs partout dans le monde, a annoncé cette semaine qu’elle fera confiance à Bleublancrouge et L’Institut Idée (L’Institut), deux entités sœurs du collectif Humanise, ainsi que A&C pour diriger l’aménagement de la marque aux États-Unis.

En juillet dernier, Greystar avait annoncé l’acquisition de Monogram Residential, un important portefeuille d’immeubles résidentiels implanté principalement sur la côte ouest-américaine, de Los Angeles à Miami. L’objectif premier était de réinventer l’image de marque de Monogram et d’en faire un portefeuille axé sur une offre d’appartements urbains haut de gamme.

Par ailleurs, au Royaume-Uni, Greystar a mis sur pied Chapter, une plateforme de premier plan conçue pour aider les étudiants à trouver un logement ultramoderne dans son parc immobilier.

« Nous avons beaucoup appris de cette expérience et nous sommes fiers des résultats. Maintenant, avec l’aide de BBR, L’Institut et A&C nous avons l’intention d’accomplir quelque chose d’au moins tout aussi remarquable sur le marché américain, là où sont nos racines », a indiqué Neil Burton, leader d’expertise mondial chez Greystar.

greystar


Bleublancrouge et le collectif Humanise acquièrent de nouveaux clients

À lire maintenant

Ajouts majeurs et association avec Cossette pour le Groupe Juste pour rire
L'APGP met fin à ses activités
Maurice Rinaldi siègera sur le comité de jury du JMUCC
 L'Impact de Montréal lance sa campagne marketing de la saison 2020
Locomotive nommée «Agence de l’année» aux Annual Awwwards
Une campagne pour les jeunes de 70 ans et plus
Intema fait l'acquisition de PUBLIPAGE
Vague d’embauche et expansion chez Webit Interactive
Mediavore ou la machine web pour boîtes créatives
Sophie Naert devient directrice de compte chez Hamak
Véronique Barbeau nommée directrice des comptes nationaux chez Sport-Média Marketing
Un «Air Dancer» au chômage à cause de Waze