L’univers de la commandite

par Lea D. Nguyen, le 7 novembre 2018


Cet article a été publié dans le Grenier Magazine, volume 03, numéro 38.

Après 36 ans chez Juste pour rire, Alain Cousineau, premier vice-président, ventes corporatives et cofondateur du Groupe, tourne la page pour monter sa boîte spécialisée, notamment en formation de vendeurs de commandites. Discussion avec un vétéran du domaine.

Il a près de 37 ans de carrière dans le métier, il cofonde l’un des plus grands festivals d’humour au monde, et tire sa révérence. Enfin, presque. S’il quitte le Groupe Juste pour rire, tout en lui souhaitant de poursuivre sur sa lancée et d’atteindre de nouveaux sommets, Alain Cousineau compte bien partager son expérience aux compagnies dans le besoin.

alain cousineau
Alain Cousineau, fondateur de Commandite Plus

Sur la plateforme de réseau professionnel LinkedIn, il lance une lettre ouverte, expliquant les motifs de son départ et les raisons de son nouveau… départ. Dorénavant, monsieur Cousineau souhaite prodiguer son « expertise auprès d’entreprises novatrices, ayant une vision à long terme et souhaitant se tailler une place grandissante au Québec et au-delà de ses frontières ». Peu de temps par la suite, il reçoit nombre de messages lui demandant des conseils et de l’assistance. Il avoue que cette vague d’appels à l’aide l’a pris au dépourvu.

Sous l’appellation Commandite Plus, il offrira du coaching, de l’organisation et de la restructuration de financement en partenariats, de l’évaluation de produits et de la formation des équipes de ventes. L’entreprise n’est toutefois pas entièrement nouvelle. Alors qu’il travaillait encore au Groupe, il était vice-président pour la forme, mais son travail des dernières années était de trouver du financement autant en vente de commandite qu’en subvention et en vente corporative. Beaucoup de B2B, donc. « J’avais des équipes internes que je gérais de façon hebdomadaire. C’était des employés de Juste pour rire, mais c’était Commandite Plus qui faisait la gestion de tout ça », explique-t-il.

Monsieur Cousineau s’est aperçu, avec des firmes de chasseurs de têtes, qu’il y avait un manque flagrant de personnes expertes en commandites. « Aussitôt qu’on cherche une nouvelle tête, on a de la difficulté à trouver un top 5 sur 50 candidatures. Les gens qui s’y connaissent sont déjà dans des évènements existants : Juste pour rire, Festival international de Jazz, Francofolies, Coupe Rogers, Grand Prix. » La formation n’est pas nouvelle pour Alain Cousineau non plus, qui dit avoir formé près de 400 personnes. « Comme il y a un manque important, je me suis dit qu’il était temps de former des gens. » « Pas de la théorie, mais de la pratique », insiste-t-il.

« On va faire du coaching. » On, c’est lui et son associée Josée Denis, son épouse, une avocate possédant plus de vingt ans d’expérience. Les entreprises qui font appel à Commandite Plus ont des idées de grandeurs, mais arrivent à un plafond. Elles ont le goût de grossir et d’aller à l’international. Pour ce faire, Alain Cousineau entend bien les coacher au niveau de la présidence et au niveau de la direction. Par le fait même, il fera du mentorat. « Avec 500 festivals au Québec, tout le monde cherche du financement et des équipes de vente. Ce sera notre façon d’aider les évènements. » 

Il compte notamment faire de la formation directement en entreprise, mais aussi en ligne, avec des cas réels. Dans un premier temps, il veut restructurer l’ensemble des propriétés de ses clients, et ensuite former les vendeurs. « S’ils n’en ont pas, on va en trouver et les former. C’est une continuité », mentionne-t-il.

Anecdote amusante, lorsqu’Alain Cousineau donnait ses premiers cours, il ne formait que des promoteurs. Puis, les agences de publicité envoyaient leurs spécialistes pour mieux comprendre la commandite. Ensuite les entreprises sont venues se greffer aux formations. Un bel amalgame de toutes les parties, « que les gens n’ont pas toujours l’occasion d’avoir ». « On faisait exprès de mettre un client, une agence et un promoteur ensemble sur un cas. Et ça fonctionnait ! Ils bâtissaient des propositions sur mesure. Dans les groupes, j’ai vu des deals se faire ! » (Rires)

Pour lui, l’événementiel est le nerf de la guerre. Sa mission ? Donner et transmettre ses connaissances pour permettre aux entreprises de prendre l’envol désiré. « Je veux donner mon expérience des dernières années. Je ne veux pas que les promoteurs aient les mêmes problèmes que nous à nos débuts lorsqu’on avait appris sur le tas. Nous avons maintenant des méthodes et nous voulons accélérer le processus. Il me semble qu’il est temps qu’on donne un bon coup pour aider les gens dans les chambres de commerce, les fondations, les clubs optimistes. » Bourreau de travail avoué, Alain Cousineau ne lâchera pas prise tant et aussi longtemps que la flamme restera allumée. « Je vais arrêter quand je vais être tanné ! », lance-t-il.

Envie de discuter de vos besoins et de connaître les dates de formations ? Écrivez à [email protected] ou appelez au 514 891-8410 ou au 450 243-6675.

commandite plus


Piger pour mieux se comprendre

À lire maintenant

Vague de nominations chez Wink Stratégies
Greystar s’allie à Bleublancrouge, L’Institut Idée et A&C
Au-delà des affaires : La nouvelle série Web de la BDC
CloudRaker rejoint le Cercle des fondateurs de l’École Bensadoun de commerce au détail
Dialekta lauréate aux prestigieux Fast 50 et Fast 500 de Deloitte
Comic Hunter choisit Caméléon Média
St-Hubert fait confiance à Erod
Le Groupe Marie-Claire sélectionne Les Évadés
La Financière agricole du Québec veut soutenir et protéger la croissance
Le CDMQ accueille Adviso, Dialekta et Ressac
Nouveaux mandats chez Catch Communications
LIGHTEMOTION choisit NATA PR