Nancy Therrien

Avec Mike Ward, le podcast vous appartient

par Nancy Therrien, le 17 octobre 2018


Cet article a été publié dans le Grenier Magazine, volume 03, numéro 37.

Qu’est-ce qui fait la popularité du podcast Mike Ward Sous écoute ? Poser la question c’est y répondre. L’humoriste a beau avoir été impliqué dans une histoire de poursuite pour une blague jugée de mauvais goût, il n’en demeure pas moins que ses fans lui sont toujours aussi fidèles, voire plus. En effet, en moins d’un an, une communauté tissée serrée s’est formée autour du podcast de Mike Ward, si bien que les billets de Mike Ward Sous écoute, enregistré chaque semaine devant public Au bordel, s’envolent en quelques secondes lors de leur mise en vente.  

Bar ouvert à la communauté

« Le podcast Sous écoute a vite gagné en popularité sur internet, notamment parce que Mike est un gars authentique qui a développé un contact de proximité avec son public, chose qui est plus complexe à faire à la télé, sur scène ou à la radio », raconte Yan Thériault, réalisateur. Les fans d’humour accrochent principalement à des mots et des moments-clés qu’ils vont répéter. Rappelons-nous l’époque RBO avec leurs chansons : « Bonjour la police », ça vous dit quelque chose ? Cela dit, les membres de la communauté du podcast de Mike s’impliquent, envoient des blagues, des memes et vont même jusqu’à reprendre des phrases pour en faire des t-shirts. Certes, le podcasteur fait le show, mais ce sont les auditeurs qui en sont maîtres et qui font toute la différence, parce qu’ils ont la liberté de le façonner à leur gré. L’idée est d’embarquer dans la vague que prennent les fans. Mike répond à la communauté sur internet et entre réellement en interaction avec elle. Quant aux invités du podcast, ceux-ci s’abandonnent facilement : « Mike leur parle comme s’ils étaient dans la loge et ça ressemble à une discussion de vestiaire, ce qui crée une intimité qu’on ne retrouve nulle part ailleurs », ajoute Yan. Pour s’assurer du succès d’un podcast, il faut oser prendre le virage communauté et Mike a saisi le principe dès le début de la diffusion de Sous écoute.

Attention : on air

Y a-t-il des défis techniques à enregistrer un podcast dans un bar ? « Mike se considère comme un podcasteur, mais techniquement, il est davantage un youtubeur, précise le réalisateur de Sous écoute. Son podcast est quatre fois plus populaire sur Youtube que sur Itunes », ajoute-t-il. Alors, oui, enregistrer un podcast qui plus est diffusé en vidéo, demande quelques courbettes techniques supplémentaires. Par exemple, il faut essayer d’être le plus discret possible, mais les gens du public doivent se faire à l’idée qu’ils vont peut-être avoir une caméra devant eux. L’enregistrement de Sous écoute peut se comparer à une petite régie de télévision : l’exercice nécessite trois caméras et implique du montage, de l’installation et de la désinstallation, du découpage live et de la mise en ligne. Yan prend en charge la captation du show jusqu’à sa diffusion. Mike, lui, voit uniquement au contenu. Il a longtemps hésité avant de se lancer dans le podcasting, de peur de passer pour un quêteux à cause de l’affaire Jérémy Gabriel. Comme il s’inspire beaucoup de ce qui se fait aux États-Unis, le podcasteur Joe Rogan a été une source de persuasion pour lui au même titre que le socio-financement, lequel est une excellente façon de mesurer la reconnaissance du public.

Mike Ward 02

Patreon ou combien m’aimez-vous ?  

Pour ceux qui ne connaissent pas Patreon, il s’agit d’une plateforme de financement participatif. Et, pour Mike, elle est très rentable. Ce qui revient à dire que le public apprécie son podcast, donc que l’humoriste a la reconnaissance du public. Tout est bien qui finit bien. En fait, non. Mike pourrait très bien cesser ses activités pour un temps tellement les choses vont bon train pour lui, mais le plaisir d’échanger chaque semaine avec ses fidèles auditeurs est trop grand. « Contrairement à un Kickstarter, Patreon est une contribution mensuelle. C’est d’ailleurs surprenant de constater à quel point les gens ont embarqué, peut-être grâce à notre approche rigolote comprenant trois forfaits : 2 $ pour la version audio avant tout le monde, 5 $ pour la version audio et vidéo avant tout le monde et 25 $ pour obtenir la version audio, vidéo et voir son nom apparaître au générique suivi d’un titre de son choix », conclut Yan.

Ainsi, vous pouvez vous proclamer le porteur d’eau (ou de bière) ou encore le chasseur de rire agressant de Sous écoute. Le titre est à vous, car avec Mike Ward, le podcast vous appartient. 

mike ward

 

   

 


Monétisation des podcasts : la parole d’or

À lire maintenant

Vague de nominations chez Wink Stratégies
Greystar s’allie à Bleublancrouge, L’Institut Idée et A&C
Au-delà des affaires : La nouvelle série Web de la BDC
CloudRaker rejoint le Cercle des fondateurs de l’École Bensadoun de commerce au détail
Dialekta lauréate aux prestigieux Fast 50 et Fast 500 de Deloitte
Comic Hunter choisit Caméléon Média
St-Hubert fait confiance à Erod
Le Groupe Marie-Claire sélectionne Les Évadés
La Financière agricole du Québec veut soutenir et protéger la croissance
Le CDMQ accueille Adviso, Dialekta et Ressac
Nouveaux mandats chez Catch Communications
LIGHTEMOTION choisit NATA PR