Objets promo : objets de marque

par Raphaël Martin, le 7 février 2019


Cet article a été publié dans le Grenier Magazine, volume 04, numéro 06.

Les objets promotionnels ont toujours la cote auprès des entreprises désireuses de laisser une trace de leur marque entre les mains du client. Mais lesquels se démarquent ? Et quelles sont les tendances ? Discussion sur le sujet en compagnie de Nathalie Godmer, représentante chez PG Tex, entreprise spécialisée en objets promotionnels.               

nathalie godmer                                                              

Un calepin marqué du nom de son imprimeur. Cette tasse à café gravée du logo de son fournisseur internet. Et la clé USB frappée du design de sa boîte de confection graphique. En d’autres mots : quelques-uns des classiques de ce fameux trousseau d’objets promotionnels glanés ici et là, qui atterrissent à un moment ou un autre sur un bureau. Mais alors que de plus en plus d’entreprises offrent ces présents à leurs clients, leurs employés et autres fournisseurs, quelle pourrait être la plus grande qualité à rechercher dans un objet promotionnel avant d’y apposer la marque de son entreprise ? « Qu’il soit intéressant et qu’il vous en donne pour votre argent !, répond Nathalie Godmer, représentante chez PG Tex ayant plus de 23 ans d’expérience dans l’univers des objets promotionnels. La dernière chose que tu souhaites, c’est de voir un objet portant la marque de ton entreprise aux poubelles. Aujourd’hui, tu peux en trouver de toutes les sortes, mais l’important, et c’est mon travail,  c’est d’obtenir un bon rapport qualité-prix pour votre objet. »

À TOUS LES PRIX

C’est-à-dire ? « Mes clients ne savent pas toujours exactement ce qu’ils souhaitent offrir, mais ils savent généralement combien ils sont prêts à mettre, poursuit Nathalie Godmer. Si on me dit, par exemple, qu’on veut mettre la main sur un lot de mille crayons portant le logo d’une entreprise, j’essaie de trouver des crayons qui reviendront à 1.39$ la pièce, mais qui auront l’air d’en valoir 5.00$. Il faut aussi penser ensuite à l’impression du logo, au nombre de couleurs qu’on veut apposer. Tout a un prix. » Et la valeur des objets est illimitée. « J’ai vu des entreprises qui ont offert des télévisions et des BBQ comme objets promotionnels, nous dit-elle, mais c’était davantage dans le cadre de concours. Il y a parfois des commandes plus ciblées alors qu’une entreprise peut me commander 25 cadeaux de 100$ chacun pour des clients précis. Sinon, dans les commandes de masse les plus dispendieuses que j’ai vues, il y avait des entreprises qui offraient des manteaux à 60$ l’unité. Mais en moyenne, une entreprise qui compte de 40 à 50 employés me commande pour environ de 3000$ à 5000$ dollars de marchandise par commande. »

TENDANCES

Et dans les tendances, qu’observe-t-on ? « Mon travail m’amène à visiter quelques salons spécialisés dans le domaine par année, poursuit Nathalie Godmer. Depuis deux ans, les accessoires qui touchent aux téléphones cellulaires ont la cote. On parle ici des protège-écrans qui permettent de stocker nos diverses cartes à l’intérieur, aux anneaux qu’on fixe à l’arrière pour avoir une meilleure emprise sur l’appareil, etc. Tout le monde possède un téléphone cellulaire, alors ce sont des trucs que la plupart des gens apprécient. Autrement, dans le rayon des objets plus conventionnels, les fameuses tasses et les crayons restent des classiques qui ne se démodent pas. Tout le monde a toujours besoin d’une tasse ou d’un crayon à un moment donné. Même chose pour les bouteilles d’eau réutilisables, qui gagnent de plus en plus en popularité. Tout ce qui porte tant soit peu une empreinte écologique est évidemment toujours très apprécié des gens. » Et ce qui est dépassé ? « Je réfléchis et il n’y en a pas vraiment, ajoute-t-elle. Tout se vend. Quand le produit est bien ciblé, que l’objet promotionnel a été bien ciblé, qu’il accompagne une bonne campagne, tout se peut. »

OBJETS D’OCCASIONS

Des exemples ? « Une bonne publicité sur laquelle j’ai collaboré était celle d’une d’une station de radio qui venait d’avoir de bons résultats d’écoute, se remémore Nathalie Godmer. La pub disait : « Dans la vie, il y a des hauts et il y a des bas ». Et les objets promotionnels que l’on m’avait demandé de trouver étaient justement des paires de bas à l’image de la station. » Les clients ont-ils toujours leur idée d’objets bien arrêtée lorsqu’il la contacte ? « Il m’arrive la plupart du temps de parler avec des patrons qui n’ont aucune idée de ce qu’ils souhaitent obtenir comme objet promotionnel, ajoute-t-elle. Je les aiguille là-dedans. Tu fais une vente sous la tente pour ton garage ? Je peux leur proposer des porte-clés, par exemple. Autrement, travailler avec des gens du monde de la publicité est toujours un défi intéressant parce qu’ils tiennent absolument à offrir quelque chose d’inusité, quelque chose d’inventif qui ne s’est encore jamais vu ! Ça me donne toujours des mandats intéressants dans lesquels il faut redoubler d’imagination ! »

objets promo


L’affichage : le bel exposé

À lire maintenant

Quels impacts les médias sociaux ont-ils sur les consommateurs?
Caméléon Média poursuit sa collaboration avec Lexis Média
Varibase veut vous aider à célébrer les mamans
Voyou revoit la stratégie globale de Levitts
Combo : une agence web qui se spécialise en éco-conception voit le jour
will.i.am sera conférencier à C2 Montréal
L’affichage : le bel exposé
TUX signe une nouvelle campagne à échelle humaine pour Co-operators
Ogilvy 13 fois finaliste au prestigieux Effie
C2 renouvelle sa confiance envers GROUNDZ
La Fédération des chambres immobilières du Québec choisit Publicis
Globalia première agence partenaire Diamond de Hubspot au Canada