Campagne-choc signée Carl pour mettre fin à l’exploitation sexuelle des mineurs

le 5 novembre 2018


Afin de faire réagir le grand public et de tenter de freiner l’exploitation sexuelle des mineurs, une vidéo choc a été créé par l’agence Carl avec l’aide de la boîte de production La Corp pour le programme Prévention jeunesse de Laval et ses partenaires (le Service de police de Laval, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval, le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) de Laval ainsi que Mesures alternatives jeunesse de Laval). 

La vidéo met en scène un agresseur qui confie avoir « payé pour avoir du sexe avec des mineurs » au micro à la surprise de tous lors d’un « vox pop» traitant de l’exploitation sexuelle des mineurs à Laval. L’objectif de cette campagne de mobilisation ? Passer un message clair : l’exploitation sexuelle des mineurs n’est tolérée sous aucun prétexte.

Principalement déployée sur les médias sociaux, l’initiative Zéro exploitation vise à obtenir l’appui de la communauté lavalloise afin d’éradiquer ce fléau sur son territoire.

Une affiche dans le même style que la vidéo montre l’homme au visage flouté accompagné de sa citation dérangeante vient compléter la campagne.

Carl

Crédits

Annonceur : Le programme de Prévention jeunesse de Laval
Agence : Carl
Production : La Corp
Site Web : Relief Création

 


L’agence My Little Big Web mandatée par le CUHMR

À lire maintenant

L’agence My Little Big Web mandatée par le CUHMR
Parkour3 présente un webinaire sur la vente au service du marketing
L'agence BLEU écrit en vert signe un nouveau mandat
De nouveaux mandats pour Tac Tic Marketing
Dévoilement d'un guide sur la transition numérique de la commandite événementielle
Aphasie Québec: mon deuxième premier mot...pour une troisième fois
Le bon coussin selon Épargne Placements Québec et Ogilvy
Les résolutions dans le béton
Myriam Crevier devient associée chez SYRUS
L’agence Bloom accueille Franz Fontaine à titre de VP Stratégie
Le mentorat en mode pandémique… pas de panique!
Trois nouvelles additions à l’équipe d’Ad hoc recherche